Posts Tagged ‘Ouganda’

Musique du terroir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOURNER LA PAGE DES MAUVAISES HABITUDES

“Vule vule ovaa go dradi.” (Lugbara proverb/ Uganda and Congo Democratic Republic)

“A force de retourner aux mauvaises habitudes ou aux endroits dangereux, le dig-dig a trouvé la mort. » (Proverbe Lugbara/Ouganda et Republique Democratique du Congo).

“Returning to old dangerous habits or places led the dig-dig to death.” (Lugbara proverb/ Uganda and Congo Democratic Republic)

Signification: Il faut se garder de renouer avec une mauvaise habitude abandonnée ou de retourner dans un endroit réputé dangereux.

Source: Nous avons recueilli ce proverbe auprès du Rt. Rev. Dr. Enoch Lee Drati, ancien évêque Anglican de Madi and West Nile (Uganda) et professeur au sein de William Carey International University (California, USA).

Parallélisme biblique

Le dik-dik est la plus petite antilope du monde. On le retrouve dans plusieurs pays d’Afrique.  Le proverbe Lugbara qui nous occupe présentement part de la mésaventure d’un dik-dik qui avait la mauvaise habitude de retourner souvent dans un endroit pourtant réputé dangereux où il a plusieurs fois échappé de justesse à la mort. Un jour, alors qu’il tentait de s’échapper comme les autre fois, l’irréparable arriva.  Les Lugbara se servent de cette illustration pour inviter les membres de leur société à éviter de se retrouver dans de situations semblables. En clair, celui ou celle qui abandonne une mauvaise habitude ou réussit  à quitter un endroit dangereux doit se garder d’y retourner.

L’un des premiers versets bibliques qui vient à l’esprit en rapport avec ce proverbe est le texte de Proverbes 26 :11 où il est écrit : « Le sot retourne à ses sottises comme le chien à ce qu’il a vomi » (La Bible du Semeur). Les images utilisées ici sont très fortes. Nul, dans la vie, ne veut être perçu comme un sot ou un chien. Pourtant, beaucoup de personnes trouvent un malin plaisir à retourner aux sottises du passé.

Un personnage biblique qui s’est comporté comme le dik-dik du proverbe lugbara est Samson. Les chapitres 14 à 16 du livre de Juges décrivent comment sa danse avec le serpent de relations coupables (il affectionnait les femmes philistines) s’est finalement soldée par son emprisonnement et sa mort tragique. Pourtant, à plusieurs reprises, des feux rouges ont été allumés. Les mensonges, les trahisons, et les tentatives d’assassinat étaient manifestes au cours de ses séjours au pays des Philistins. Mais, hélas, Samson a toujours cru s’en sortir jusqu’au jour où le piège s’est définitivement refermé sur lui.

Malheureusement, Samson n’est pas un cas isolé. Avant et après lui, de nombreux personnages bibliques se sont comportés de la même manière. La femme de Lot regarda en arrière, malgré l’interdiction formelle, et fut transformée en statue de sel (Genèse 19 :26). Les enfants d’Israël ont, à plusieurs reprises, langui après les délices du pays d’Egypte au point de préférer l’esclavage et la mort à la liberté (cf. Exode 16 :3). A plusieurs reprises, ils étaient tentés de repartir en Egypte.

Dans le domaine spirituel, la même tentation frappe quotidiennement à la porte de chaque enfant de Dieu.  Satan et ses démons redoublement d’ardeur pour nous replonger dans la boue du péché dont le Seigneur a bien voulu nous arracher. Mais nous ne devons en aucun cas céder à leurs avances car cela équivaudrait à un retour en Egypte. Or, comme l’a si bien dit Galates 5 :1 dans un contexte où les chrétiens étaient guettés par le légalisme et la licence, « Le Christ nous a rendus libres pour que nous connaissions la vraie liberté. C’est pourquoi tenez bon et ne vous laissez pas réduire à nouveau en esclavage. » (La Bible du Semeur).  Colossiens 3 établit une ligne de démarcation nette entre l’ancienne vie pécheresse et la nouvelle vie en Christ. Le chrétien ou la chrétienne ne doit plus s’attacher aux choses de la terre mais plutôt chercher les choses d’en haut. De la même manière qu’une chenille métamorphosée en papillon change radicalement de style de vie, l’enfant de Dieu doit démontrer sa nouvelle nature par une conduite digne de son rang céleste. Il n’est nullement question de vendre le droit d’aînesse spirituel pour un plat de lentilles de plaisirs éphémères de ce monde qui tend chaque jour un peu plus vers sa perte définitive.

Baden-Powell, le fondateur du scoutisme anglais, disait : «Une mauvaise habitude est comme une mauvaise dent. Arrache-la. » Ce conseil est également valable pour les fréquentations dangereuses et les endroits à haut risque tant au plan physique que spirituel. Demandons au Seigneur Jésus-Christ la force de mettre ce conseil en pratique chaque jour de notre pèlerinage terrestre.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :