Posts Tagged ‘personnes du troisieme age’

LE PERE COMME UNE OMBRE SOUS UN SOLEIL BRULANT

“Ko man bab ngaya n’hala’a ba , ka nzi a mèzhèba’a genè.” (n’gèlègèdma mafahai)

“Même quand ton père est vieux, tu peux quand même rester sous son ombre.” (Proverbe mafa)

“Even if your father is old, you can stay under his shadow.” (Mafa proverb)

Signification: Même à un âge avancé, un père joue un grand rôle dans la vie de ses enfants.

Parallélisme biblique

Ce proverbe mafa est riche en images fort significatives. Retenons-en trois. D’abord, le vocable « père » symbolise l’amour, l’autorité, la protection, l’ordre, la réconciliation, l’unité au sein de la famille pour ne citer que cela.  C’est avec cette image en vue qu’une femme Mafa appelle son mari « bab gi ga » (le père de ma maison). De même, le propriétaire d’un champ est appelé « bab gi dau » (le père du champ). L’autorité du père est célébrée mais elle n’a pas pour fonction d’écraser les autres membres de la famille. Elle se met plutôt au service des autres. C’est ainsi que dans la tradition mafa, par exemple, quand les filles mariées ont des problèmes conjugaux, elles se tournent volontiers vers leur père qui a alors la responsabilité de faire de son mieux pour que l’harmonie conjugale soit restaurée.

Ensuite, ce proverbe fait allusion au concept de la vieillesse. Comme dans toutes les cultures, la vieillesse vient avec ses faiblesses physiques et ses limitations. Mais, contrairement aux pratiques occidentales, en contexte mafa, les personnes âgées ne sont pas isolées dans des maisons de retraite ou des maisons de repos. Elles restent au sein de la famille et participent activement, autant que faire se peut, à la vie familiale et sociale. Elles sont respectées pour leur âge, synonyme d’honneur, d’expérience et de sagesse  supposée ou réelle. On comprend alors pourquoi, même vieux, les pères et grands pères ont du poids aux yeux du Mafa.

Enfin, la sagesse Mafa utilise l’image de l’ombre pour décrire le père. Ici, il convient de s’attarder un peu sur la rigueur du climat sahélien qui constitue leur cadre naturel de vie  pour mieux en cerner la profondeur. En effet, le climat sahélien est généralement sec du fait que la saison pluvieuse se limite à trois ou quatre mois. La végétation étant dans la désolation la plus totale pendant la longue saison sèche, surtout dans la période allant de Mars à Mai qui coïncide au « begdza » (période de grande chaleur), la chaleur est si brûlante dans la journée que la moindre ombre est accueillie avec une joie immense. Le vieux père est alors comparé à cette  ombre providentielle du fait qu’il procure un  grand soulagement psychologique, moral et social sous le soleil non moins brûlant des épreuves de la vie. Même à un âge avancé, il peut consoler, donner des directives, prodiguer des conseils, et être un agent efficace de réconciliation dans une tradition qui accorde une place de choix au respect des aînés.

Il est intéressant de constater que la Bible recommande d’honorer la personne du vieillard (Lev. 19 :32). Elle déclare également que ceux d’entre eux qui sont justes portent du fruit même dans leur vieillesse (Psaume 92 :14). Même quand ils sont vieux, ils peuvent encore manifester les qualités du père du fils prodigue de la parabole (Luc 15) qui était travailleur, attentif, humble, généreux, prêt à pardonner un fils cadet rebelle, prompt à apaiser un fils aîné jaloux dans un esprit de réconciliation, le tout dans un esprit d’amour sincère. Quelle joie de savoir que, même si nos pères biologiques n’ont pas toujours ces qualités, notre Père céleste est infiniment plus grand, plus bon et soucieux de notre bien être physique, moral, social, matériel, et spirituel.  Par-dessus tout, il nous aime d’un amour parfait. Reposons-nous donc joyeusement et paisiblement sous son ombre tous les jours de notre vie.

 

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012.

HONNEUR AUX PERSONNES AGEES

“Amghar saafith ghass yettorik.” (Proverbe berbère)

“Sois bienveillant avec un vieux [ou une vieille] même s’il t’en coûte. » (Proverbe berbère)

“Be kind to the elderly even if it costs you.” (Berber proverb)

Source: http://missnchrea.unblog.fr/proverbes-berberes/

Signification: Nous avons le devoir de respecter et d’aider les personnes âgées.


Parallélisme biblique

Nous vivons dans un monde où, à l’exception de quelques pays, la population est de plus en plus jeune. Du coup, la jeunesse semble occuper une place centrale. Même dans les pays où la population est vieillissante, les dirigeants ont tendance à se préoccuper beaucoup plus des jeunes que de personnes âgées. De nombreuses personnes du troisième âge se sentent négligées, coupées de la famille, isolées, inutiles et abandonnées à elles-mêmes. Pourtant notre humanité a besoin de tout le monde pour sa survie. Nul être humain ne doit être négligé, quel que soit son âge. On comprend alors pourquoi le proverbe berbère insiste sur la nécessité d’être bienveillant envers les personnes âgées.

Les jeunes et les moins jeunes sont tout aussi importants dans une société. Il n’est pas concevable que les moins jeunes soient négligées à un âge ou la faiblesse physique prend littéralement assaut de leurs corps (cf. Ecclésiaste 12 :3-9). On comprend alors pourquoi la Bible recommande vivement que les fidèles les plus jeunes s’occupent des membres de leurs familles plus âgés (1 Timothée 5 :3-8) et pourvoient à leurs besoins.

La Bible va même plus loin.  Elle enseigne que les plus âgés méritent même un respect spécial. C’est ainsi que nous lisons en Lévitique 19 :32 (La Bible du Semeur): « Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c’est ainsi que tu révéreras ton Dieu. Je suis l’Éternel.  Les vieux méritent donc notre respect et nos honneurs (cf. Exode 20 :12 ; Deutéronome 5 :16 ; Marc 7 :1-12 ; Ephésiens 6 :2-3). N’oublions pas qu’avant de vieillir, les personnes âgées étaient jeunes et vigoureuses. Elles ont investi beaucoup de temps et d’énergie au service de leurs familles et de la société. Ils méritent notre respect.

Une autre façon de les honorer est de les consulter, de les écouter, et de tenir compte de leurs avis dans nos  grandes décisions et même de les impliquer dans nos activités. La Bible dit, « Écoute ton père, qui t’a donné la vie, et ne méprise pas ta mère devenue âgée. » (Proverbes 23 :22, La Bible du Semeur). Refuser de les écouter, c’est tourner le dos à une précieuse source de sagesse et d’expériences. Roboam, le fils du roi Salomon, a souffert des conséquences d’une telle négligence dans 2 Rois 12 :1-24. Pourtant, il a eu la brillante idée de demander conseil aux vieillards quand l’assemblée lui a demandé d’alléger sa rude servitude. Les vieillards lui ont conseillé de donner une suite favorable à la demande du peuple. Malheureusement, il a préféré écouter le conseil des jeunes de son âge. Il répondit au peuple avec une arrogance aussi notoire que fatale: « Mon père vous a imposé un joug pesant, leur dit-il; et bien, moi je le rendrai encore plus pesant. Mon père vous a fait marcher à coups de fouet, moi je vous ferai marcher à coups de lanières cloutées. » (v. 12, La Bible du Semeur).Nous connaissons les conséquences de sa décision : Israël fut divisé et dix tribus sur douze établirent Jéroboam à leur tête. L’histoire d’Israël aurait pu prendre toute une autre tournure si Roboam avait su écouter les plus âgés.

Avons-nous tiré des leçons de la mésaventure de Roboam? Il est difficile de répondre à cette question par l’affirmative. Le syndrome de Roboam a la peau dure. Le 21e siècle est plein de dirigeants qui agissent exactement comme Roboam au niveau des familles, des collectivités locales, des régions, des pays, et de la communauté internationale. Nous devons apprendre à écouter davantage les aînés. Bien entendu, tout conseil mérite d’être pris avec discernement et analysé à la lumière des Saintes Écritures.

Soyons bienveillants envers les personnes âgées. Pourvoyons à leurs besoins. Respectons-les. Honorons-les. Écoutons-les. Cela leur fera du bien, nous sera profitable, et glorifiera Dieu.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :