Posts Tagged ‘honneur’

VIRGINITE ET HONNEUR

“Nay may backna vi huda ngali kam kuna.” (Proverbe Massa du Cameroun)

“On ne réclame pas la peau d’une chèvre brûlée.” (Proverbe Massa du Cameroun)

“We do not demand the skin of a burned goat.” (Massa proverb)

Signification: Une fille qui a connu tant d’hommes n’a pas le privilège d’une vierge.

 

Proverbe recueilli par le Dr. Emmanuel BECHE, Secrétaire général de l’Institut Universitaire de Développement International (connu aussi sous le nom de Francophone University of International Development) : www.iudi.org

Commentaire à la lumière de la Bible

Bien avant l’introduction des « religions  révélées » sur le sol africain, nos ancêtres – adeptes de religions africaines – avaient déjà élaboré une éthique conjugale assez rigoureuse. Cette éthique prenait en compte le comportement sexuel des jeunes avant le mariage. De nombreux groupes ethniques punissaient sévèrement ceux et celles qui violaient la loi de chasteté. Mais, si les sociétés traditionnelles étaient promptes à punir ceux et celles qui menaient une vie de désordre dans ce domaine, elles savaient aussi récompenser les personnes fidèles. Ceci est particulièrement perceptible dans le traitement réservé à une jeune fille qui conserve sa virginité jusqu’au mariage. Elle est souvent honorée publiquement et comblée de cadeaux spéciaux dont la nature varie d’un contexte à l’autre. C’est dans ce cadre que s’inscrit notre proverbe massa  qui affirme qu’ « On ne réclame pas la peau d’une chèvre brulée. » Ici, la peau de la chèvre est le symbole de la virginité. Ainsi, une fille qui mène une vie frivole est comparée à une chèvre dont la peau est brulée. Elle perd son honneur et le privilège qui s’y attache.

Contrairement à de nombreuses valeurs culturelles qui traitent les filles plus rigoureusement que les garçons en matière de chasteté avant le mariage et de fidélité au sein du foyer conjugal, la Bible recommande aux personnes non mariées (filles et garçons, hommes et femmes) de mener une vie d’abstinence avant le mariage. Nous en voulons pour preuves les textes suivants, choisis parmi tant d’autres : Actes 15 :20 ; 1 Corinthiens 6 :18-20 ; 1 Corinthiens 7 :2 ; 1 Corinthiens 10 :8 ; Galates 5 :19-21 ; Ephésiens 5 :3 ; Colossiens 3 :5-7 et 1 Thessaloniciens 4 :3. La Bible condamne également l’adultère et recommande la fidélité dans le mariage (Lire, entre autres : Exode 20 :14 ; Mt 5 :27-28 ; 1 Corinthiens 6 :13 ; Hébreux 13 :4). Dieu place donc les hommes et les femmes au même pied d’égalité en matière de chasteté, de pureté, et de fidélité.

Quelles que soient les habitudes et les normes culturelles en vigueur dans notre contexte, les commandements du Seigneur devraient nous interpeller car elles se situent au-dessus de nos valeurs culturelles. Dieu est notre Créateur, et à ce titre il sait mieux que nous ce qui nous convient. Malheureusement, le monde dans lequel nous vivons se moque de plus en plus de la virginité masculine et féminine. Au nom de la liberté et du plaisir, la fornication, l’adultère et de nombreux autres désordres sexuels sont devenus des comportements normaux ou presque. Ce sont plutôt ceux et celles qui mènent une vie de chasteté qui sont ridiculisés et rejetés. Les conséquences de tels agissements contraires aux recommandations bibliques sont énormes tant au plan individuel que conjugal et social. De nombreuses consciences sont souillées, les maladies sexuellement transmissibles se multiplient, de nombreux foyers sont brisés, et les victimes de ces désordres sont de plus en plus nombreuses dans la société. Notre prière est que Dieu donne à tous ceux et celles qui le craignent le courage et la détermination nécessaires pour marquer la différence tous les jours de leur pèlerinage terrestre. Même ceux et celles qui ont échoué par le passé ne doivent nullement se décourager et sombrer dans le désespoir. Dieu pardonne et restore les personnes qui viennent à lui avec un cœur sincère. Toutefois, à partir de cet instant, l’ordre que Dieu a donné à la femme surprise en flagrant délit d’adultère mérite d’être suivi : « …Va, mais désormais ne pèche plus » (Jean 8 :11). Le Dieu qui a fortifié Joseph dans la Bible est vivant. Il est prêt à voler au secours de ceux et celles qui sont déterminés à mener une vie de chasteté et de pureté. Faisons ce qui en notre pouvoir pour fortifier notre vie spirituelle, éviter de nous placer dans des circonstances qui favorisent la tentation, fuir les mauvaises compagnies. Par-dessus tout, n’hésitons pas à implorer le secours du Seigneur chaque fois que la tentation frappe à la porte de nos pensées ou de notre cœur. Le Seigneur honore ceux et celles qui l’honorent.

Moussa Bongoyok

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2015.

HONNEUR AUX PERSONNES AGEES

“Amghar saafith ghass yettorik.” (Proverbe berbère)

“Sois bienveillant avec un vieux [ou une vieille] même s’il t’en coûte. » (Proverbe berbère)

“Be kind to the elderly even if it costs you.” (Berber proverb)

Source: http://missnchrea.unblog.fr/proverbes-berberes/

Signification: Nous avons le devoir de respecter et d’aider les personnes âgées.


Parallélisme biblique

Nous vivons dans un monde où, à l’exception de quelques pays, la population est de plus en plus jeune. Du coup, la jeunesse semble occuper une place centrale. Même dans les pays où la population est vieillissante, les dirigeants ont tendance à se préoccuper beaucoup plus des jeunes que de personnes âgées. De nombreuses personnes du troisième âge se sentent négligées, coupées de la famille, isolées, inutiles et abandonnées à elles-mêmes. Pourtant notre humanité a besoin de tout le monde pour sa survie. Nul être humain ne doit être négligé, quel que soit son âge. On comprend alors pourquoi le proverbe berbère insiste sur la nécessité d’être bienveillant envers les personnes âgées.

Les jeunes et les moins jeunes sont tout aussi importants dans une société. Il n’est pas concevable que les moins jeunes soient négligées à un âge ou la faiblesse physique prend littéralement assaut de leurs corps (cf. Ecclésiaste 12 :3-9). On comprend alors pourquoi la Bible recommande vivement que les fidèles les plus jeunes s’occupent des membres de leurs familles plus âgés (1 Timothée 5 :3-8) et pourvoient à leurs besoins.

La Bible va même plus loin.  Elle enseigne que les plus âgés méritent même un respect spécial. C’est ainsi que nous lisons en Lévitique 19 :32 (La Bible du Semeur): « Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c’est ainsi que tu révéreras ton Dieu. Je suis l’Éternel.  Les vieux méritent donc notre respect et nos honneurs (cf. Exode 20 :12 ; Deutéronome 5 :16 ; Marc 7 :1-12 ; Ephésiens 6 :2-3). N’oublions pas qu’avant de vieillir, les personnes âgées étaient jeunes et vigoureuses. Elles ont investi beaucoup de temps et d’énergie au service de leurs familles et de la société. Ils méritent notre respect.

Une autre façon de les honorer est de les consulter, de les écouter, et de tenir compte de leurs avis dans nos  grandes décisions et même de les impliquer dans nos activités. La Bible dit, « Écoute ton père, qui t’a donné la vie, et ne méprise pas ta mère devenue âgée. » (Proverbes 23 :22, La Bible du Semeur). Refuser de les écouter, c’est tourner le dos à une précieuse source de sagesse et d’expériences. Roboam, le fils du roi Salomon, a souffert des conséquences d’une telle négligence dans 2 Rois 12 :1-24. Pourtant, il a eu la brillante idée de demander conseil aux vieillards quand l’assemblée lui a demandé d’alléger sa rude servitude. Les vieillards lui ont conseillé de donner une suite favorable à la demande du peuple. Malheureusement, il a préféré écouter le conseil des jeunes de son âge. Il répondit au peuple avec une arrogance aussi notoire que fatale: « Mon père vous a imposé un joug pesant, leur dit-il; et bien, moi je le rendrai encore plus pesant. Mon père vous a fait marcher à coups de fouet, moi je vous ferai marcher à coups de lanières cloutées. » (v. 12, La Bible du Semeur).Nous connaissons les conséquences de sa décision : Israël fut divisé et dix tribus sur douze établirent Jéroboam à leur tête. L’histoire d’Israël aurait pu prendre toute une autre tournure si Roboam avait su écouter les plus âgés.

Avons-nous tiré des leçons de la mésaventure de Roboam? Il est difficile de répondre à cette question par l’affirmative. Le syndrome de Roboam a la peau dure. Le 21e siècle est plein de dirigeants qui agissent exactement comme Roboam au niveau des familles, des collectivités locales, des régions, des pays, et de la communauté internationale. Nous devons apprendre à écouter davantage les aînés. Bien entendu, tout conseil mérite d’être pris avec discernement et analysé à la lumière des Saintes Écritures.

Soyons bienveillants envers les personnes âgées. Pourvoyons à leurs besoins. Respectons-les. Honorons-les. Écoutons-les. Cela leur fera du bien, nous sera profitable, et glorifiera Dieu.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :