Posts Tagged ‘wickedness’

GOODNESS BREAKS THE CHAINS OF WICKEDNESS

“Ba kar ki loué nvou be bele nding.”  (proverbe ewondo)

“On n’appelle pas le chien avec le fouet.” (proverbe ewondo)

“One does not call a dog with a whip.” (Ewondo proverb)

Meaning: A mean person cannot claim to want to gather and reconcile people.

 (Proverb collected by Dr. Emmanuel BECHE on behalf of the Francophone University of International Development)

 

Biblical Parallel

 Without doubt, the dense forest of the Ewondo countryside conceals a vast reservoir of wisdom. Tales and proverbs from this region of Cameroon are vivid examples. The proverb in view is particularly brilliant: “One does not call the dog with the whip.”

 The image of the dog used here is very revealing because this animal occupies a prominent place among domesticated animals. One might even say that it is a monarch among them. The proof is that the dog has a name, and not just any. Some dogs bear human titles, reflecting their importance in the eyes of their masters. Dogs accompany humans in many of their activities. They play several useful roles. They keep the house, participate in the hunt, ensure to some extent the security of property and persons, help shepherds, to name a few. Some well-trained dogs faithfully serve in the police force, customs, military, and even health centers. It is therefore not surprising that the dog has captured the heart of many people, young and old.

 But the dog can also be nasty, even cruel. But however mean a dog is, unless he is enraged or engaged in a fierce fight with another dog when someone else tries to intervene, he rarely attacks his master. What explains such loyalty? I guess the attention and the many acts of kindness it receives count for something. Herein lies the essence of this saying: goodness quenches wickedness’ momentum.

 At the time I am writing this piece, my thoughts fly to the Central African Republic and many other countries around the world who are going through situations that could not be more difficult because some individuals have become a pack of vicious dogs ready to devour the innocent. Besides prayer and the foreign intervention, what can we do to stop evil and prevent the risk of further aggravations; what can be done to break the bonds of wickedness? There is no magic formula. However, if each one stopped pointing an accusing finger at others, recognizing one’s own failures (in good conscience), and letting God burn the roots of wickedness by the gentle fire of his love, peace would return. 

We would see that Psalm 85:9-13, “Surely his salvation is near those who fear him, that his glory may dwell in our land. Love and faithfulness meet together; righteousness and peace kiss each other. Faithfulness springs forth from the earth, and righteousness looks down from heaven. The Lord will indeed give what is good, and our land will yield its harvest. Righteousness goes before Him and prepares the way for his steps.” God is rich in mercy (cf. Exodus 34:6-7; Isaiah 54:10; Lamentations 3:22; Micah 7:18). Those who fear Him and who want to truly honor Him must also be kind. This is also his will for His creatures, and especially believers (Micah 6:8; 1 Corinthians 13:4; Galatians 5:22; Colossians 3:12). God helped Joseph to be kind to his brothers who had sold him, and gave David the moral strength to be merciful towards King Saul (and his family) even when he had tried several times to kill him. The Lord Jesus is « the same yesterday, today and forever (Hebrews 13:8).” Let us draw from Him the strength necessary to live out the goodness that breaks the chains of wickedness, because we must never forget, « One does not call the dog with the whip.”

 

Copyright © by Moussa Bongoyok , 2014.

LA MECHANCETE N’A PAS D’AMI

“To a don wasa ngaska ngayandi ta luggin.” (Balndol fulbe)

« Si tu creuses le trou de la méchanceté, ne l’approfondis pas. » (proverbe Fulbe)

« If you dig a hole of wickedness, do not dig deep.” (Fulbe proverb)

Signification: « Si tu tends un piège à ton prochain, tu y tomberas toi-même. »


Parallélisme biblique

La sagesse Fulbe utilise ici une image forte. C’est celle d’une méchante personne qui creuse un trou profond pour faire du mal à son prochain et qui s’y retrouve elle-même. A travers ce proverbe, le Fulbe mettent la société en garde contre les coups bas, les pièges, les complots et divers actes de méchanceté perpétrés contre les prochains.

C’est exactement ce que la Bible déclare en Proverbes 26 :27 : « Celui qui creuse une fosse y tombe, Et la pierre revient sur celui qui la roule. » (La Bible du Semeur). En effet, Dieu condamne la méchanceté sous toutes ses formes. Les dix commandements, qui trouvent leur meilleure synthèse dans l’amour (pour Dieu et pour les prochains) qu’enseigne le Christ, attirent notre attention sur la volonté de Dieu de détacher ses créatures des chaînes de la méchanceté.  Le déluge (Cf. Genèse 6 :5-8) et de nombreux autres jugements qui ont frappé des peuples et des individus depuis  la création sont assez eloquents sur les conséquences de la méchanceté.

La méchanceté n’est pas une amie car elle a l’art de se retourner contre celui ou celle qui en est la source. A ce titre, Sénèque avait raison  d’écrire que « La méchanceté boit elle-même la plus grande partie de son venin. » Ce qui est arrivé à  Haman doit nous servir de leçon,  lui qui en voulait tellement à Mardochée qu’il a monté un plan dans le but de tuer ce dernier et même massacrer  tous ceux de sa race, notamment les Juifs.  Mal lui en a pris, car il s’est retrouvé pendu au poteau qu’il avait apprêté   pour Mardochée  (Voir Esther 3 :1-7 :10).

Dans ce monde où l’orgueil, la jalousie, les calculs politiques, les intérêts égoïstes et de nombreuses autres raisons poussent des personnes à se livrer au jeu mortel de la méchanceté, marquons la différence en nageant à contre courant. Demandons à Dieu de transformer nos cœurs, de nous donner une nouvelle vision de la vie en société et de nous remplir de la force spirituelle nécessaire qui nous permettra d’aimer tous nos prochains. Ne laissons pas les pratiques religieuses nous détourner de l’essentiel ou, pire encore, servir de prétexte pour couvrir et justifier des actes de méchanceté. L’heure est venue de réécouter le message divin sur le vrai jeûne : « Le jeûne qui me plaît est celui qui consiste à détacher les liens de la méchanceté, à délier les courroies de toute servitude, à mettre en liberté tous ceux que l’on opprime et à briser toute espèce de joug. C’est partager ton pain avec ceux qui ont faim, et offrir l’hospitalité aux pauvres sans abri, c’est donner des habits à celui qu’on voit nu, ne pas te détourner de ton prochain.  (Esaïe 58 :6-7, La Bible du Semeur). Ici, le texte montre qu’il n’est pas normal de garder les liens de la méchanceté sous le manteau de la religiosité.  Colossiens 3 :5-11  dit la même chose, en d’autres termes : « Faites donc mourir tout ce qui, dans votre vie, appartient à la terre, c’est-à-dire: l’inconduite, l’impureté, les passions incontrôlées, les désirs mauvais et la soif de posséder qui est une idolâtrie. Ce sont de tels comportements qui attirent la colère de Dieu sur ceux qui refusent de lui obéir. Et vous-mêmes aussi, vous commettiez ces péchés autrefois lorsqu’ils faisaient votre vie. Mais à présent, débarrassez-vous de tout cela: colère, irritation, méchanceté, insultes ou propos grossiers qui sortiraient de votre bouche! Ne vous mentez pas les uns aux autres, car vous vous êtes dépouillés de l’homme que vous étiez autrefois avec tous ses agissements, et vous vous êtes revêtus de l’homme nouveau. Celui-ci se renouvelle pour être l’image de son Créateur afin de parvenir à la pleine connaissance. Dans cette nouvelle humanité, il n’y a plus de différence entre Juifs et non-Juifs, entre circoncis et incirconcis, étrangers, barbares, esclaves, hommes libres: il n’y a plus que le Christ, lui qui est tout et en tous. » (La Bible du Semeur).

La méchanceté est incompatible avec la vie nouvelle en Christ. Toute personne qui croit en Dieu est appelé à s’en distancer. Fuyons la méchanceté et poursuivons la bonté.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :