Posts Tagged ‘REMEAF’

CHOISIR SES AMIS AVEC PRUDENCE

« Ayonkogoro nti na okoto annya ti. » (proverbe akan du Ghana)

« It was because of bad friends that the crab has no head. » Akan proverb Ghana

“C’est à cause de mauvais amis que le crabe n’a pas de tête.” (proverb akan du Ghana)

Signification: Il faut choisir ses amis avec prudence.

Source: http://content.ghananation.com/templates/?a=89

Parallélisme biblique

La forme singulière du crabe intrigue nombre d’observateurs. Aussi l’Afrique est-elle riche en contes et légendes qui essaient d’expliquer pourquoi il ne semble pas avoir de tête. Si plusieurs contes rendent le crabe responsable de sa propre mésaventure à cause de sa négligence ou de son orgueil, un conte ghanéen trouve plutôt c’est la faute de l’araignée.  D’après ce conte, le crabe et l’araignée étaient des amis. Mais le crabe était plus beau et avait une très belle voix. Or, les deux nageaient souvent ensemble et avaient coutume de déposer leurs têtes sur le bord de la rivière avant de se plonger dans l’eau.  Un jour, mûe par la jalousie, l’araignée sortit précipitamment de la rivière où ils nageaient, s’empara de la tête du crabe et s’évanouit dans la nature. Par pitié, Dieu donna au crabe de nouveaux yeux et une nouvelle bouche pour lui permettre de survivre mais il ne retrouva plus sa forme d’antan. D’où le proverbe : “C’est à cause de mauvais amis que le crabe n’a pas de tête.”

Ce conte nous fait penser à un personnage biblique doté d’une force extraordinaire mais qui, à cause d’une mauvaise amie, a d’abord perdu  ses yeux, et ensuite sa vie. Vous l’avez deviné, il s’agit de Samson (voir Juges chapitres 13-16). Personne ne souhaite terminer sa vie comme Samson. Pourtant, nombreux sont ceux et celles qui chaque jour, s’accrochent à de faux amis au grand mépris des avertissement bibliques (Cf. Psaume 1 :1-3 ; Proverbes 4 :14-19 ; 1 Cor. 15 :33). En tant que croyants, nous devons aimer tout le monde, même nos ennemis (Matthieu 5 :43-45). Mais il y a une grande différence entre aimer une personne et en faire son ami(e) intime. Soyons sages, prions et réfléchissons mûrement avant de choisir nos amis et nos compagnons. Confucius disait : « Trois sortes d’amis sont utiles, trois sortes d’amis sont néfastes. Les utiles : un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé. Les néfastes : un ami faux, un ami mou, et un ami bavard. »  Quoique nous n’épousions pas la philosophie religieuse de Confucius, nous saluons la justesse de sa pensée sur ce point.  Nous ajoutons toutefois qu’il n’est pas suffisant qu’un(e) ami (e) soit droit(e), fidèle et cultivé(e). Il faudrait qu’il ou elle ait la crainte de Dieu, vive dans la droiture, et partage les mêmes convictions spirituelles que nous.  Daigne le Seigneur nous accorder la grâce et la sagesse de nous détacher de toute amitié piégée et de trouver nos amis intimes parmi ceux et celles qui craignent Dieu et le servent fidèlement !

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2014.

THE TWO KEYS THAT WILL HELP YOU TO MAKE A DIFFERENCE THIS YEAR

“Alein ma zlit akulo yorgo colol lâ mi te vut agu ma ned’a.” (Proverbe Marba/Tchad)

  » The early bird eats ripe fruit. » (A Marba Proverb / Chad )

 Meaning: The one who wakes up early reaps happiness.

 (Dr. Emmanuel BECHE collected this proverb on behalf of the Francophone University of International Development)

Biblical Parallel

 In primary school, I was part of the last generation of schoolchildren who had the pleasure of wielding a fountain pen, inkwell and blotter. This is a particularly delicate exercise. I always remember unavoidable mishaps and the promptness with which I grabbed the blotter to limit the damage. I do not forget the joy with which I welcomed each new page of the notebook. It gave me the opportunity to move a little closer to excellence in writing.

 Early this year, you may have had the same feeling. The question nagging your mind may be: What can I do to be more successful this year? Already, the days that passed do not seem to give the promise of January 1 with a lot of good resolutions and dreams. The answer to this legitimate concern appears to be in the cultural wealth of the Marba people (in Chad) who had the privilege to offer humanity this fascinating proverb: ‘The bird who gets up early eat ripe fruit.’

In the natural environment of the Marba, as it is the case throughout the Sahelian zone, wild fruit trees are becoming increasingly rare due to alarmingly rapid desertification. Thus we can understand the eagerness with which the birds flock to the ripe fruits when they are available. The result is clear: some of them get up early to take a lion share and the others must be content with crumbs or unripe fruit. If this is sad, how much more is it when humans who act like the latter group of birds? It is to each of us that the Marba cater in reminding us that happiness accompanies those who get up early. Better yet, they invite us to discover the double secret of disciple and diligence. These are two key concepts encapsulated in the proverb.

This brings to mind one very revealing biblical text.  « A little sleep, a little slumber, a little folding of the hands to rest and poverty will come on you like a thief and scarcity like an armed man (Proverbs 6: 10 -11, NIV).” These words are repeated verbatim in Proverbs 24:33 -34. Proverbs 20:13 conveys the same idea but in slightly different terms while introducing a positive complement:  » Do not love sleep or you will grow poor; stay awake and you will have food to spare. (NIV)”. Many other biblical texts communicate similar ideas, reflecting the importance that our Creator gives them.

 Even though a superficial reading of these texts seems to emphasize diligence, it is discipline that is the true essence of the message. Discipline is necessary to go to bed early to get up early even when games, futile talks with false friends, some programs on television or on the Internet, and many other distractions seem catchy or compelling. Discipline is essential when sleep seems so sweet you do not want to leave the bed at all despite the deafening noise of the alarm clock or the insistence of the spouse for those who are married. Discipline is a bitter but effective pill. A Chinese proverb declares: « Happiness is always after strenuous effort. »

 If we want to make a difference this year and in the future, let us learn to use both keys: discipline and diligence. Even so, one question remains: How does one successfully overcome bad habits imposing themselves like impassable mountains in view and make good use of these keys of success? Brian Tracey, in his excellent book The Power of Discipline (2008: 15 -19 ) recommends a seven-step approach:

  1. First, decide exactly what you want
  2. Write down your goal
  3. Set a deadline for achieving it
  4. Make an exhaustive list of everything that can help you achieve your goal
  5. Organize the list by priority and sequence
  6. Take action on your plan immediately
  7. Do something every day that moves you in the direction of your major goal

 Furthermore, I propose three additional steps without which the foregoing may collapse like a house of cards:

  1. Start each day with meditation on a biblical text and prayer time because it is only God who gives true success. The secret of true happiness is found only in Him. Pray throughout the day.
  2. Maintain a good relationship with your Lord and lead a life of sanctification so that nothing hinders your prayers. If you happen to sin, ask for forgiveness and God’s aid, then continue your walk with the Lord with a pure conscience.
  3. Share your goal with two serious friends and ask them to pray for you and challenge you every time you are tempted to deviate from your goal(s)

 Finally, Robert Kiyosaki said: « Do not sacrifice what you want most for what you want now. » Keep your eyes on the Lord and focus on the major goal you want to achieve in this season of your life. Escape the pitfalls of distractions and fleeting pleasures that keep you from getting up early to eat the ripe fruit of life. I hope that you will consider these tips throughout this New Year. I am sure if you do, you will notice the difference starting today. And if it produces tangible results in your life, please let me know. May God grant us the grace to always be disciplined and diligent!

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2014.

 

LES DEUX CLES QUI VONT VOUS AIDER A MARQUER LA DIFFERENCE CETTE ANNEE

“Alein ma zlit akulo yorgo colol lâ mi te vut agu ma ned’a.” (Proverbe Marba/Tchad)

 « L’oiseau qui se lève tôt mange du fruit mûr. » (Proverbe Marba/Tchad)

« Early bird eats ripe fruit. » (Marba proverb/Chad)

Signification : Le bonheur appartient à celui ou celle qui se réveille tôt.

(Ce proverbe a été recueilli par Le Dr Emmanuel BECHE pour le compte de l’Université Francophone de Développement International) 

Parallélisme biblique

A l’école primaire, je faisais partie de la dernière génération d’écoliers qui ont eu le plaisir de manier la plume, l’encrier et le buvard. C’est un exercice particulièrement délicat. Je me souviens toujours des inévitables ratures et de la promptitude avec laquelle je saisissais le buvard pour limiter les dégâts. Je n’oublie pas non plus la joie avec laquelle j’accueillais chaque nouvelle page du cahier. Elle me donnait l’occasion d’avancer un peu plus vers l’excellence dans l’écriture.

En ce début d’année, vous avez peut-être le même sentiment. Mais une question taraude votre esprit : Que puis-je faire pour mieux réussir cette année ? Déjà les premiers jours écoulés ne semblent pas donner les promesses du premier Janvier avec son lot de belles résolutions et de rêves. La réponse à cette préoccupation somme toute légitime semble se trouver chez les Marba du Tchad qui ont eu le privilège d’offrir à l’humanité ce proverbe combien fascinant : « L’oiseau qui se lève tôt mange du fruit mûr. »

En pays Marba comme dans toute la zone sahélienne, les arbres fruitiers sauvages se font de plus en plus rares du fait d’une désertification rapide et alarmante. Aussi peut-on comprendre l’acharnement avec lequel les oiseaux se ruent sur les fruits mûrs quand ils sont disponibles. Le résultat est sans appel :ceux d’entre eux qui se lèvent tôt se taillent une part de lion et  les autres doivent se contenter des miettes ou des fruits non mûrs. Si le sort de ces derniers est triste, celui des humains qui agissent comme eux est beaucoup plus pathétique. En réalité c’est à chacun d’entre nous que les Marba s’adressent pour nous rappeler que le bonheur accompagne ceux qui se lèvent tôt.  Mieux encore, ils nous invitent  à découvrir le double secret de la disciple et de la diligence qui sont en réalité les deux concepts clés encapsulés dans ce proverbe.

Ceci rappelle un texte biblique très révélateur :  « ‘Je vais faire juste un petit somme, dis-tu, juste un peu m’assoupir, rien qu’un peu croiser les mains et rester couché un instant.’ Mais pendant ce temps, la pauvreté s’introduit chez toi comme un rôdeur, et la misère comme un pillard (Proverbes 6 :10-11, La Bible du Semeur). »  Ces paroles sont reprises textuellement dans Proverbes 24 :33-34. Proverbes  20 :13 véhicule la même pensée  mais en des termes un peu différents tout en introduisant un complément positif : « N’aime pas trop le sommeil, pour ne pas finir dans la pauvreté: garde tes yeux ouverts, et tu auras de quoi te rassasier (La Bible du Semeur). » De nombreux autres textes bibliques communiquent des idées semblables, ce qui dénote l’importance que notre Créateur y accorde. Mais, si une lecture superficielle de ces textes semblent mettre en relief la diligence,  en réalité c’est la discipline qui en est la vraie quintessence.  La discipline est nécessaire pour se coucher tôt en vue de se lever tôt même quand des jeux, des causeries futiles avec de faux amis, certains programmes à la télévision ou sur l’internet, et bien d’autres distractions, semblent accrocheurs voire irrésistibles.  La discipline est incontournable quand le sommeil semble si doux qu’on ne veut pas du tout quitter le lit malgré le bruit assourdissant du réveil ou les interpellations de la conjointe ou du conjoint pour ceux qui sont mariés. La discipline est comme un comprimé amer mais efficace. Un proverbe chinois ne dit-il pas « Le bonheur est toujours au bout des efforts pénibles »?

Si nous voulons marquer la différence cette année et dans l’avenir apprenons à utiliser les deux clés que sont la discipline et la diligence.  Toutefois, une question demeure : Comment réussir à surmonter les mauvaises habitudes qui s’érigent en montagnes infranchissables sur notre chemin en vue de faire un bon usage de ces clés de succès? Brian Tracey, dans son excellent ouvrage intitulé The Power of Discipline (2008 :15-19) recommande une démarche en sept étapes :

1)    Premièrement, décidez exactement ce que vous voulez

2)    Consignez votre objectif par écrit

3)    Fixez une date limite pour l’atteindre

4)    Dressez une liste exhaustive de tout ce qui peut vous aider à atteindre votre objectif

5)    Organisez la liste par séquence et priorité

6)    Passez immédiatement à la mise en œuvre de votre plan

7)    Faites chaque jour quelque chose qui vous pousse dans la direction de votre objectif

Je propose trois autres éléments sans lesquels tout ce qui précède risque de s’écrouler comme un château de cartes  : 

8)    Commencez chaque journée par un temps méditation biblique et de prière car c’est Dieu seul qui donne la vraie réussite. Le secret du vrai bonheur ne se trouve qu’en lui. Priez regulièrement au courant de la journée.

9)    Maintenez une bonne relation avec votre Seigneur  et menez une vie de sanctification afin que rien ne fasse obstacle à vos prières. S’il vous arrive de pécher, demandez pardon, implorez son secours, et continuez votre marche avec le Seigneur avec une conscience pure.

 10) Partagez votre objectif avec deux amis sérieux et demandez-leur de prier pour vous et de vous interpeller chaque fois que vous êtes tenté(e) de dévier de votre objectif (ou de vos objectifs).

Pour finir, Robert Kiyosaki a dit : « Ne sacrifiez pas ce que vous voulez plus pour ce que vous voulez maintenant. » Garder les yeux fixés sur le Seigneur et se concentrer sur le but qu’on veut atteindre sont deux dispositions qui permettent d’échapper aux pièges des distractions et des plaisirs éphémères qui empêchent de se lever tôt pour manger les fruits mûrs de la vie. J’ose croire  que vous tiendrez compte de ces conseils tout au long de cette nouvelle année. Je suis persuadé que si vous le faites, vous marquerez la différence à partir d’aujourd’hui. Et si cela produit des résultats palpables dans votre vie, veuillez me le faire savoir. Que Dieu nous accorde la grâce d’être toujours disciplinés et diligents !

 

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2014.

NE COMMETTEZ PAS DEUX FOIS LA MEME FAUTE

“Ting elé biyon bi fey afan ndzang.” (Proverbe ewondo)

“Si tu te retrouves deux fois sous le même tronc d’arbre en forêt, tu es égaré.” (proverb ewondo)

“As you go through the forest, if you find yourself under the same tree twice, you are lost” (Ewondo Proverb)

Signification: Celui qui commet deux fois la même faute, manque de sagesse.

(Proverbe recueilli par le Dr Emmanuel BECHE pour le compte de l’Université Francophone de Développement International)

 

 Parallélisme biblique

 Les Ewondo vivent dans un cadre naturel particulièrement béni. La générosité de la pluviométrie, la douceur du climat, la densité et la beauté édénique de la végétation, sont de nature à faire rêver au moins la moitié des habitants de notre planète. Chaque Ewondo doit normalement se lever chaque matin avec un chant de louange dans le cœur à la gloire du Créateur. Mais, toute médaille a son revers. La forêt, quoique fascinante, peut aussi dévorer comme un ogre celui ou celle qui s’y aventure sans en maîtriser les rouages. Il est facile de s’y perdre. Voilà qui donne tout son sens à notre proverbe : “Si tu te retrouves deux fois sous le même tronc d’arbre en forêt, tu es égaré.”

 Cette parole de sagesse semble être effrontément simpliste, mais en réalité elle est très profonde. Au-delà de la forêt avec ses gros arbres et ses sentiers quasi inexistants, elle nous parle de la vie avec ses multiples défis. La densité de notre existence et la complexité de la nature humaine nous plongent facilement dans l’univers des défaillances et des fautes. Commettre une erreur, même pour la première fois, est souvent lourde de conséquences; mais cela peut facilement se comprendre. Commettre la même erreur une seconde fois, c’est vraiment faire preuve d’un manque flagrant de sagesse. Cela nous rappelle une expression latine:« L’erreur est humaine, persévérer dans l’erreur est diabolique » (Errare humanum est, perseverare diabolicum). En somme, les Ewondo nous invitent à prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour, autant que faire se peut, ne pas commettre deux fois la même faute.

 C’est justement ce que la Bible semble communiquer à travers le récit de la femme prise en flagrant délit d’adultère en Jean 8 :1-11. Elle n’a pas été lapidée comme le souhaitaient ses accusateurs. Toutefois, le Seigneur ne s’est pas contenté de lui pardonner ; il a tout de suite ajouté « Va, et ne pèche plus ». En effet, il aurait été insensé pour cette femme de continuer à vivre dans l’adultère après avoir échappé de justesse à une mort aussi honteuse que douloureuse.  Ce serait, pour emprunter une expression biblique, comme «  un chien qui retourne à ce qu’il a vomi » (Proverbes 26 :11 2 Pierre 2 :22). Dieu est prêt à nous pardonner nos péchés si nous venons à lui avec un cœur repentant (1 Jean 1 :8-9). Mais il veut que désormais nous marchions en nouveauté de vie, sur la voie de la sanctification (Colossiens 3 :1-25). Et si nous manquons de force ou de sagesse, il est prêt à voler à notre secours par la puissance de son Saint-Esprit. C’est ainsi que Paul pouvait dire en Philippiens 4 :13, « je peux tout, grâce à celui qui me fortifie » (La Bible du Semeur).

Dans la vie courante comme dans notre relation avec Dieu, apprenons à tirer des leçons de nos fautes. Réfléchissons sur les causes profondes de chaque faute commise. Demandons pardon à Dieu et aux prochains  offensés. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne plus retomber dans la même erreur tout en demandant constamment au Seigneur de bien vouloir nous accorder la force, la sagesse et la discipline nécessaires.

 

© Copyright 2013 by Moussa Bongoyok.

UN TEMPS POUR RECOLTER

“Ngwar a gi kəda azbai.” (N’gèlègèdma mafahai)

 

« La saison sèche n’est pas égoïste. » (Proverbe Mafa)

 

« Dry season is not stingy. » (Mafa proverb)

 

Signification: Celui ou celle qui travaille bien pendant la saison pluvieuse peut espérer une bonne récolte en saison sèche.

 

Parallélisme biblique

 

Nous avons voulu profiter de notre séjour au Cameroun pendant cet été pour élargir notre recueil de proverbes du terroir. L’aventure n’était pas très fructueuse mais nous avons appris une excellente leçon : les proverbes se recueillent mieux en écoutant les gens parler dans leur langue. Aussi avons-nous beaucoup appris en écoutant les gens.

Un jour, nous étions en train de dialoguer avec un jeune professeur de lycée au sujet de son désir de poursuivre ses études doctorales à distance au sein de l’Université Francophone de Développement International et de son espoir de financer ses études avec le fruit de la vente de ses produits agricoles.  En parlant, il cita ce proverbe mafa : « La saison sèche n’est pas égoïste. » Il voulait traduire par là la confiance que Dieu bénira ses efforts et lui donnera de jouir des fruits de son dur labeur. 

En l’écoutant, les paroles de 1 Corinthiens 15 :58 me sont venues à l’esprit: « C’est pourquoi, mes chers frères, soyez fermes, ne vous laissez pas ébranler, travaillez sans relâche pour le Seigneur, sachant que la peine que vous vous donnez au service du Seigneur n’est jamais inutile.” (La Bible du Semeur). En effet Dieu n’est pas injuste pour oublier ce que nous faisons pour l’amour du prochain, l’avancement de son règne et la gloire son saint nom. Voilà pourquoi il est écrit dans Apocalypse 14:13: “Puis j’entendis une voix venant du ciel me dire: – Ecris: Heureux, dès à présent, ceux qui meurent unis au Seigneur. Oui, dit l’Esprit, car ils se reposent de toute la peine qu’ils ont prise, et ils seront récompensés pour leurs œuvres.” (La Bible du Semeur).

 

A la lumière de ces deux textes bibliques, le proverbe mafa m’a tout de suite fait penser à deux applications spirituelles :

1)  Nous devons travailler durement pendant notre pèlerinage terrestre. C’est notre saison pluvieuse. Nous n’avons qu’une seule vie sur cette terre et après la mort vient la saison sèche qui correspond à l’heure de la reddition des comptes, de la vraie moisson.

2)  Ceux et celles qui travaillent bien, et bâtissent leurs œuvres sur le solide fondement de la foi en Jésus-Christ, ne maqueront pas leurs récompenses. Cela devrait être suffisant pour nous encourager à persévérer dans l’œuvre du Seigneur même quand nous nous butons aux incompréhensions, à l’adversité,  au découragement, à l’ingratitude et même parfois à l’opposition de nos prochains, voire de nos plus proches collaborateurs.

Daigne le Seigneur nous accorder la sagesse et la force de semer abondamment et de travailler dans son champ avec diligence car une très belle moisson est en vue dans un contexte de joie éternelle!

 

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012

RESPECT MUTUEL

“Mdu o mrasa nguo ya kawi” Kiuru Proverb (Dialect of Chagga language, Tanzania)

“Le prochain est un second vêtement” (Proverbe kiuru)

“A neighbor is a second cloth” Kiuru Proverb

 

Signification: Nous devons nous respecter les uns les autres.

 

Source: Father Michael Mushi, A.J

http://www.afriprov.org/index.php/bibliography/384-endangered-african-proverbs-collections-chagga-tanzania-sayings-.html

 

Parallélisme biblique :

Un vêtement sert essentiellement à couvrir la nudité et à protéger le corps de celui ou de celle qui le porte. Ceci est une clé herméneutique importante dans la compréhension  du proverbe susmentionné. Il est alors aisé d’appréhender la profondeur du symbolisme qui constitue l’épine dorsale  de cette parole de sagesse. Le prochain, perçu comme un vêtement, est du coup une personne qui nous rend d’énormes services car elle nous est fort utile pour couvrir notre nudité. Bien entendu, la nudité dont il est question ici est avant tout une nudité morale. Vu sous cet angle, le bon prochain couvre les erreurs, pardonne les fautes et les péchés, n’expose pas au grand public les défauts des autres, et cherche à régler les problèmes aussi discrètement que possible.

Un vêtement joue aussi un rôle esthétique. Il apporte un plus dans l’apparence physique d’une personne et ne saurait être négligé dans la beauté. De même, un prochain digne de ce nom peut projeter une belle image de ses semblables, renforcer leur honneur, les rendre beaucoup plus agréables aux yeux de autres.

Dans les deux cas, le bon prochain contribue à lever haut l’étendard de la respectabilité des hommes et des femmes qui l’entourent. C’est justement ce que la Bible enseigne quand elle nous recommande de nous respecter les uns les autres : « Quant à l’affection fraternelle, soyez pleins de tendresse les uns pour les autres. Soyez les premiers à honorer les autres.” (La Nouvelle Bible Second). La Bible T.O.B. semble offrir une meilleure traduction de ce verset: « Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres. Honorez-vous, respectezvous réciproquement.”  

Dieu veut que nous nous respections mutuellement. Joseph l’a bien compris quand, après avoir constaté que Marie était enceinte, il a opté pour la solution d’une rupture secrète (Mt. 1 :19). Il aurait pu provoquer un scandale public. Les gens lui auraient donné raison, mais il s’est gardé de le faire. Combien de chrétiens, même évangéliques, ont une telle noblesse d’esprit de nos jours ?

C’est aussi le même esprit qui a animé le bon samaritain de la Parabole du Seigneur dans Luc 10 :25-37.  Il aurait pu profiter du climat d’inimitié entre les Juifs et les Samaritains pour assommer son prochain grièvement blessé, sans défense, dénudé, et livré à la honte publique. Contre toute attente, c’est lui (et non ses compatriotes qui de surcroit étaient religieux) qui s’est occupé du Juif agressé par des brigands. En agissant de la sorte, il a été, pour emprunter les termes du proverbe kiuru, « un second vêtement » pour son prochain. Si seulement nous pouvions agir de même dans toutes nos relations humaines ! Le monde aurait un visage différent. Car, comme l’a si bien écrit Vagner Fernandes LOBOSCO, « Le respect, c’est comme les sourires : ça ne coute rien et tout le monde aime ça. » On pourrait aussi dire : Le respect c’est comme les sourires : ça se propage facilement et ça fait du bien à tout le monde. Allons donc et soyons les premiers à respecter nos prochains, à couvrir leur nudité morale, et à faire briller leur respectabilité, par amour sincère pour eux et pour la gloire de Dieu.

 

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012

Nouvelles du REMEAF

Nous voulons portons à votre connaissance  que le Réseau de Missiologie Evangélique pour l’Afrique Francophone (REMEAF) est à votre service.

BUT ET OBJECTIFS

Le REMEAF a pour but de servir de cadre stratégique de réflexion et d’échanges sur des sujets qui ont trait à la missiologie telle qu’elle est conçue et vécue en Afrique Francophone.  A ce stade, le REMEAF poursuit quatre principaux objectifs :

–        Faciliter les échanges entre les missiologues d’Afrique francophone en vue de stimuler la réflexion missiologique et de promouvoir le partenariat

–       Organiser une consultation missiologique par an

–       Constituer une banque de données missiologiques stratégiques et fiables

–       Encourager des actions missionnaires concrètes au niveau des églises locales, des dénominations, des associations chrétiennes nationales ou régionales, des agences missionnaires, des écoles de formation et des chrétiens individuels.

MEMBRES

Tous les  missiologues évangéliques et les amis de la missiologie vivant en Afrique francophone ou originaires de l’Afrique francophone peuvent devenir membres du réseau.


BASE DOCTRINALE

Les membres du réseau se reconnaissent dans la base doctrinale de l’Association des Evangéliques d’Afrique (AEA) dont le texte suit :

Nous croyons

  1. A l’Ecriture sainte, telle qu’elle a été donnée par Dieu a son origine, divinement inspirée, infaillible, exempte d’erreur, entièrement digne de confiance, autorité souveraine en toute matière de foi et de conduite.
  2. En un seul Dieu, en trois personnes, de toute éternité: Père, Fils et Saint-Esprit.
  3. En Jésus Christ, notre Seigneur, Dieu manifesté en chair, né de la vierge Marie, à son humanité exempte de péché, ses miracles divins, sa mort expiatoire substitutive, sa résurrection corporelle, son ascension, son œuvre médiatrice et son retour personnel dans la puissance et la gloire.
  4. Au salut de l’homme perdu et pécheur, grâce au sang versé par Jésus Christ notre Seigneur, et à sa régénération par le Saint-Esprit. Ce salut est obtenu non par les œuvres, mais seulement par la foi.
  5. Au Saint-Esprit, qui habite le croyant, le rendant capable de vivre saintement, de vivre et de travailler pour Jésus Christ.
  6. A l’unité spirituelle de tous ceux qui, ayant cru en Jésus-Christ pour leur salut, ont été régénérées par le Saint-Esprit et forment ainsi l’Eglise, le corps de Christ dont Il est la tête.
  7. Que Satan est une personne, dont le désir est de prendre la place de Dieu et de contrarier ses desseins et dont la fin sera la condamnation au châtiment éternel.
  8. A la résurrection corporelle de tous les morts : des croyants pour l’éternelle félicité et des incroyants pour le jugement et le châtiment éternel.

PARTENARIATS

REMEAF envisage de travailler avec les institutions de formation en théologie et missiologie évangéliques et d’autres associations et réseaux de missiologie évangéliques à travers le monde.

CHAMP ET MOYENS D’ACTION

Son champ d’action est l’Afrique francophone. Toutefois, le REMEAF s’intéresse aussi à tout ce qui se passe sous d’autres cieux et qui touche de près à la missiologie et aux œuvres missionnaires en Afrique francophone. Nos moyens d’action sont, entre autres, les consultations missiologiques, les séminaires, l’internet, les bulletins de nouvelles, les recherches missiologiques de niveau universitaire et la publication de ces recherches en français ainsi que dans les principales langues parlées par les peuples d’Afrique francophone, et le partenariat.

FONCTIONNEMENT

Dès sa création, le REMEAF a mis sur pied un bureau constitué de quatre membres. Ce bureau sera renouvelé tous les quatre ans  au cours des consultations missiologiques.

Le bureau de coordination du réseau actuel est composé des personnes suivantes :

Coordinateur : Moussa Bongoyok (il est en même temps chargé de la banque des données)
Coordinateur Adjoint : Mossai Sanguma (il est aussi chargé de l’information)
Responsable de la formation et de levée de fonds: Bako Ngarndeye Célestin
Responsable de la missiologie populaire et de la publication : Solomon Andria

NOUVELLES

Nous sommes heureux de porter à votre connaissance que  nous avons maintenant la possibilité de publier des articles de missiologie en ligne. Veuillez soumettre vos articles à l’adresse suivante: <remeaf@gmail.com> pour examen et publication éventuelle. 

Nous préparons aussi une lettre de nouvelles mensuelles. Veuillez nous envoyer vos nouvelles.

Enfin, nous préparons une consultation sur « la missiologie holistique: défis, opportunités et enjeux. » Nous vous donnerons de plus amples détails en temps opportun.

 

CONTACT

Pour toute question relative au REMEAF, veuillez envoyer votre message à l’adresse électronique suivante : <remeaf@missiologie.net> ou <remeaf@gmail.com>.

 

Vous pouvez joindre le REMEAF en nous écrivant. Vous pouvez aussi le faire en suivant le lien suivant: http://topchretien.jesus.net/groupes/view/2097/reseau-de-missiologie-evangelique-pour-lafrique-francophone-remeaf.html

Avec mes encouragements dans le Seigneur,

Moussa Bongoyok, PhD

Coordinateur du REMEAF.

(c) Copyright by REMEAF and Moussa Bongoyok, 2012

Pour acceder a notre blog: https://bongoyok.wordpress.com

Chers amis,

Nous avons remarqué des perturbations sur notre site <contributions africaines> depuis quelques temps. Nous sommes en train d’y remédier. En attendant, pour accéder à notre blog, veuillez le faire à travers le lien suivant: https://bongoyok.wordpress.com

Merci d’avance,

Moussa Bongoyok.

Faire ce qui est bien sans se lasser

“Uwakwensho bushiko, bamutasha ilyo bwaca.” (Zambian proverb)

“Celui qui vous accompagne pendant la nuit est remercié à l’aube” (Proverbe zambien)

“He who escorts you at night is thanked at dawn” (Zambian proverb)

Signification: Le soutien qu’on apporte à quelqu’un n’est souvent apprécié qu’à la fin.

Source : Nyambe Sumbwa Zambian Proverbs (Lusaka : ZPC Publications, 1993) p. 5.

 

Parallélisme biblique

La récente victoire de l’équipe zambienne à la coupe d’Afrique des nations fait braquer les regards sur la Zambie. Ce pays d’Afrique australe regorge de talents très remarquables. Il dispose également de nombreuses ressources sous exploitées. Nous nous intéressons ici aux proverbes.  Celui qui retient notre attention en ce moment porte sur un aspect important de la vie : il faut beaucoup de volonté et de persévérance pour aider ses semblables.

Très souvent, l’aide que l’on voudrait apporter aux autres ou le bien que l’on voudrait faire n’est pas applaudi au début. Au contraire, il semble y avoir de la résistance, de l’incompréhension ou des appréhensions. Cela peut facilement décourager le bienfaiteur ou la bienfaitrice si au départ la motivation n’est pas sincère, noble, et désintéressée.  Pour vaincre le découragement, la sagesse zambienne nous invite à considérer plutôt le résultat final de notre action, car très souvent, c’est à la fin que les gens remarquent le bien-fondé du soutien apporté, l’utilité de l’aide ou du travail abattu.

Dans ce domaine, le Seigneur Jésus Christ nous laisse un excellent exemple. La lecture des quatre évangiles nous livre d’amples détails sur les difficultés, les moqueries et l’opposition dont il a fait face. Pourtant, il est venu sur terre dans le but de sauver une humanité perdue et sans espoir. Ce n’est pourtant qu’après sa mort et sa résurrection que les yeux de nombreuses personnes se sont ouverts, entrainant de ce fait leur conversion et leur gratitude. Aujourd’hui, la communauté chrétienne, à travers le monde, loue le Seigneur pour le salut et pour ses nombreux bienfaits.

Justement, dans cet élan de gratitude, engageons-nous à l’honorer en marchant sur ses traces, en nous mettant sincèrement au service de nos prochains, et en faisant ce qui est juste à la lumière de la Bible.  Bravons les murs d’ingratitude, de préjugés, et de railleries.  Comme le dit si bien la Bible dans Galates 6 :9 « Faisons le bien sans nous laisser gagner par le découragement. Car si nous ne relâchons pas nos efforts, nous récolterons au bon moment. (La Bible du Semeur). Le dernier verset du quinzième chapitre de la première épître de Paul aux Corinthiens abonde dans le même sens. Sachons donc persévérer dans de bonnes œuvres.

 

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2012.

LA JEUNESSE A AUSSI UNE BOUCHE

« Gòwró kä ngon ì kä kùmänèé. » (Proverbe Sara)
« La petite courge est avec ses pépins. » (Proverbe Sara)

« The little pumpkin is with seeds. » (Sara Proverb)

Signification: “Le petit a aussi des idées à partager ou des conseils à prodiguer. Dans le cas d’une réunion, les jeunes ont leur mot à dire.”

Source: http://www.tchad.org/recherche/proverbes/sara.html (1-29-2012

 

 

Parallélisme biblique:

 

L’un des points communs des peuples africains est le respect des ainés. Généralement, les jeunes ont des oreilles mais ils n’ont pas de bouche. Ils n’ont pas droit à la parole en présence des plus âgés. Leurs avis ne pèse pas du tout dans la balance des décisions familiales ou communautaires. Aussi est-il surprenant d’entendre le peuple  Sara dire : « La petite courge est avec ses pépins”, pour traduire l’idée selon laquelle les petits peuvent aussi prodiguer de bons conseils ou avoir des positions qui méritent d’être prises en compte. Et pourtant, les Sara ont raison.

La Bible regorge d’exemples de jeunes qui ont marqué positivement leurs familles, leurs villes ou villages, leurs nations. C’est dans sa jeunesse que Joseph s’est distingué des autres tant en famille qu’à l’étranger. Grâce à ses conseils de nombreuses populations ont pu survire dans un contexte où la famine était particulièrement sévère (Voir Genèse 37-50).

David n’était qu’un jeune sans expérience militaire, mais il a relevé avec succès le grand défi que Goliath lança à toute l’armée d’Israël (1 Samuel 17). C’est grâce au conseil d’une petite fille juive que le chef de l’armée Syrienne, Naaman le lépreux, a trouvé le chemin de la guérison  (2 Rois 5). C’est grâce à l’intervention de son jeune neveu que Paul a échappé à un complot savamment planifié (Actes 23). On pourrait multiplier les exemples.

En somme, la jeunesse mérite d’être écoutée. Tout en faisant preuve de discernement (conseil également valable pour les moins jeunes), les parents et les leaders ont intérêt à se mettre à l’écoute de la jeunesse et à tenir compte de ses avis. Ceci est particulièrement valable en Afrique où la population est particulièrement jeune. On ne saurait valablement prétendre agir dans l’intérêt de la jeunesse sans lui donner l’occasion de s’exprimer et sans prendre en compte ses besoins réels. La jeunesse n’est pas seulement l’avenir de l’Eglise ou de la nation, elle porte les stigmates de son passé et constitue l’épine dorsale de son présent.  La jeunesse n’a pas que des oreilles, elle a aussi une bouche pleine de suggestions constructives et de paroles de sagesse.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2012

%d blogueurs aiment cette page :