Posts Tagged ‘love’

GOODNESS BREAKS THE CHAINS OF WICKEDNESS

“Ba kar ki loué nvou be bele nding.”  (proverbe ewondo)

“On n’appelle pas le chien avec le fouet.” (proverbe ewondo)

“One does not call a dog with a whip.” (Ewondo proverb)

Meaning: A mean person cannot claim to want to gather and reconcile people.

 (Proverb collected by Dr. Emmanuel BECHE on behalf of the Francophone University of International Development)

 

Biblical Parallel

 Without doubt, the dense forest of the Ewondo countryside conceals a vast reservoir of wisdom. Tales and proverbs from this region of Cameroon are vivid examples. The proverb in view is particularly brilliant: “One does not call the dog with the whip.”

 The image of the dog used here is very revealing because this animal occupies a prominent place among domesticated animals. One might even say that it is a monarch among them. The proof is that the dog has a name, and not just any. Some dogs bear human titles, reflecting their importance in the eyes of their masters. Dogs accompany humans in many of their activities. They play several useful roles. They keep the house, participate in the hunt, ensure to some extent the security of property and persons, help shepherds, to name a few. Some well-trained dogs faithfully serve in the police force, customs, military, and even health centers. It is therefore not surprising that the dog has captured the heart of many people, young and old.

 But the dog can also be nasty, even cruel. But however mean a dog is, unless he is enraged or engaged in a fierce fight with another dog when someone else tries to intervene, he rarely attacks his master. What explains such loyalty? I guess the attention and the many acts of kindness it receives count for something. Herein lies the essence of this saying: goodness quenches wickedness’ momentum.

 At the time I am writing this piece, my thoughts fly to the Central African Republic and many other countries around the world who are going through situations that could not be more difficult because some individuals have become a pack of vicious dogs ready to devour the innocent. Besides prayer and the foreign intervention, what can we do to stop evil and prevent the risk of further aggravations; what can be done to break the bonds of wickedness? There is no magic formula. However, if each one stopped pointing an accusing finger at others, recognizing one’s own failures (in good conscience), and letting God burn the roots of wickedness by the gentle fire of his love, peace would return. 

We would see that Psalm 85:9-13, “Surely his salvation is near those who fear him, that his glory may dwell in our land. Love and faithfulness meet together; righteousness and peace kiss each other. Faithfulness springs forth from the earth, and righteousness looks down from heaven. The Lord will indeed give what is good, and our land will yield its harvest. Righteousness goes before Him and prepares the way for his steps.” God is rich in mercy (cf. Exodus 34:6-7; Isaiah 54:10; Lamentations 3:22; Micah 7:18). Those who fear Him and who want to truly honor Him must also be kind. This is also his will for His creatures, and especially believers (Micah 6:8; 1 Corinthians 13:4; Galatians 5:22; Colossians 3:12). God helped Joseph to be kind to his brothers who had sold him, and gave David the moral strength to be merciful towards King Saul (and his family) even when he had tried several times to kill him. The Lord Jesus is « the same yesterday, today and forever (Hebrews 13:8).” Let us draw from Him the strength necessary to live out the goodness that breaks the chains of wickedness, because we must never forget, « One does not call the dog with the whip.”

 

Copyright © by Moussa Bongoyok , 2014.

RESPECT EACH OTHER

African proverb on mutual respect

« Mdu o Mrasa nguo ago kawi » Kiuru Proverb (Dialect of Chagga language, Tanzania)

« A neighbor is a second cloth » Kiuru Proverb

Meaning: We must respect each other.

Source of this proverb: Father Michael Mushi,
http://www.afriprov.org/index.php/bibliography/384-endangered-african-proverbs-collections-chagga-tanzania-sayings-.html

 

                                Biblical Parallelism:

A garment is used primarily to cover the nakedness and protect the body. This is the key to the above proverb for it enables one to grasp the depth of the symbolism. Thus, the neighbor is compared to a garment: they are both helpful for covering one’s nakedness. Of course, the nudity in question here is primarily a moral nudity. From this perspective, a good neighbor covers errors, forgives the faults and sins, does not expose to the general public the faults of others, and seeks to correct mistakes and misbehaviors as discreetly as possible.

Clothing also plays an aesthetic role. It enhances the physical appearance of a person. Similarly, a good neighbor can project a beautiful image of his or her peers, enhance their honor, and make them much more pleasant to the eyes of others.

In both cases, a good neighbor helps to raise high the banner of respectability of those around him/her. This is what the Bible teaches: “Be devoted to one another in brotherly love. Honor one another above yourselves.” (Romans 12:10, NIV)

God wants us to respect each other. Joseph understood this when, having found that Mary was pregnant, he opted for the solution of a secret break (Mt 1: 19). He could have exposed Mary to public disgrace. Although others would have agreed with him, he refrained from doing so. How many Christians have such a noble spirit today?

It is the same spirit that animated the Good Samaritan of the Parable of our Lord in Luke 10:25-37. He did not take the climate of enmity between Jews and Samaritans as a pretext to stun his neighbor who was seriously wounded, helpless, naked, and exposed to public shame. Against all odds, it is him (not the countrymen of the robbed who moreover were religious) who took care of the Jew who was attacked by robbers. In doing so, to borrow the terms of the Kiuru proverb, he was « a second garment » for his neighbor.

If only we could do likewise in all our human relationships! The world would have a different face. For, as Vagner Fernades Lobosco wrote so beautifully, « Respect is like the smiles: it costs nothing and everyone loves it.  » We can also put it this way: Respect is like the smiles – it spreads easily and everybody feels good about it. Therefore, let each one of us take initiative to respect our neighbors, to cover their moral nakedness and enhance their respectability by sincere love for them and for the glory of God.

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2012

SI L’AMOUR REND AVEUGLE…

“Cε hakili bε fεn bεε san fε musoko.” (proverbe bamana)

« La raison du mâle domine tout, sauf la question de femme. » (Proverbe bamana)

“The reason of the male dominates everything, except the women’s issue.(Bamana proverb)

Signification: “Les Bamana disent bien qu’un père pourrait contrecarrer tous les mauvais désirs de son grand garçon, sauf le mariage de celui-ci avec une fille indigne. Cependant, l’homme sous le joug de la passion, est un véritable fou ; ne le condamnons pas, plaignons-le plutôt. »

Source : http://www.unifr.ch/ioedh/assets/files/Rapport-grenier.pdf, website accédé le 10 juillet 2010.


Parallélisme biblique

Le proverbe bamana susmentionné nous plonge une fois de plus dans l’univers du mariage. Cette fois-ci, c’est la délicate question de choix de conjoint(e) qui est au cœur de la réflexion. Plus précisément, le proverbe attire notre attention sur le fait que la passion aveugle les garçons à telle enseigne qu’ils méprisent les bons conseils de leurs parents et finissent par épouser des filles indignes.

Dans presque toutes les cultures, la beauté physique semble intéresser les jeunes hommes en âge de mariage plus que les qualités spirituelles, morales et intellectuelles des filles. La même tendance  est perceptible chez les filles bien que cela soit à un autre niveau. Beaucoup de filles semblent s’intéresser à la richesse, à la célébrité, ou à la position sociale des garçons plus qu’à la qualité de leur vie spirituelle ou à leur bonne moralité.

Heureusement, tous les jeunes ne tombent pas dans ces pièges. Certains savent résister au coup de foudre, à l’attrait des biens matériels, et aux flèches de l’apparence. D’autres succombent malheureusement et se retrouvent dans des liens conjugaux qui les plongent dans le gouffre des déceptions, de l’amertume, et qui se terminent parfois par un déchirement très douloureux. Le cas de Samson est particulièrement frappant. Quand il annonça à ses parents son intention d’épouser une femme de Timna (chez les Philistins), ceux-ci ne cachèrent pas leur indignation mais Samson insista (Juges 14 :1-3). Remarquons la raison qu’il avance à la fin du verset 3 pour justifier son choix : « Prends-la pour moi, car elle me plaît »  (La Bible Louis Second, Nouvelle Edition de Genève 1979). Cela ne sonne t-il pas familier ?  La suite des événements donne plutôt raison aux parents de Samson (Juges 14 :5-15 :3) mais celui-ci n’en tire pas les conséquences.  Au contraire, il tombe même plus bas au point de se retrouver dans les bras d’une prostituée à Gaza (Juges 16 :1), puis de Délila la traîtresse (Juges 16 :4) qui va précipiter sa fin tragique.

Pour éviter de connaitre le même sort, les garçons et les filles ont intérêt à mettre les qualités spirituelles et morales en première position dans la balance de leurs choix. Il est écrit : « La grâce est décevante et la beauté fugace; la femme qui révère l’Eternel est digne de louanges. » (Proverbes 31 :30, La Bible des Semeurs). La bonne apparence physique à elle seule n’est pas un fondement solide pour le mariage car elle est susceptible de changement suite à un accident, à une maladie ou avec l’âge. La richesse matérielle est éphémère et incapable d’acheter le bonheur conjugal.  La meilleure parure est celle qui est intérieure (1 Pierre 3 :3-6) et la meilleure richesse est celle qui est amassée au ciel  (Matthieu 6 :19-20). Une personne qui craint Dieu (il s’agit ici d’une crainte respectueuse) mérite donc une attention spéciale.

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore. » disait Blaise Pascal. Mais un cœur soumis au Seigneur ne saurait ignorer les conseils divins dans un domaine aussi délicat et lourd de conséquences que le mariage. Nous encourageons souvent les jeunes chrétiens à prendre en compte trois aspects importants pendant la délicate période de choix de l’âme sœur : la nouvelle naissance (et la crainte de Dieu qui en résulte), l’amour réciproque, et  l’entente sur les questions essentielles de la vie. Nous encourageons vivement les jeunes à prier, à observer, à se renseigner, et à analyser, avant de prendre une décision si importante. Car, comme le dit un adage, « si l’amour rend aveugle, le mariage ouvre les yeux.» Il vaut mieux les ouvrir avant de sauter dans un gouffre où l’on aura que ses yeux pour pleurer.


© Copyright by Moussa Bongoyok, 2010

HONNEUR AUX MERES BIOLOGIQUES ET SPIRITUELLES

“Andre iri yo.” (proverb ewe/ Ghana et Togo)

“Il n’y a pas deux mères. » (proverbe ewe)

“There are no two mothers.” (Ewe proverb)

Signification: La tendresse d’une mère est unique.

Source : http://www.docstoc.com/docs/28350472/Weekly-African-Proverbs/ website accédé le 9 mai 2010.


Parallélisme biblique

Les Ewe l’ont bien perçu; une mère est irremplaçable. Le rôle qu’elle joue dans la vie d’un enfant est unique. Ni le père, ni les frères et sœurs, ni les amis, ni les membres de la famille élargie, ne peuvent réellement se substituer à elle. La tendresse, l’engagement et l’amour d’une mère semblent être inimitables. Il est vrai que certaines mères sont plus gentilles que d’autres, mais toutes méritent notre respect car sans elles nous n’existerions pas. Ceux qui ont pu observer de près les femmes pendant leur état de grossesse ou au moment de l’accouchement peuvent avoir une idée de ce qu’une mère endure courageusement  par amour pour sa progéniture.

D’ailleurs, tout ne s’arrête pas là car, dans les conditions normales, une mère ne jette son enfant aussitôt après sa naissance. Au contraire, elle l’embrasse avec une joie débordante et un soin méticuleux. Elle ne considère pas du tout ses multiples sacrifices comme un fardeau car l’affection qu’elle a pour son enfant devient pratiquement une partie de sa nature. Il n’est donc pas étonnant de la voir manifester le même attachement vis-à-vis de son enfant même quand celui ou celle-ci grandit au point de devenir à son tour un parent. L’affection maternelle ne connait pas du tout la retraite. Elle demeure inébranlable. Même si parfois une mère peut sembler être dure ou insensible, au plus profond d’elle-même, l’amour qu’elle a pour son enfant défie les adversités de la vie.

On comprend alors pourquoi Dieu lui-même cite l’amour maternel en exemple. C’est ainsi que nous lisons en Esaïe 49 :15 : «Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle nourrit? Cesse-t-elle d’aimer l’enfant qu’elle a conçu? Et même si les mères oubliaient leurs enfants, je ne t’oublierai pas! » (La Bible du Semeur). Dieu déclare ici que, de la même manière qu’une mère physique ne cesse pas d’aimer l’enfant qu’elle a conçu, Dieu aimera toujours ses enfants spirituels.

Dans une autre image similaire et très significative, le Christ Jésus se compare à la mère poule. C’est ce que nous apercevons à travers cet extrait de sa lamentation sur Jérusalem : « Ah, Jérusalem! Jérusalem! toi qui fais mourir les prophètes et qui tues à coups de pierres ceux que Dieu t’envoie! Combien de fois j’ai voulu rassembler tes habitants auprès de moi comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes! Mais vous ne l’avez pas voulu!” (Matthieu 23:37 La Bible du Semeur cf. Luc 13:34).

De la même manière que la poule veille sur ses poussins, une mère veille sur son enfant.  Mais, qui est « mère » ? Le proverbe ewe ne doit pas nous faire perdre de vue une autre dimension de cette notion. Dans presque tous les  groupes ethniques africains, le vocable « mère » ne s’applique pas seulement à la mère biologique.  Il peut designer une tante, une nourrice, une marâtre, une grande sœur, ou n’importe quelle femme, qui prend soin (ou a pris soin) d’un enfant avec  un amour sincère. Une telle femme est non seulement appelée mère, mais elle est traitée et respectée au même pied d’égalité qu’une mère biologique.

Force est de relever que la Bible nous invite aussi à prendre  au sérieux cette dimension.  C’est ainsi que Timothée fut exhortée à traiter les femmes âgées comme des mères (1 Timothée 5 :2).  Dans ce domaine, le Seigneur Jésus-Christ a laissé un modèle. Il n’a pas négligé sa mère biologique. Avant de mourir sur la croix, il a pris le soin de recommander Marie aux bons soins de Jean qui devait la traiter comme sa propre mère (Jean 19 :26-27). Mais, il a refusé de s’enfermer dans la logique d’une conception charnelle et égoïste de la famille. C’est ainsi qu’il pouvait dire haut et fort : « …celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, ou une mère. » (Marc 3 :35, La Bible du Semeur).

Soyons reconnaissants  au Seigneur pour nos mères biologiques et spirituelles mais aussi pour toutes celles qui, à cause de leur amour pour nous,  sont dignes d’être considérées comme nos propres mères. Exprimons-leur notre gratitude en parole et en actes. Au cas où, pour une raison ou autre, nous avons été blessés par elles, accordons-leur notre pardon de la même manière que le Seigneur nous a pardonné. Et si c’est nous qui sommes fautifs, dépêchons-nous de leur demander sincèrement pardon et de leur témoigner notre amour. Si elles ont déjà terminé leur pèlerinage terrestre, souvenons-nous de leurs qualités et demandons au Seigneur la grâce d’imiter ces qualités et même de faire mieux pour le plus grand bonheur de nos prochains et la gloire de Dieu.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :