Posts Tagged ‘proverbe malgache’

RESPECTER LES AUTORITES

« La bête qui n’a pas de tête ne marche pas. » (proverbe malgache)

« Ny biby tsy manan-doha tsy mandeha. » (Ohabolana Malagasy)

« The animal that has no head does not walk.” (Malagasy Proverb)

Signification: Un groupe ou une société qui n’a pas de leader ne prospérera pas.

Source : http://www.haisoratra.org/article.php3?id_article=170.

Parallélisme biblique

Nous vivons dans un monde où le refus de l’autorité frappe constamment à la porte de nos communautés. Le mauvais comportement et la corruption de certains leaders viennent compliquer la donne. Nous n’encourageons nullement les inconduites, les injustices et la corruption. Dieu condamne avec rigueur de tels écarts de conduite. Toutefois, le désordre et l’anarchie ne sont jamais de bonnes options.

De la même manière qu’on ne verra jamais une vache sans tête en train de marcher, un groupe ou une société sans leader ou sans respect pour son dirigeant (ou sa dirigeante) ne pourra pas prospérer. Une communauté qui n’a pas de leader ne pourra que s’enfoncer dans le chaos.

L’une des pages les plus sombres de l’histoire d’Israël est résumée en ces termes : « En ces temps-là, il n’y avait pas de roi en Israël. Chacun faisait ce qu’il jugeait bon. » Juges 21 :25 (La Bible du Semeur). La situation était évidemment chaotique.

Quand chacun fait ce qui lui semble bon dans un groupe ou dans une société, quand il n’y a pas un  minimum d’organisation, quand il n’y a pas de règles justes et claires qui régissent la vie commune, quand il n’y a pas de leader ou quand le leader en place n’est pas respecté, le désordre s’installe inévitablement et obstrue immanquablement le bien-être.

Il est donc important de s’organiser, de choisir un bon leader.  Il est aussi important de respecter l’autorité établie conformément à ce que la Bible déclare en Romains 13 :1-7 : « Que tout homme se soumette aux autorités supérieures, car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été mises en place par Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité lutte contre une disposition établie par Dieu, et ceux qui sont engagés dans une telle lutte recevront le châtiment qu’ils se seront attiré. Car ce sont les malfaiteurs, et non ceux qui pratiquent le bien, qui ont à redouter les magistrats. Tu ne veux pas avoir peur de l’autorité? Fais le bien, et l’autorité t’approuvera. Car l’autorité est au service de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, redoute-la. Car ce n’est pas pour rien qu’elle peut punir de mort. Elle est, en effet, au service de Dieu pour manifester sa colère et punir celui qui fait le mal. C’est pourquoi il est nécessaire de se soumettre à l’autorité, non seulement par peur de la punition, mais surtout par motif de conscience. C’est pour les mêmes raisons que vous devez payer vos impôts. Car ceux qui les perçoivent sont eux aussi au service de Dieu, dans l’exercice de leurs fonctions. Rendez donc à chacun ce qui lui est dû: les impôts et les taxes à qui vous les devez, le respect et l’honneur à qui ils reviennent. » (La Bible du Semeur).

Dans un article sur la soumission aux autorités publié sur le site reforme.net,  Antoine NOUIS a écrit: « Si Paul demande d’être soumis aux autorités, ce n’est pas que toutes les autorités sont parfaites mais il sait que l’autorité est nécessaire et qu’il est préférable d’avoir une autorité imparfaite qu’une autorité déficiente. »

Bien entendu, le respect de l’autorité n’exclut pas la possibilité de refuser tout ce qui va à l’encontre du respect pour Dieu, l’autorité suprême.  C’est à ce titre que Pierre et Jean ont pu dire : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » (Actes 5 :29, La Bible du Semeur). Mais il  faudrait bien noter que c’est seulement dans un contexte où le respect de l’autorité humaine entre en conflit avec le respect de l’autorité divine que le croyant a le droit de placer l’obéissance à Dieu au-dessus de tout. On comprend alors pourquoi le Seigneur ne s’est pas contenté de dire: « Rendez à César ce qui est à César » mais il a aussitôt ajouté  » Rendez à Dieu ce qui est à Dieu ». (Matthieu 22:21).

Même dans l’Eglise, il est important de respecter les dirigeants spirituels.  Il est écrit : « Nous vous demandons, frères, d’apprécier ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent au nom du Seigneur et qui vous avertissent. Témoignez-leur une grande estime et de l’affection à cause de leur travail. Vivez en paix entre vous. » (1 Thessaloniciens 5 :12-13, La Bible du Semeur). Respecter l’autorité établie, sans désobéir au Dieu Suprême, c’est agir conformément à la volonté du Seigneur. C’est aussi contribuer au bien-être social.

© Copyright 2010 by Moussa Bongoyok.

LA FORCE DE L’UNITE

« Mita be tsy lanin’ny mamba. » (Ohabolana Malagasy)

« Quand on est nombreux pour traverser la rivière, on n’est pas dévoré par les caïmans. » (Proverbe malgache)

« When a large group of people cross the river together, they are not eaten by caymans. » (Malagasy proverb).

Source: http://soanierana.over-blog.com/pages/PROVERBES_MALGACHES-318742.html

Signification : L’unité constitue une  force.

Parallélisme biblique

Les caïmans, les crocodiles et les alligators sont des reptiles aquatiques redoutables. Certaines espèces atteignent parfois six à sept mètres de long et peuvent facilement tuer des animaux  et même des êtres humains. Nombreux sont ceux qui ont été victimes de leurs puissantes mâchoires au moment de la traversée des rivières ou des fleuves.  Même en ce vingt-unième siècle, le danger n’est pas écarté. Au contraire, le nombre de personnes tuées par les reptiles crocodiliens semble plutôt avoir augmenté ces dernières années.

Face à ce phénomène inquiétant, la sagesse malgache propose une solution efficace : l’unité. Seul, on est à la merci du danger, mais ensemble on peut facilement braver l’ennemi le plus redoutable. On le voit bien, le proverbe malgache susmentionné utilise l’image du caïman pour désigner toute sorte d’obstacles, de dangers et de défis susceptibles d’entraver notre marche, nos progrès, ou notre bien-être. Là où les forces et les talents individuels sont limités, l’unité offre des solutions formidables.

L’unité est merveilleuse. C’est aussi ce que la Bible enseigne. Le texte d’Ecclésiaste 4 :12 affirme en clairement qu’ « Un homme seul est facilement maîtrisé par un adversaire, mais à deux ils pourront tenir tête à celui-ci. Et une corde à triple brin n’est pas vite rompue. » (La Bible du Semeur). L’unité constitue donc une force face à l’adversité. Mais tout ne s’arrête pas là. En lisant le Psaume 133, l’unité est décrite sous un angle beaucoup plus riche et profonde. Elle est présentée comme une source de bonheur et de bénédictions. Laissons la parole au psalmiste : « Oh! Quel plaisir c’est, pour des frères, et quel bonheur
que d’être ensemble! C’est comme l’huile parfumée répandue sur la tête, qui descend sur la barbe, la barbe d’Aaron, et coule jusqu’au bord de ses habits. C’est comme la rosée qui descend de l’Hermon
sur le mont de Sion. C’est là que l’Eternel accorde sa bénédiction et la vie pour toujours. » (Psaume 133 : 1-3, La Bible du Semeur). Voilà un texte qui devait amener tous ceux qui se veulent enfants de Dieu, frères et sœurs dans la foi, à poursuivre l’unité au lieu de se livrer au jeu dangereux de la division sous ses diverses formes.

Le Christ lui-même a prié pour l’unité des croyants (Cf. Jean 17). La nécessité de maintenir l’unité au sein de la communauté des disciples du Christ est soulignée avec force dans les épitres (1 Corinthiens 1 :10-17 ; Ephésiens 4 :1-13 ; Philippiens 2 :1-3 ; Colossiens 3 :14 etc.). L’unité dont parle la Bible n’est pas une uniformité.  Elle n’exclut pas la diversité. D’ailleurs, la Bible utilise l’image du corps et de ses divers membres pour en parler (1 Corinthiens 12 :12-26). Nos dons, nos talents, nos responsabilités au sein du corps, diffèrent ; mais nous avons besoin les uns des autres. Un membre du corps humain, si important soit-il, est voué à la mort s’il se détache du corps. Il a besoin des autres membres pour sa survie et pour son bon fonctionnement. Il est de même pour l’Eglise, corps de Christ. Nous avons besoin les uns des autres. Il est dangereux de faire cavalier seul dans la vie chrétienne, de se couper des autres frères et sœurs en Christ, et de vivre sa vie en véritable Robinson Crusoé spirituel. Certains individus essaient même de justifier leur détachement de l’assemblée et calment leurs consciences en écoutant des messages à la radio, à la télévision ou sur l’internet. Ce n’est pas le plan de Dieu pour ses enfants (Matthieu 18 :20 ; Romains 15 :1-13 ; Hébreux 10 :25). Nous somme appelés à être interdépendants. Unissons-nous et nous réussirons mieux.

L’unité chrétienne présente une belle image aux yeux des non-chrétiens et nous permet de mieux glorifier le Seigneur par nos actions communes. Elle nous permet aussi de mieux résister face aux assauts extérieurs, surtout en ces temps de la fin où l’Ennemi redouble d’ardeur  dans les attaques contre les vrais croyants. Ceci n’est pas le moment de céder à l’égocentrisme, à l’orgueil, aux querelles intestines,  et aux multiples divisions.  Donnons-nous la main. Prions les uns pour les autres. Encourageons-nous mutuellement. Plaçons les intérêts du royaume de Dieu au-dessus de nos propres intérêts, de ceux de nos églises locales, de nos régions, de nos dénominations ou de nos traditions. Tous les calculs égoïstes passeront un jour. Unissions-nous plutôt autour du Seigneur et œuvrons ensemble pour l’avancement de son règne. En poursuivant l’unité dans l’amour, la vérité et l’humilité, nous glorifierons le Seigneur et vaincrons les nombreux caïmans spirituels qui sont dissimulés dans les rivières de notre pèlerinage terrestre.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

DIEU EST OMNIPRESENT

“Azan y lohasaha mangingina, no heverina fa Andriamanitra no ambonin’ ny loha.” (ohabolana malagasy)

“Ne te crois pas seul au milieu du silence de la vallée, Dieu est au-dessus de ta tête.” (proverbe malgache)

« Do not believe that you are alone in the silence of the valley, God is above your head.” (Malagasy proverb)

Signification: Dieu est omniprésent.

Parallélisme biblique

Ce proverbe malgache est vraiment beau à plus d’un titre. Sa forme poétique est admirable, sa sagesse est remarquable et sa ressemblance avec les enseignements bibliques sur l’omniprésence de Dieu est notable. Dieu est présent même dans nos cachettes et dans nos solitudes les plus insolites.

Le Psaume 139, que nous avons cité la semaine passée, est l’un des textes clés sur le sujet. Mais ce n’est pas le seul texte biblique sur ce sujet combien important. Jérémie 23 :23-24 dit : « Ne suis-je donc qu’un Dieu de près, demande l’Eternel, ne suis-je pas aussi un Dieu de loin? Quelqu’un, dit l’Eternel, pourrait-il se cacher dans un endroit secret sans que moi, je le voie? Ne suis-je pas celui qui remplit ciel et terre? demande l’Eternel.» (La Bible du semeur). Cette péricope est claire, nul ne peut se cacher dans un endroit et se dérober à la vue Seigneur. L’omniprésence de Dieu est si manifeste que rien n’échappe à son œil vigilant. L’histoire de Jonas illustre cela à merveille (relire tout le livre de Jonas). Tous les efforts de ce prophète qui voulait fuir loin de la présence du Seigneur furent vains. De même, les cachettes des Jonas contemporains ne méritent plus leur nom devant l’Eternel. Personne ne peut se cacher dans un endroit sur lequel Dieu ne peut braquer les projecteurs de sa vigilance.

Dieu ne connait pas seulement toutes nos cachettes; il connait même la profondeur de nos cœurs ainsi que nos pensées les plus secrètes. La Bible déclare que « Nulle créature n’échappe au regard de Dieu, tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. » (Hébreux 4 :13, La Bible du Semeur). Ce texte mérite notre attention pour deux raisons fondamentales :

1) Dieu voit tout et rien ne lui échappe.

2) Un jour, nous rendrons compte à Dieu pour toute chose si moindre et si subtile soit-elle.

Cela n’est pas étonnant quand on sait qui il est, quand on se souvient que tout a été créé par lui. C’est de lui que nous tirons la vie, le mouvement et l’être conformément à ce que la Bible déclare en Actes 17 :24-28 : « Dieu, qui a créé l’univers et tout ce qui s’y trouve, et qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas dans des temples bâtis de mains d’hommes. Il n’a pas besoin non plus d’être servi par des mains humaines, comme s’il lui manquait quelque chose. Au contraire, c’est lui qui donne à tous les êtres la vie, le souffle et toutes choses. A partir d’un seul homme, il a créé tous les peuples pour qu’ils habitent toute la surface de la terre; il a fixé des périodes déterminées et établi les limites de leurs domaines. Par tout cela, Dieu invitait les hommes à le chercher, et à le trouver, peut-être, comme à tâtons, lui qui n’est pas loin de chacun de nous. En effet, «c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être», comme l’ont aussi affirmé certains de vos poètes, car ‘nous sommes ses enfants’. » (La Bible du Semeur).

Dieu est omniprésent et il voit tout. Mais, dépassons les considérations purement théologiques  et théoriques : cette doctrine est de nature à transformer notre vie spirituelle et notre vision du monde. En effet, l’omniprésence de Dieu est une source de sagesse pour ceux qui se cachent pour faire du mal, commettre des péchés. Si Dieu soit tout, c’est absurde de se cacher pour l’offenser ou pour faire du mal à ses prochains.

L’omniprésence de Dieu est aussi une source d’encouragement pour ceux qui craignent Dieu et qui croient en lui. Dieu est là et sa seule présence devrait nous consoler et nous donner le courage de braver les vicissitudes de la vie la tête haute. Nous ne sommes jamais seuls, le Tout Puissant est à nos côtés sept jours sur sept et vingt quatre heures sur vingt quatre (Cf. Mt 28 :18-20). Ne craignons rien.

L’omniprésence de Dieu est enfin une source de fortification pour ceux qui sont faibles. Quand la tentation frappe rageusement à la porte de nos pensées et de nos cœurs, quand l’Ennemi semble nous effrayer par ses rugissements interminables, quand nous nous sentons impuissants face aux montagnes de difficultés qui obstruent notre chemin, quand nos forces physiques, morales et spirituelles s’épuisent très rapidement, n’oublions pas que Dieu est là, tout près de nous. Au lieu de nous affoler, de sombrer dans les inquiétudes ou dans la dépression, tournons nos regards vers le Seigneur dans la prière. Puisons en lui la force nécessaire et continuons joyeusement notre marche vers la céleste patrie où il n’y aura « ni deuil, ni plainte, ni souffrance » (Apocalypse 21 :4).

En avant, et que l’omniprésence du Seigneur soit notre sagesse, notre encouragement et notre force !

(c) Copyright by Moussa Bongoyok, 2009.

LA VRAIE AMITIE

Fitia lamban’ akoho, aina no fetra (Ohabolana Malagasy)

L’amitié est comme le plumage d’un poulet, elle ne s’en va qu’à la mort. (Proverbe malgache).

Friendship is as the plumage of a chicken, it leaves only in death. (Malagasy proverb)

Signification: La vraie amitié dure jusqu’à la mort.

Parallélisme biblique (établi par le webmaster)

La Bible renferme de nombreux enseignements sur l’amitié. Sans passer sous silence les fausses amitiés ou des amitiés basées sur des intérêts ponctuels, elle décrit en de termes forts éloquents la vraie amitié. Le texte de Proverbe 17 :17 est, à notre humble avis, l’un des plus beaux. Elle déclare qu’« Un ami aime en tout temps et, quand survient l’adversité, il se révèle un frère.” (Bible du semeur) Une amitié sincère ne saurait donc être passagère comme c’est malheureusement le cas dans de nombreuses relations humaines. L’ami(e) aime quand tout va bien, il/elle aime aussi quand tout va mal. La Bible donne de nombreux exemples de personnes qui ont fait preuve d’une amitié authentique. Nous en retenons trois:

1) L’amitié entre Ruth et sa belle mère Noémie. Cette amitié est décrite avec force détails dans le livre de Ruth. La réponse de Ruth à Noémie dans Ruth 1 :16-16, au moment des adieux, est restée célèbre :

“Mais Ruth lui répondit:

-N’insiste pas pour que je te quitte et que je me détourne de ta route; partout où tu iras, j’irai; où tu t’installeras, je m’installerai; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu. Là où tu mourras, je mourrai aussi et j’y serai enterrée. Que l’Eternel me punisse avec la plus grande sévérité, si autre chose que la mort me sépare de toi! “(Bible du Semeur).

La profondeur de cette amitié est évidente. Elle ne souffre d’aucune entorse liée aux circonstances ou aux intérêts égoïstes. Elle transcende les barrières ethniques, raciales et religieuses. Elle demeure jusqu’a la mort.

2) L’amitié entre David et Benjamin

Les livres de 1 et 2 Samuel renferment des récits qui montrent la profondeur de l’amitié entre Benjamin, le fils du roi Saul, et David (qui deviendra roi plus tard). Les textes de 1 Samuel 18 :1, 1 Samuel 20 :42 et 2 Samuel 16 :16 montrent clairement que leur amitié était sincère et durable. D’ailleurs, l’authenticité de l’amitié de David a été manifeste même après la mort tragique de Benjamin. C’est d’ailleurs sur cette base qu’il a pris soin de Mephibosheth, le fils de Jonathan. Il l’a logé dans son palais et l’a fait manger à sa propre table en dépit de son handicap physique (2Samuel 9 :1-13). Voilà ce à quoi ressemble une vraie amitié.

3) L’amitié entre Jésus et ses disciples

Le Nouveau Testament présente Jésus comme le Seigneur, le Sauveur, l’Enseignant par excellence, pour ne citer que cela. Mais, les écrits néotestamentaires présentent aussi Jésus comme l’ami de ses disciples. Cela est assez révolutionnaire. Voici le Rois les rois, le Créateur, l’incomparable qui aime ses créatures et ses serviteurs d’une amitié sans faille. Il a lui-même dit dans Jean 15 :13-15:“Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce qu’un serviteur n’est pas mis au courant des affaires de son maître. Je vous appelle mes amis, parce que je vous ai fait part de tout ce que j’ai appris de mon Père.” (Bible du Semeur).

L’amitié de Jésus a brisé les classes sociales, les mérites personnelles et est allée au-delà de celle de Ruth pour Noémie ou de David pour Jonathan. Jésus a donné sa vie pour ses amis. Son amitié sait dire la vérité avec amour. Son amitié parle et agit concrètement. Son amitié sait se réjouir avec ceux qui se réjouissent et pleurer avec ceux qui pleurent. Son amitié n’a pas peur de la honte ou du sacrifice. Et, par-dessus tout, son amitié est éternelle. Voilà le modèle d’amitié par excellence.

Ces exemples bibliques tirés parmi tant d’autres devraient nous pousser à examiner sérieusement la sincérité et la profondeur de notre amitié pour ceux que nous comptons parmi nos amis. Il n’y a rien de plus criminel ici-bas qu’une fausse amitié et un faux amour. Veillons à ce que nos liens amicaux soient purs, sans hypocrisie et permanents. Marchons résolument et quotidiennement sur les traces de notre Seigneur Jésus-Christ.

©Copyright by Moussa Bongoyok, 2009.

%d blogueurs aiment cette page :