Posts Tagged ‘Ethiopie’

Faim et malnutrition dans le monde

LA DESINFORMATION EST UN DANGER PUBLIC

« Darbatani jinfu hinqabatani.»

« After you have thrown a spear, you cannot catch hold of its end. »

« Une fois qu’une lance est lancée,  on ne peut plus en attraper le bout.» (Proverbe oromo, Ethiopie)

 Signification : Une fois que quelque chose est fait, l’on ne peut pas le défaire même si l’on regrette de l’avoir fait.

Source : Diane Steward Wisdom from Africa : A Collection of African Proverbs. Cape Town : Struit Publishers, 2005. p. 158.  

Parallélisme biblique

Le journalisme est un métier très noble. Il rend d’énormes services à l’humanité. Les risques que prennent les journalistes à travers le monde imposent notre respect. Plusieurs d’entre eux ont été injustement menacés, terrorisés, vilipendés, humiliés, torturés, emprisonnés, kidnappés et même tués. Mais le devoir d’informer est si fort que rien ne peut les arrêter. Le reste de l’humanité devrait saluer davantage leur courage et leur apporter tout le soutien nécessaire. Toutefois, force est de relever que certains « faux » journalistes, au grand mépris de la déontologie journalistique, sombrent dans l’intoxication voire l’excitation à la violence pour des motifs inavoués. Par exemple, les anti-balaka de la République Centrafricaine sont présentés par de nombreux médias comme une milice chrétienne en dépit des protestations des leaders chrétiens de ce pays. D’ailleurs, les images de ces miliciens arborant ostensiblement un nombre impressionnant de gris-gris (ce qui traduit bien leurs convictions non-chrétiennes) et leurs agissements qui ne reflètent en rien les enseignements du Seigneur Jésus-Christ, devrait attirer l’attention des lecteurs et téléspectateurs avertis. Malheureusement, l’intoxication est telle  que la réalité est défigurée. Pire encore, cette désinformation ajoute de l’huile sur la flamme qui brûle une nation profondément meurtrie en opposant les chrétiens aux musulmans alors que les causes profondes de la crise qui déchire ce pays sont ailleurs. La communauté internationale doit  prendre très au sérieux cette situation au risque d’avoir sur sa conscience un génocide de plus dans un contexte mondial on ne peut plus fragile. La même observation est valable pour d’autres cas de désinformation à travers le monde. Il est grand temps que nous prenions en compte cette parole de sagesse oromo : « Une fois qu’une lance est lancée,  on ne peut plus en attraper le bout.» En effet, l’on peut maîtriser une lance qui est en sa possession mais une fois qu’elle est propulsée, elle échappe à tout contrôle. Une mûre réflexion s’impose donc avant de parler ou d’écrire. Dans ce sens, la sagesse oromo rejoint la sagesse biblique car il est écrit dans Proverbes 12 :18 : « Celui qui parle à la légère blesse comme une épée, tandis que la langue des sages apporte la guérison.” Proverbes 18 :21  abonde dans le même sens: « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue: vous aurez à vous rassasier des fruits que votre langue aura produits.” L’épitre de Jacques s’entend longuement sur la langue et son usage (Jacques 3 :1-18). [Tous ces textes sont tirés de la Bible du Semeur]. En somme, la langue est aussi puissante qu’une épée. Elle est capable de blesser ou de guérir, de tuer ou de faire vivre. Tout dépend de l’usage que l’on en fait. Les paroles que nous prononçons sont parfois lourdes de conséquence, d’où l’importance de réfléchir profondément avant de dire quoi que ce soit. Heureusement, en ce qui concerne la parole ou l’écriture, il y a toujours une possibilité de limiter les dégâts en rectifiant le tir le plus tôt que possible. Nous espérons que les femmes et les hommes consciencieux de médias se mettront à pied d’œuvre pour qu’en Centrafrique et ailleurs, la vérité soit restaurée. Par-dessus tout, n’oublions jamais que tout être humain gagnerait à être un instrument de paix et de réconciliation et non de trouble et de déchirement des communautés car agir autrement c’est scier la branche sur laquelle l’on est assis.   © Copyright by Moussa Bongoyok, 2014.

SAVOIR PARLER

“Zǝmm balä af, zǝmb aygäbabbätǝm.” (Amhara Proverb, Ethiopia).

« Dans une bouche fermée, il n’entre point de mouche. » (Proverbe amhara, Ethiopie).

« The mouth that is silent, no fly enters it.” (Amhara Proverb, Ethiopia).

Source : http://www.sil.org/silepubs/Pubs/50501/SILForum2008-002.pdf (website accédé le 27 juillet 2010)

Signification : Celui ou celle qui parle beaucoup s’expose à des ennuis sérieux.


Parallélisme biblique

Certains articles marquent profondément. Je me souviendrais toujours d’un article sur la valeur du silence que j’ai lu il y a de cela vingt-cinq ans. Le titre de l’article était assez révélateur: « Le silence tue, le silence guérit ». Nous vivons dans un monde où il semble être plus facile de parler, de communiquer. La technologie de l’information a atteint un niveau sans pareil dans l’histoire de l’humanité.  Les outils de la communication sont particulièrement variés. Quelques fractions de secondes suffisent pour qu’une mère qui vit dans un village reculé d’Afrique communique avec son fils ou sa fille qui se trouve en Occident ou en Orient.

Il est facile de parler. Seulement, doit-on parler n’importe comment et n’importe quand ? Le  proverbe amhara semble répondre par la négative. Certaines circonstances imposent le silence. Une parole mal placée peut blesser, détruire des relations, voire entraîner des conflits plus ou moins graves. Voilà pourquoi la Bible dit : « Qui veille sur ses paroles préserve sa vie, mais celui qui ouvre grand la bouche court à sa ruine. » (Proverbes 13 :3, La Bible du Semeur). Il est donc dangereux de trop parler.

Un autre verset abonde dans le même sens en mettant un accent particulier sur la nécessité de réfléchir avant de parler : « Le juste réfléchit bien avant de répondre, mais la bouche des méchants répand le mal. » (Proverbes 15 :28, La Bible du Semeur). La parole qui sort de la bouche est comme de l’eau versée sur la terre, elle ne peut plus être récupérée. Quelqu’un a dit : « L’être humain est maître de la parole qui n’est pas sortie de sa bouche mais esclave de celle qui est sortie de sa bouche. » Il est donc aisé de comprendre pourquoi une mûre réflexion doit précéder toute parole. L’adage ne dit-il pas qu’ « Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. » ?

Par ailleurs, la Bible attire notre attention sur le fait que la langue soit un feu capable de gros dégâts. Il est écrit : « Il en va de même pour la langue: c’est un petit organe, mais elle se vante de grandes choses. Ne suffit-il pas d’un petit feu pour incendier une vaste forêt? La langue aussi est un feu; c’est tout un monde de mal. Elle est là, parmi les autres organes de notre corps, et contamine notre être entier. Allumée au feu de l’enfer, elle enflamme toute notre existence. » (Jacques 3 :5-6). Pour cette raison, il convient de l’utiliser avec prudence.

Il est facile de calomnier, de manquer de respect, de blesser, et de broncher de diverses manières quand on n’a pas sa langue dans sa poche. La Bible nous exhorte à emprunter une voie différente car « Celui qui parle beaucoup ne saurait éviter de pécher, mais l’homme avisé met un frein à ses lèvres. » (Proverbes 10 :19, La Bible du Semeur). Elle nous donne aussi le conseil suivant : « Que votre parole soit toujours empreinte de la grâce de Dieu et pleine de saveur pour savoir comment répondre avec à-propos à chacun. » (Colossiens 4:6, La Bible du Semeur).

Parler est un exercice délicat. Demandons au Seigneur la grâce de nous maîtriser quand il n’est pas nécessaire de parler, de réfléchir mûrement avant d’ouvrir la bouche, et de parler avec sagesse.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :