Posts Tagged ‘piege’

CHOISIR SES AMIS AVEC PRUDENCE

« Ayonkogoro nti na okoto annya ti. » (proverbe akan du Ghana)

« It was because of bad friends that the crab has no head. » Akan proverb Ghana

“C’est à cause de mauvais amis que le crabe n’a pas de tête.” (proverb akan du Ghana)

Signification: Il faut choisir ses amis avec prudence.

Source: http://content.ghananation.com/templates/?a=89

Parallélisme biblique

La forme singulière du crabe intrigue nombre d’observateurs. Aussi l’Afrique est-elle riche en contes et légendes qui essaient d’expliquer pourquoi il ne semble pas avoir de tête. Si plusieurs contes rendent le crabe responsable de sa propre mésaventure à cause de sa négligence ou de son orgueil, un conte ghanéen trouve plutôt c’est la faute de l’araignée.  D’après ce conte, le crabe et l’araignée étaient des amis. Mais le crabe était plus beau et avait une très belle voix. Or, les deux nageaient souvent ensemble et avaient coutume de déposer leurs têtes sur le bord de la rivière avant de se plonger dans l’eau.  Un jour, mûe par la jalousie, l’araignée sortit précipitamment de la rivière où ils nageaient, s’empara de la tête du crabe et s’évanouit dans la nature. Par pitié, Dieu donna au crabe de nouveaux yeux et une nouvelle bouche pour lui permettre de survivre mais il ne retrouva plus sa forme d’antan. D’où le proverbe : “C’est à cause de mauvais amis que le crabe n’a pas de tête.”

Ce conte nous fait penser à un personnage biblique doté d’une force extraordinaire mais qui, à cause d’une mauvaise amie, a d’abord perdu  ses yeux, et ensuite sa vie. Vous l’avez deviné, il s’agit de Samson (voir Juges chapitres 13-16). Personne ne souhaite terminer sa vie comme Samson. Pourtant, nombreux sont ceux et celles qui chaque jour, s’accrochent à de faux amis au grand mépris des avertissement bibliques (Cf. Psaume 1 :1-3 ; Proverbes 4 :14-19 ; 1 Cor. 15 :33). En tant que croyants, nous devons aimer tout le monde, même nos ennemis (Matthieu 5 :43-45). Mais il y a une grande différence entre aimer une personne et en faire son ami(e) intime. Soyons sages, prions et réfléchissons mûrement avant de choisir nos amis et nos compagnons. Confucius disait : « Trois sortes d’amis sont utiles, trois sortes d’amis sont néfastes. Les utiles : un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé. Les néfastes : un ami faux, un ami mou, et un ami bavard. »  Quoique nous n’épousions pas la philosophie religieuse de Confucius, nous saluons la justesse de sa pensée sur ce point.  Nous ajoutons toutefois qu’il n’est pas suffisant qu’un(e) ami (e) soit droit(e), fidèle et cultivé(e). Il faudrait qu’il ou elle ait la crainte de Dieu, vive dans la droiture, et partage les mêmes convictions spirituelles que nous.  Daigne le Seigneur nous accorder la grâce et la sagesse de nous détacher de toute amitié piégée et de trouver nos amis intimes parmi ceux et celles qui craignent Dieu et le servent fidèlement !

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2014.

SORTIR DU PIEGE AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD

Shin cubin, soun cubunnodi bozú (proverbe toubou du Tchad)

Celui qui a mangé l’oreille ne restera pas sans manger l’œil (proverbe toubou du Tchad)

“Whoever ate the ear will not go without eating the eye.” (Toubou proverb from Chad)

 

Signification : Si tu donnes ton petit doigt [à l’ennemi], il te prendra la main.

Source : http://www.tchad.org/recherche/proverbes/toubou.html

 

Parallélisme biblique

Les Toubou  du Tchad nous donnent une très belle leçon de sagesse à travers le proverbe susmentionné. En effet, Dieu nous avertit très souvent des dangers que nous courrons mais nous semblons prendre un malin plaisir à négliger ses feux jaunes et à brûler ses feux rouges. Pourtant, de manière directe ou indirecte, nous voyons les conséquences des mauvais choix, de la mauvaise conduite, de l’orgueil, du refus de régler des problèmes, des addictions,  et du refus délibéré d’écouter les bons conseils des amis, des dirigeants spirituels ou des parents. Un examen minutieux de notre vie peut même parfois révéler des cas précis où l’un de nos membres a été mangé, au propre ou au figuré. Et pourtant, nous continuons      à vivre comme si de rien n’était. Nous tirons peu de leçons des bavures du passé. Nous justifions souvent nos mauvais comportements. Certains parmi nous s’obstinent même à cheminer sur la mauvaise voie. 

Face à ces constats, les Toubou nous invitent à nous ressaisir car les conséquences des mauvais comportements sont incommensurables. Ces conséquences peuvent sembler insignifiantes au début mais, s’il n’y a aucun changement, elles ouvriront la voie à de plus grands ennuis, à de sérieuses pertes.

L’un des récits bibliques qui mérite une sérieuse méditation est celui de Samson, un homme doté d’une force extraordinaire et qui aurait pu marquer l’histoire d’une manière plus significative mais qui s’est laissé enfoncer progressivement dans des compromis, des conduites coupables. Il a fini par perdre ses yeux, et ultimement sa vie dans des circonstances très tragiques. L’un des épisodes les plus tristes de sa vie fut lorsque Dalila lui rasa sa tête et s’écria hypocritement : « Samson, les philistins t’attaquent ! » La Bible précise que Samson « … se réveilla de son sommeil et se dit: ‘Je m’en tirerai comme les autres fois et je me dégagerai!’   Mais il ne savait pas que l’Eternel s’était détourné de lui. » (Juges 16 :20, La Bible du Semeur). Hélas, c’était trop tard. Ses oreilles avaient étaient déjà moralement et spirituellement mangées d’autant plus qu’il n’a pas écouté les avertissements; et maintenant ses yeux sont littéralement mangés car ils ont été aussitôt  crevés. En plus des souffrances physiques indescriptibles, il a subi de graves humiliations. Plus tard, la mort physique s’en est suivie.

Malheureusement nous, qui lisons ces récits des milliers d’années plus tard, tombons  bêtement dans les mêmes pièges. Nous n’en tirons pas des leçons. Pourtant, nous ne sommes pas obligés de continuer à nous enfoncer. Même ceux et celles qui  sont descendus très bas peuvent encore se ressaisir comme le fils prodigue de la parabole (Voir Luc 15 :17-19).  Le pire n’est pas de tomber mais de rester par terre et de s’enfoncer soi-même dans la boue quand on est tombé. Le pire n’est pas d’être répréhensible mais de faire la sourde oreille face aux reproches justifiés. La Bible est formelle : « Celui qui se raidit contre les reproches sera brisé soudainement et ne s’en remettra pas. » (Proverbes 29:1, La Bible du Semeur).

Ayons la sagesse de sortir résolument du piège de l’Ennemi, de nos semblables, ou de nos mauvais choix, avant qu’il ne se referme sur nous. Au lieu de nous enfoncer comme Samson, relevons-nous et marchons sur la voie d’intégrité comme Daniel et ses trois compagnons. Que Dieu nous vienne en aide ! Amen.

© Copyright 2010 by Moussa Bongoyok.

%d blogueurs aiment cette page :