Archive for the ‘vie sociale’ Category

Vivre la Bonne Nouvelle dans un contexte africain/living the Good News in an African context

Pour lire cet article, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous (In order to read this article, please click on the link below):

 

https://wciujournal.wciu.edu/area-studies/2019/11/18/vivre-la-bonne-nouvelle-dans-un-contexte-africain-living-the-good-news-in-an-african-context

L’ART DE SE HATER LENTEMENT

“Hoore nyiwa to a yaawi a sooda leppol, to a neebi, a hoosa meere.” (balndol fulbe)

 

“Si tu te hâtes, tu achèteras la tête de l’éléphant pour un rouleau d’étoffe, tu vas lentement, tu l’auras pour rien.” (proverbe peul)

 

« If you hurry, you’ll buy the elephant’s head for a roll of cloth ; if you go slowly, you’ll get it for nothing. » (Fulbe proverb)

 

Source :  J.P. Lebeuf et P. -F Lacroix Devinettes Peuples (Paris : Mouton & Co, and Ecole Pratique des Hautes Etudes, 1972) p. 65

 

Moralité : Quand on est trop pressé, on risque de perdre de bonnes opportunités. La patience vaut de l’or.

 

Commentaire à la lumière de la Bible

 

Ce proverbe peul nous plonge dans l’Afrique profonde, à l’heure où les éléphants abondaient dans la savane. C’était aussi une époque où seuls les mieux nantis pouvaient s’offrir le luxe d’avoir des vêtements à base d’étoffe. Les habits en peaux d’animaux, ou à base de matière végétale façonnée selon les normes artistiques de la culture ambiante, étaient alors beaucoup plus abordables. Par ailleurs, le système économique était dominé par le troc. Dans un tel contexte, il est alors aisé de comprendre la valeur d’un rouleau d’étoffe.

 

Cet adage est en parfaite adéquation avec le pulaaku, l’art de vivre ou le code moral des peuls. En effet, la patience (munyal) est l’une des vertus cardinales du pulaaku. Les Fulbe, en fins observateurs de la nature, ont vite compris que l’impatience a souvent des conséquences désastreuses. Par exemple, il suffit d’imaginer l’effet dévastateur des mangues vertes sur les dents comparativement à la douceur des mêmes fruits lorsqu’ils arrivent à leur pleine maturité, ou de penser à l’incongruité des ceux et celles qui arrachent les plants de manioc avant la formation des tubercules tellement ils/elles sont pressé(e)s de jouir du fruit de leur dur labeur.

 

Pour revenir à l’image qui est au cœur du proverbe peul cité ci-dessus, attendre est tout à l’avantage de l’acheteur, car une fois les défenses retirées, qui va s’encombrer d’une tête d’éléphant quand il y a de la bonne chair à profusion ? La patience c’est justement l’art de discerner le temps et les occasions favorables pour agir avec raison et succès. C’est aussi l’habileté à freiner ses impulsions, même les plus naturelles ou légitimes pour atteindre un objectif plus élevé ou stratégique. Malheureusement, beaucoup ont sacrifié de belles opportunités, de belles carrières et des trésors inestimables sur l’autel de la tyrannie de la satisfaction immédiate. La sagesse peule est justement là pour parer contre ces dérives et prévenir les conséquences désastreuses des agissements gouvernés par l’impatience. En cela, elle reflète la sagesse scripturaire.

 

Dans la Bible, la sagesse a souvent deux facettes comme pour dire qu’un principe, si bon soit-il, ne s’applique pas nécessairement à toutes les circonstances de la vie. Ceci dit, certaines situations imposent une action rapide (Cf. Matthieu 28 :7-8 ; Jacques 1 :9 ; Hébreux 3 :15) tandis que d’autres nécessitent un peu plus de retenue.  C’est ainsi qu’il est écrit dans Ecclésiastes 7:8 : « Mieux vaut l’aboutissement d’une affaire que son début. Mieux vaut un esprit patient qu’un esprit orgueilleux (Bible du Semeur) ». Le mot hébreu traduit par « patient » est אֶ֤רֶךְ (’erek), qui peut être aussi rendu par « lent ». Un esprit patient est donc un esprit qui ne se précipite pas, qui prend tout son temps pour analyser la situation avant d’agir.

 

La patience ne s’applique pas seulement à la lenteur dans l’action. Elle désigne aussi la persévérance. C’est ainsi qu’il est écrit dans Hébreux 10 :36 « Car il vous faut de la persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu vous obteniez ce qu’il a promis (Bible du Semeur). » Le mot grec traduit par « persévérance » dans ce verset est ὑπομονῆς (hupomenēs) qui signifie aussi « endurance » et « patience ».

 

La patience est l’un des fruits de l’esprit (Galates 5 :22). Elle est vivement recommandée dans de nombreux autres textes bibliques. Le livre de Proverbes attire l’attention des lecteurs et lectrices sur le bienfait de la patience à travers ces lignes : « Avec de la patience, on persuade un dirigeant, tout comme une langue douce peut briser un os (25 :15)». Jacques va jusqu’à puiser dans les activités champêtres lorsqu’il écrit dans les versets 7 et 8 du chapitre 5 : « Frères et sœurs, patientez donc jusqu’à ce que le Seigneur vienne. Pensez au cultivateur : il attend les précieuses récoltes de sa terre. Il prend patience à leur égard, jusqu’à ce que tombent les pluies de l’automne et du printemps. Vous aussi, prenez patience, soyez pleins de courage, car la venue du Seigneur est proche ». Nous pouvons multiplier les citations bibliques mais il convient de retenir l’essentiel : la patience est une voie par excellence pour éviter ou du moins limiter le nombre de décisions irréfléchies, peser le pour et le contre des décisions, observer attentivement une voie avant de l’emprunter, rassembler tous les renseignements essentiels avant de se prononcer sur une affaire, faire une étude approfondie du marché avant de se lancer dans les affaires etc.

 

Malheureusement, l’impatience a poussé bon nombre de personnes à prendre des décisions aussi hâtives que périlleuses, à débiter des paroles négatives (verbalement ou par écrit) sous l’effet de la colère sans prendre le soin d’analyser profondément tous les aspects de la situation qui est à l’origine de leur irritation, à perdre une opportunité d’emploi ou de promotion, à faire des dépenses extravagantes voire des pertes, à brouiller des relations précieuses,  à faire naufrage en matière de foi en vue de tirer profit des biens éphémères de ce monde, pour ne citer que ces exemples. A la lumière de ce qui précède, on comprend alors mieux les paroles de Publilius Syrus (1er siècle avant J.C.) qui écrivit dans Les Sentences et adages : « Hâte-toi lentement, et tu avanceras ».

 

Décidément, la patience rend d’énormes services dans presque tous les domaines essentiels de la vie sur cette terre tout en ayant un impact non négligeable sur la nature de nos récompenses éternelles. Que Dieu nous accorde la sagesse nécessaire pour en faire un bon usage!

Pr Moussa Bongoyok

(Copyright by Moussa Bongoyok, 2019)

REHOBOAM SYNDROME: THE LOSS OF UNITY IN ISRAEL AND LESSONS FOR FRUITFUL NEGOCIATIONS BETWEEN THE GOVERNMENT AND SPECIAL INTEREST GROUPS

Pour lire cet article, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous (In order to read this article, please click on the link below):

 

https://www.wciujournal.wciu.edu/social-justice/2019/6/4/rehoboams-syndrome-the-loss-of-unity-in-israel-and-lessons-for-fruitful-negotiations-between-the-government-and-special-interest-groups

 

 

Pasteur René DAIDANSO

CONSEILS ET CONSEILLERS

Kiyombe: “Langu katengama mpamba ko, buka yenda yandi veka” (proverbe yombe)

Français: « La rivière est serpentée parce ce qu’elle est allée seule. »

Anglais: « River is snaking because she went alone. »

Moralité : L’être humain est comme une rivière. Il a tendance à ne pas marcher dans la droiture et à se tromper. Il a besoin de conseils.

Source : C’est Monsieur Théophile Mafuana (Colorado/USA) qui nous a envoyé ce proverbe, que nous avons la joie de commenter. Il appartient au groupe ethnique Yombe de la République Démocratique  du Congo.

 

Commentaire à la lumière de la Bible

Les Yombe de la République Démocratique du Congo parlent le kiyombe. Ils sont des grands observateurs de la nature. Ils en tirent des leçons très utiles pour la vie en société. Le proverbe susmentionné en est un bel exemple.

Ici, ils partent d’un fait évident : aucune rivière n’est droite. Mais, au-delà du cours d’eau, ils perçoivent une réalité existentielle plus profonde : la nature, même humaine, n’est pas ordinairement droite. Une personne, seule, court le risque de commettre de multiples erreurs. Il est donc important de se rapprocher des autres et de demander conseil.

En cela, le proverbe yombe reflète la sagesse divine.  En effet, il est écrit dans Proverbes 12 :15 (version Louis Second): « La voie de l’insensé est droite à ses yeux, mais celui qui écoute les conseils est sage.” Il est aussi écrit que la réussite, la victoire, la prudence et la sagesse sont sur la voie de ceux et celles qui écoutent les conseils (Cf. Proverbes 11 :14, 13:10, 19:20, 24:6, 27:9). Il est donc important de demander conseil et de mettre en pratique les bons conseils que l’on reçoit. La Bible renferme beaucoup d’exemples de ceux qui ont écouté des conseils et réussi.  Nous en citerons deux en guise d’illustration. Le pharaon a sauvé son pays d’une famine particulièrement dévastatrice en écoutant les conseils de Joseph (Genèse 41).   Esther a écouté les conseils de son oncle Mardochée et cela lui a ouvert la voie de la réussite (livre d’Esther).

Seulement, tout conseil n’est pas forcément bon. Le serpent a donné un mauvais conseil à Eve et cela a entraîné la chute de l’humanité (Genèse 3). Roboam a écouté les mauvais conseils des jeunes et rejeté les bons conseils des plus âgés et le résultat a été catastrophique : son royaume a été divisé (Cf. 1 Rois 12). Haman a induit le roi Xerxès en erreur pour assouvir sa soif de vengeance (livre d’Esther). On pourrait multiplier les exemples… On comprend alors pourquoi l’écrivain français Georges Courteline est arrivé à dire : « Méfie-toi des conseils, mais suis les bons exemples ». Sa conception des conseils peut sembler pessimiste, mais elle pousse à réfléchir. L’univers des conseils est tellement opaque. Il faudrait donc tenir compte d’un certain nombre de paramètres avant d’y pénétrer:

  • Examen de soi : Mon cœur est-il en règle devant Dieu ? Dois-je demander pardon à Dieu ou à mon prochain pour une offense quelconque ? Qu’est-ce qui me motive à demander conseil ?

  • Recherche de la direction du Seigneur :   Dieu seul maîtrise parfaitement la profondeur du cœur humain ainsi que tous les détails de la vie passée, présente et à venir. Aussi est-il nécessaire de solliciter sa direction.

  • Examen de la source du conseil : Qui est celui ou celle à qui je demande conseil ? Quelle est sa moralité ? Quelle est son expertise dans le domaine précis où j’ai besoin de recommandation en ce moment ?

  • Examen du conseil à la lumière de la Bible : Dieu est la source de la vraie sagesse. Avant d’appliquer un conseil, il convient de se poser les questions suivantes : Ce conseil est-il conforme aux enseignements bibliques ? Est-ce qu’il ne viole pas un principe clairement défini par la Bible ? Si la Bible ne dit rien de précis sur le sujet, la soumission du conseil au tamis de 1 Corinthiens 10 :23 peut être salutaire : Est-ce permis ? Est-ce utile ? Cela édifie-t-il ?

Daigne le Seigneur accorder, à chacun d’entre nous, la grâce de trouver les solutions qui conviennent aux multiples problèmes qui minent nos familles, nos communautés et nos pays. Daigne sa divine sagesse nous combler de discernement face aux multiples conseils et nous orienter vers des décisions justes et empreintes d’amour sincère chaque fois que les circonstances l’exigent.

Moussa Bongoyok

(c) Copyright by Moussa Bongoyok, 2017

 

Good management is a key

 

NUL NE PEUT ECRASER LA JUSTICE

“Adáni l’óró, fi agbára kó ni.” (Yoruba proverb)

“Celui ou celle qui t’inflige une peine injustement fais de toi une personne plus forte.” (Proverbe Yoruba)

“One that unjustly gives you pain is only making you a stronger person.” (Yoruba proverb)

Source: Ayo Faleti Yoruba Proverbs and their contexts (2013) p. 15

 

Commentaire à la lumière de la Bible

La justice est l’une des aspirations profondes de chaque peuple. Chaque pays a un ministère consacré à la justice. Pourtant, le monde dans lequel nous vivons est miné par des injustices orchestrées parfois par ceux et celles-là même qui sont sensés les combattre. Vers qui aller quand un cas d’injustice est jugé par le coupable ? Vers quelle instance se diriger quand la corruption et la méchanceté ont cousu la bouche et lié les mains de ceux et celles sur lesquels le peuple compte pour que le droit soit dit au niveau national ou international ? Que faire quand, même au niveau individuel, chaque jour semble venir avec son cortège d’injustices sous des formes diverses et variées ? Personne ne peut sincèrement se poser ces questions sans sentir des pincements de cœur ou des regrets. Mais, pour ne pas sombrer dans le désespoir, ce proverbe Yoruba nous propose une île d’espérance dans ce qui ressemble à un océan d’abus : « Celui ou celle qui t’inflige une peine injustement fais de toi une personne plus forte. » C’est en réalité une invitation à ne pas laisser ceux qui nous traitent injustement nous voler ce que nous avons de plus précieux en de telles circonstances : le courage de nous relever en nous appuyant sur le Dieu de justice afin de continuer notre marche sur la voie de notre destinée.

En effet, Dieu est le défenseur des opprimés. Il est écrit dans Psaumes 140 :13 « Je sais que l’Eternel rendra justice aux pauvres et fera droit aux affligés (Bible du Semeur). » Il est aussi écrit en Proverbes 22 :22-23 : « Ne profite pas de la pauvreté de ton prochain pour le dépouiller, n’écrase pas en justice celui qui est dans la misère, car l’Eternel prendra leur cause en main et il ravira la vie à ceux qui auront ravi leurs biens. » Dans ces deux textes, il est clairement dit que Dieu s’occupera tôt ou tard de ceux et celles qui pensent pouvoir impunément et indéfiniment opprimer leurs prochains. A elle seule, cette doctrine devrait apporter aux opprimés la force de relever la tête et de continuer le combat pour la justice et pour l’amour tel qu’il est peint par le Seigneur en 1 Corinthiens 13.

Il est important de relever deux mouvements dans le paragraphe précèdent.  Le premier mouvement est vertical et consiste à espérer en Dieu quand la justice humaine est défaillante. Le second est horizontal et pousse à des actions concrètes motivées par un amour désintéressé pour que brille la lumière du changement et de la victoire sur les forces du mal. En situation d’injustice, que ce soit au niveau individuel ou collectif, ne perdons jamais de vue ces deux mouvements et que le Dieu vivant et juste nous vienne en aide !

 

Moussa Bongoyok, PhD

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2016

 

%d blogueurs aiment cette page :