Posts Tagged ‘Adama Diouf’

Mission accomplie dans l’intégrité -Poème en hommage à Adama DIOUF (1964-2018)

adama diouf

Comment écrire quand les mains sont en grève

Et cachées dans le château des fibres du cœur ?

Comment parler quand la voix lutte sans trêve ?

Comment penser quand les larmes amères chantent en chœur ?

Adama, ton départ est si brusque

À nos yeux enveloppés de douleur,

Que du fond de notre âme débusque

Un questionnement sans couleur :

Que signifie ce départ énigmatique

Sans Jàmm ak jàmm et le dernier jour de l’an ?

Est-ce un subtil sermon charismatique

Comme pour nous dire dans ton dernier élan

Que tu as déjà terminé ta mission et ta course

Après avoir servi avec amour, diligence, zèle et fidélité ?

Est-ce une invitation à puiser à la divine source

En toute sincérité et dans l’intégrité

Afin d’achever avec honneur notre terrestre pèlerinage

Quand viendra notre tour de rejoindre notre Créateur ?

Seigneur apprends-nous à gérer notre temps sans gaspillage.

De tous tes dons et talents fais-de nous d’excellents administrateurs.

Nous ses amis, ses parents, sa famille, ses sœurs et ses frères

Secoués par l’ouragan de la peine sur l’océan de la séparation.

Apprends-nous à garder les yeux fixés sur ta divine sphère

D’où jaillira la seule consolation de nos âmes en divagation.

 

                                                                                                                 Moussa Bongoyok

                                                                                                                  Le 1er Janvier 2019

Suite au décès du Pasteur Adama DIOUF survenu le 31 décembre 2018 dans son Sénégal natal et plus précisément à l’hôpital Saint Jean de Dieu de Thiès des suites d’une courte maladie. Adama est né le 5 Septembre 1964 à Langomack au Sénégal. A l’heure de sa promotion en gloire, il était Président du Conseil d’Administration de l’Institut Universitaire de Développement International (IUDI) et WAR CC Advisor à World Vision.

Adama fut un excellent pasteur, un pionnier courageux, un enseignant dynamique, un missionnaire passionné, un visionnaire équilibré, un ami sincère de tous les enfants, un ambassadeur infatigable de la compassion chrétienne et de la paix auprès des adeptes de diverses religions à travers le monde, un excellent leader, un père de famille attentionné, un fidèle serviteur de l’Éternel.  Nous remercions le Seigneur qui a bien voulu nous le prêter comme camarade de classe, ami intime, plus que frère, et très proche collaborateur dans le ministère. Mon épouse Priscille et moi sommes également reconnaissants à notre Père céleste pour la grâce de le revoir encore en sa sainte présence et pour l’éternité selon la bienheureuse espérance décrite dans 1 Corinthiens 15. Nous invitons tous les frères et sœurs à prier et à soutenir son épouse Sylvie et leurs enfants.

Note: « Jàmm ak jàmm », qui apparaît dans le dixième vers, signifie « au revoir » en Sérère (la langue maternelle de Adama DIOUF).

(c) Copyright by Moussa Bongoyok, 2019.

LA PATIENCE EST UNE CLE

« Oxo waxwina bind’um a wa yiikh, nda xan ta faddid a sop a nga saax’e ka deba » (Proverbe sereer)

« L’escargot arrivera peut-être en retard parce qu’il porte sa maison, mais il est prêt à accueillir les tempêtes. » (Proverbe sereer)

« The snail may arrive late because he carries his house, but he is ready for storms. » (Sereer Proverb)

Signification: Il ne faut pas se hâter de blâmer celui ou celle qui est lent(e). Avec un peu de patience, on peut découvrir des richesses cachées en de personnes qui ont une apparence modeste.

Source: Adama Diouf, Ph.D. candidate, World Vision International (Mali/Senegal)


Parallélisme biblique

La lenteur de l’escargot est légendaire. Mais, le proverbe sereer  jette la lumière sur un aspect qui mérite notre attention : malgré sa lenteur, l’escargot est toujours prêt à affronter les tempêtes les plus violentes.

Il est facile de fixer le regard sur un aspect peu honorable dans la vie d’une personne et de perdre de vue les richesses qui sont enfouies en elle. Dans notre monde caractérisé par une course effrénée, il est facile de passer à coté de l’essentiel. Et pourtant, la sagesse impose que nous regardions au-delà des apparences.

Dans la Bible, l’apôtre Barnabas a su faire preuve de patience pour aider les autres à valoriser les talents enfouis en eux.  L’apôtre Paul était redouté, même après sa conversion. Il fallu une intervention spéciale de la part de Barnabas pour qu’il soit accepté sans crainte comme le témoignent les versets suivants : « A son arrivée à Jérusalem, il essaya de se joindre aux disciples. Mais tous avaient peur de lui, car ils ne croyaient pas qu’il fût vraiment devenu un disciple. Barnabas le prit avec lui, le conduisit auprès des apôtres et leur raconta comment, sur le chemin de Damas, Saul avait vu le Seigneur, comment le Seigneur lui avait parlé et avec quel courage il avait prêché à Damas au nom de Jésus. » (Actes 9 :26-27, La Bible du Semeur). Barnabas ne s’est pas arrêté à ce niveau, ayant décelé en lui des dons, il lui a fait appel pour l’encadrement des jeunes convertis d’Antioche (Actes 11 :25-26).  C’est à Antioche que le Saint-Esprit a mis à part Barnabas et Paul pour l’œuvre missionnaire. Les deux ont fait un travail remarquable mais on ne perdra jamais de vue qu’il a fallu que Barnabas aille au-delà des apparences et soit un instrument d’encouragement.

Barnabas va aussi discerner des talents enfouis en le jeune Jean-Marc. Ce dernier avait accompagné Barnabas et Paul au cours du premier voyage missionnaire. Mais, peut-être suite à la rigueur de la vie missionnaire, il les abandonna à Serge en Pamphylie (Actes 13 :13). Cela déplut à Paul à telle enseigne que, quand Jean-Marc voulut encore se joindre à eux au cours du second voyage missionnaire, il s’y opposa vivement (Actes 15 :37-40). Mais Barnabas partit avec Jean-Marc dans une autre direction. Grâce à sa patience et à son encadrement, le jeune Jean-Marc est devenu plus tard l’auteur du second évangile et, selon la tradition, le premier missionnaire en Afrique du Nord. Barnabas a su percevoir des richesses derrière la « lenteur spirituelle » du jeune Jean-Marc et sa patience a porté ses fruits. Plus tard, Paul lui-même a reconnu le bien fondé de l’œuvre accomplie par Barnabas au point d’écrire : « Seul Luc est encore avec moi. Prends Marc et amène-le avec toi; car il m’est très utile pour mon ministère. » (2 Timothée 4 :11, La Bible du Semeur).

Les enseignants, les encadreurs spirituels, et les leaders ont intérêt à cultiver les qualités qu’il y avait en Barnabas. Ne nous pressons pas d’écarter les « escargots humains » que nous pourrions rencontrer sur notre chemin car ils portent dans leurs coquilles des trésors immenses. Soyons plutôt patients envers eux et donnons-leur le temps de faire sortir ces richesses en temps opportun pour le plus grand bonheur de l’Eglise et de l’humanité.

(c) Copyright by Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :