Archive for the ‘Love’ Category

LE PERE COMME UNE OMBRE SOUS UN SOLEIL BRULANT

“Ko man bab ngaya n’hala’a ba , ka nzi a mèzhèba’a genè.” (n’gèlègèdma mafahai)

“Même quand ton père est vieux, tu peux quand même rester sous son ombre.” (Proverbe mafa)

“Even if your father is old, you can stay under his shadow.” (Mafa proverb)

Signification: Même à un âge avancé, un père joue un grand rôle dans la vie de ses enfants.

Parallélisme biblique

Ce proverbe mafa est riche en images fort significatives. Retenons-en trois. D’abord, le vocable « père » symbolise l’amour, l’autorité, la protection, l’ordre, la réconciliation, l’unité au sein de la famille pour ne citer que cela.  C’est avec cette image en vue qu’une femme Mafa appelle son mari « bab gi ga » (le père de ma maison). De même, le propriétaire d’un champ est appelé « bab gi dau » (le père du champ). L’autorité du père est célébrée mais elle n’a pas pour fonction d’écraser les autres membres de la famille. Elle se met plutôt au service des autres. C’est ainsi que dans la tradition mafa, par exemple, quand les filles mariées ont des problèmes conjugaux, elles se tournent volontiers vers leur père qui a alors la responsabilité de faire de son mieux pour que l’harmonie conjugale soit restaurée.

Ensuite, ce proverbe fait allusion au concept de la vieillesse. Comme dans toutes les cultures, la vieillesse vient avec ses faiblesses physiques et ses limitations. Mais, contrairement aux pratiques occidentales, en contexte mafa, les personnes âgées ne sont pas isolées dans des maisons de retraite ou des maisons de repos. Elles restent au sein de la famille et participent activement, autant que faire se peut, à la vie familiale et sociale. Elles sont respectées pour leur âge, synonyme d’honneur, d’expérience et de sagesse  supposée ou réelle. On comprend alors pourquoi, même vieux, les pères et grands pères ont du poids aux yeux du Mafa.

Enfin, la sagesse Mafa utilise l’image de l’ombre pour décrire le père. Ici, il convient de s’attarder un peu sur la rigueur du climat sahélien qui constitue leur cadre naturel de vie  pour mieux en cerner la profondeur. En effet, le climat sahélien est généralement sec du fait que la saison pluvieuse se limite à trois ou quatre mois. La végétation étant dans la désolation la plus totale pendant la longue saison sèche, surtout dans la période allant de Mars à Mai qui coïncide au « begdza » (période de grande chaleur), la chaleur est si brûlante dans la journée que la moindre ombre est accueillie avec une joie immense. Le vieux père est alors comparé à cette  ombre providentielle du fait qu’il procure un  grand soulagement psychologique, moral et social sous le soleil non moins brûlant des épreuves de la vie. Même à un âge avancé, il peut consoler, donner des directives, prodiguer des conseils, et être un agent efficace de réconciliation dans une tradition qui accorde une place de choix au respect des aînés.

Il est intéressant de constater que la Bible recommande d’honorer la personne du vieillard (Lev. 19 :32). Elle déclare également que ceux d’entre eux qui sont justes portent du fruit même dans leur vieillesse (Psaume 92 :14). Même quand ils sont vieux, ils peuvent encore manifester les qualités du père du fils prodigue de la parabole (Luc 15) qui était travailleur, attentif, humble, généreux, prêt à pardonner un fils cadet rebelle, prompt à apaiser un fils aîné jaloux dans un esprit de réconciliation, le tout dans un esprit d’amour sincère. Quelle joie de savoir que, même si nos pères biologiques n’ont pas toujours ces qualités, notre Père céleste est infiniment plus grand, plus bon et soucieux de notre bien être physique, moral, social, matériel, et spirituel.  Par-dessus tout, il nous aime d’un amour parfait. Reposons-nous donc joyeusement et paisiblement sous son ombre tous les jours de notre vie.

 

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012.

RESPECT EACH OTHER

African proverb on mutual respect

« Mdu o Mrasa nguo ago kawi » Kiuru Proverb (Dialect of Chagga language, Tanzania)

« A neighbor is a second cloth » Kiuru Proverb

Meaning: We must respect each other.

Source of this proverb: Father Michael Mushi,
http://www.afriprov.org/index.php/bibliography/384-endangered-african-proverbs-collections-chagga-tanzania-sayings-.html

 

                                Biblical Parallelism:

A garment is used primarily to cover the nakedness and protect the body. This is the key to the above proverb for it enables one to grasp the depth of the symbolism. Thus, the neighbor is compared to a garment: they are both helpful for covering one’s nakedness. Of course, the nudity in question here is primarily a moral nudity. From this perspective, a good neighbor covers errors, forgives the faults and sins, does not expose to the general public the faults of others, and seeks to correct mistakes and misbehaviors as discreetly as possible.

Clothing also plays an aesthetic role. It enhances the physical appearance of a person. Similarly, a good neighbor can project a beautiful image of his or her peers, enhance their honor, and make them much more pleasant to the eyes of others.

In both cases, a good neighbor helps to raise high the banner of respectability of those around him/her. This is what the Bible teaches: “Be devoted to one another in brotherly love. Honor one another above yourselves.” (Romans 12:10, NIV)

God wants us to respect each other. Joseph understood this when, having found that Mary was pregnant, he opted for the solution of a secret break (Mt 1: 19). He could have exposed Mary to public disgrace. Although others would have agreed with him, he refrained from doing so. How many Christians have such a noble spirit today?

It is the same spirit that animated the Good Samaritan of the Parable of our Lord in Luke 10:25-37. He did not take the climate of enmity between Jews and Samaritans as a pretext to stun his neighbor who was seriously wounded, helpless, naked, and exposed to public shame. Against all odds, it is him (not the countrymen of the robbed who moreover were religious) who took care of the Jew who was attacked by robbers. In doing so, to borrow the terms of the Kiuru proverb, he was « a second garment » for his neighbor.

If only we could do likewise in all our human relationships! The world would have a different face. For, as Vagner Fernades Lobosco wrote so beautifully, « Respect is like the smiles: it costs nothing and everyone loves it.  » We can also put it this way: Respect is like the smiles – it spreads easily and everybody feels good about it. Therefore, let each one of us take initiative to respect our neighbors, to cover their moral nakedness and enhance their respectability by sincere love for them and for the glory of God.

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012

%d blogueurs aiment cette page :