Posts Tagged ‘Fulbe proverb’

QUAND L’ECHEC SEMBLE ETRE UN DESTIN

« To goddo wadi ma yawaare dow hifneere ma, ndika a sorra dawrawol ma haa a hebta nde. » (balndol Fulbe)

« Il est préférable de vendre sa gandoura pour récupérer sa chechia arrachée par mépris. » (proverbe peul)

« It is better to sell his gandoura to get his hat torn by contempt. » (Fulbe proverb).

Moralité : Aucun sacrifice n’est trop grand pour restaurer sa dignité.

(C’est Monsieur Ndjidda Oumarou Christian de Maroua dans l’Extrême-Nord du Cameroun qui nous a été envoyé ce proverbe que nous commentons avec joie. Nous l’en remercions et encourageons les internautes à nous faire parvenir des proverbes dans leurs langues maternelles).

 

Commentaire à la lumière de la Bible

Le début d’une nouvelle année est souvent accueilli avec une joie immense, entre autres raisons, parce qu’il nous donne l’espoir que nous pourrons enfin réaliser le rêve qui est resté longtemps en veilleuse, vaincre les défauts qui nous tiennent captifs, ou accomplir les merveilles qu’on a toujours contemplé à distance.

C’est donc avec cette ferveur quasi religieuse que nous nous empressons de faire des vœux, de prêcher à notre subconscient et de promettre parfois à nos prochains que plus rien ne sera comme avant. Parfois tout semble bien aller pendant les premiers jours, voire les premières semaines au grand étonnement des amis et des proches qui commencent à espérer et à jubiler intérieurement en se disant que cette fois-ci le changement positif tant attendu aura enfin lieu. Tout se passe alors comme si l’on voguait sur les nuages jusqu’au moment où, parfois, dès la seconde semaine, les vieux et terrifiants démons des mauvaises habitudes semblent se dresser sur le chemin. Comme le disent si bien les banguissois dans un savant mélange de sango et de français dont ils ont le secret, « Kobela ti biri a kiri na pouvoir » (le mal d’hier est revenu au pouvoir). Devant ce constant on ne peut plus amer, le découragement ne tarde pas à frapper à la porte du cœur. La honte, le silence et l’isolation qui s’en suivent finissent pas dérober le peu de détermination qui reste et à plonger inéluctablement de braves individus dans le gouffre du découragement et du d’espoir. Il n’est pas rare d’entendre les gens dire en de telles circonstance : Je n’y peux rien, c’est mon destin. Toute se passe comme si la vie avait arraché de force le chapeau de la dignité humaine qui faisait leur fierté. Et c’est justement en de telles circonstance que l sagesse peule est éloquente : « To goddo wadi ma yawaare dow hifneere ma, ndika a sorra dawrawol ma haa a hebta nde » (Il est préférable de vendre sa gandoura pour récupérer sa chechia arrachée par mépris).

Ce proverbe peul semble nous offrir une clé de succès très intéressante. Il s’agit ici de la situation embarrassante dans laquelle se trouve un homme qui s’est fait arracher sa chéchia par mépris. Quoique vêtu d’un grand boubou, il préfère le vendre pour restaurer sa dignité. Cela peut paraître absurde dans d’autres contextes, mais, dans la culture peule, l’honneur est sacré. Pour le restaurer aucun sacrifice n’est trop grand. L’idée est que celui ou celle qui est victime du mépris, consent à un sacrifice plus grand pour restaurer son honneur car, quoique le chapeau soit plus petit et moins cher que la gandoura, il symbolise la dignité. Ce proverbe peul reflète merveilleusement la sagesse divine car il est écrit dans Proverbes 22 :1 (Bible du Semeur): « Bon renom vaut mieux que grandes richesses, et l’estime des autres est plus précieuse que l’or et l’argent.” Le texte d’Eccl. 7:1 abonde dans le même sens. Que Dieu nous accorde la grâce de ne pas oublier cette recommandation biblique ! Valoriser la bonne renommée plus que les trésors ou consentir à des sacrifices pour retrouver dans sa dignité, c’est aussi reconnaître ses échecs, prendre le temps d’en considérer attentivement les raisons, rectifier le tir là où cela s’impose, et avoir le courage de recommencer sur des bases plus solides.

Refusons l’idée que l’échec est une fatalité. Chaque être humain peut mieux faire par la grâce de Dieu. Les échecs passés, si cuisants soient-ils, peuvent être le ferment d’une incroyable réussite future car on peut réussir même après plusieurs échecs lamentables. Mais, pour y arriver, ayons le courage de nous faire violence pour accepter de faire les choses autrement en puisant notre force en Dieu et en nous faisant entourer par des frères et sœurs mûrs dans la foi, expérimentés, sages, remplis de la crainte respectueuse de Dieu, et déterminés à cheminer fidèlement sur la voie du Seigneur.

 

La plus grande humiliation de la vie n’est pas de reconnaitre qu’on a besoin d’aide, de conseil, de soutien dans la prière, de formation ou d’encadrement pour vivre honorablement aux yeux de Dieu et de ses semblables. La plus grande honte est d’échouer en dépit d’énormes potentialités de réussite tout simplement parce qu’on a pas le courage de faire les choses autrement, d’écouter et de mettre en pratique les bons conseils, ou de marquer la différence en s’appuyant sur le Seigneur. Ne l’oublions jamais : aucun sacrifice n’est trop grand pour restaurer notre dignité.

Moussa Bongoyok

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2015

SAGESSE ET PRUDENCE

“Taa yaawu kuboɗaa ɓonngu fe’irde: nyiwa e don nyaari wara.” (Fulbe proverb)

Ne te hâte pas de jeter ta hache à un moustique : l’éléphant vient en courant. » (Proverbe Fulbe)

“Do not rush to throw your hatchet on a mosquito: the elephant comes running” (Fulbe Proverb)

Signification: “Il ne faut pas se démunir inutilement et imprudemment de ce dont on pourra avoir besoin bientôt.”

Source : Adamou Issa et Roger Labatut Sagesse des Peuls nomades (Yaoundé : CLE, 1974) p. 43.


Parallelisme biblique

La sagesse est une composante essentielle des trois vertus cardinales du pulaaku. Or, qui dit sagesse, dit prudence. En effet, on ne saurait concevoir la sagesse sans une certaine mesure de prudence.  Le prédicateur jésuite Louis Bourdaloue (1632 – 1704) n’a pas tellement exagéré quand il a écrit : « Prudence ; de toutes les vertus requises pour le gouvernement, voilà sans contredit la plus importante. »

Les chemins de la vie passent par de multiples surprises. Voilà pourquoi les Fulbe nous invitent à ne pas jeter la hache à un moustique car il se pourrait qu’un éléphant se présente devant nous dans les secondes qui suivent le passage de l’insecte. Il serait dommage de se retrouver démuni par pure imprudence.

La Bible est pleine de récits qui se rapportent à la prudence. Sélectionnons-en trois :

1)      Dans Genèse 32, Jacob fait preuve d’une extrême prudence en préparant la rencontre avec  son frère Esaü compte tenu du fâcheux antécédent liée à la bénédiction arrachée par ruse.

2)      Dans le livre de Néhémie, du début à la fin, Néhémie agit avec prudence. Pour lui, la confiance en Dieu n’était pas incompatible avec les dispositions pratiques. En effet, il nous appartient de faire tout ce qui est en notre pouvoir, de laisser le reste au Seigneur, et de compter sur lui en tout temps.

3)      Dans 2 Rois 7, le roi reçoit une bonne nouvelle de la part des quatre lépreux mais envoie d’abord quelques hommes vérifier la justesse de l’information avant de laisser la population sortir massivement de la ville assiégée. En agissant ainsi, il voulait se rassurer qu’il n’y avait pas un piège.

La prudence est importante surtout en ces temps de la fin où l’Ennemi multiplie ses attaques à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté chrétienne. Notre Seigneur ne nous a-t-il pas ordonné d’être prudents dans ce monde ? Il est écrit : « Voici: je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez prudents comme des serpents et innocents comme des colombes. » (Matthieu 10 :16, La Bible du Semeur).  Soyons prudents. Prenons les dispositions qui s’imposent. Ne gaspillons pas les ressources que Dieu nous donne. Préparons-nous à faire face à une hostilité plus grande de la part de non-chrétiens mais aussi de la part de faux frères et sœurs dans la foi. Ne dévoilons pas toutes nos stratégies. Ne les épuisons pas non plus. Demandons à notre père de nous combler de sa divine sagesse pour être toujours prêts à agir de la meilleure manière possible avec amour et prudence. Il est fidèle. Il le fera.

(c) Copyright by Moussa Bongoyok, 2010.

D’OU VENONS-NOUS?

« To a andaa haa njahta, andu haa iwda .» (balndol fulbe)

“Si tu ne sais pas où tu vas, sache d’où tu viens.” (proverbe fulbe)

« If you do not know where you are going, know where you come from. » (Fulbe proverb)

signification: Quand on est perdu, il faut savoir revenir à la case départ et repartir à zéro. Pour mieux connaitre sa destinée, il faut connaitre son origine.


Parallélisme biblique

Les Fulbe nomades sont de véritables maîtres de la brousse. Ils n’ont besoin ni de routes, ni de boussole pour se déplacer à travers d’immenses brousses où le paysage est  d’une monotonie déroutante. Pour survivre  dans un tel contexte il faut avoir des repères. Aussi longtemps que les bergers savent d’où ils viennent et ce qu’il faut faire pour revenir au campement, ils peuvent se moquer de l’immensité de la brousse.  C’est à cette réalité que se rapporte premièrement notre proverbe.

Ce proverbe a aussi une dimension philosophique captivante.  Il est d’ailleurs intéressant de relever qu’il ressemble étrangement  à ce que le Talmud enseigne car nous y lisons : “Si tu veux savoir où tu vas, sache d’où tu viens.” La connaissance de son origine est un élément important pour la détermination de sa destinée. La personne qui ne sait pas  d’où elle vient court le risque d’être complètement déboussolée dans la vie. Malheureusement, c’est ce qui arrive à des centaines de millions de personnes dans notre monde postmoderne. Chaque année, le nombre de personnes qui se veulent athées, même dans des régions connues pour leur religiosité, ne fait  qu’augmenter. Notre monde est prêt à embrasser des philosophies et des idéologies on ne peut plus insolites. Mais il veut écarter Dieu des  écoles, des institutions étatiques, et des grandes décisions politiques. Est-il  étonnant que l’éthique s’évanouisse, que le désordre s’installe,  et que l’avenir soit toujours plus incertain ? Décidément, une grande partie de la population humaine ne sait pas où elle va.

Nous pensons qu’il est grand temps de revenir à Dieu, la source de notre existence, de notre vie. Darwin et ses disciples se sont efforcés tant bien que mal d’enseigner que Dieu n’est pas notre créateur, mais aujourd’hui très peu de scientifiques respectables (même irréligieux) s’accrochent à la théorie de l’évolution. De nombreux savants reconnaissent la véracité de l’enseignement scripturaire. La Bible ne laisse planer aucun doute sur notre origine.  Nous ne sommes pas le fruit d’une évolution douteuse, nous avons été créés par Dieu (Genèse 1 :26-31 ; 2 :18-25). Vivre sa vie sans Dieu c’est courir le plus gros risque de sa vie, c’est se lancer sur la voie de la perdition éternelle. Dieu est notre Créateur. Il sait de quoi nous sommes faits. Il sait ce que nous devons faire pour vivre pleinement la vie qu’il a bien voulu nous prêter. Il sait la voie que nous devons suivre pour passer l’éternité dans un bonheur parfait. Au terme de notre aventure humaine sur cette planète, c’est Dieu qui aura le dernier mot. Il jugera l’humanité. A l’issue de ce jugement, les rachetés passeront l’éternité au paradis tandis que les autres souffriront éternellement en enfer (Apocalypse 20 :1-22 :16) Lui tourner le dos est donc aussi suicidaire qu’abandonner la source d’eau vive pour creuser des citernes crevassées qui retiennent pas l’eau (Jérémie 2 :12-13.  Mais se tourner vers Dieu et le prendre pour appui, c’est aller à la source du vrai bonheur (Psaume 4 :7-9 ; Apocalypse 21 :1-4).

Nous venons de Dieu et nous allons à Dieu. Il serait absurde de vivre notre vie sans ce Créateur qui nous aime pourtant d’un amour éternel. Vivre sans Dieu ou vivre sans tenir compte du fait que nos origines se trouvent en lui, c’est avancer les yeux fermés sur la voie de l’égarement. Ne commettons jamais cette erreur fatale. Croyons en Dieu, plaçons-le au cœur de nos vies, suivons la voie qu’il nous indique dans les Saintes Écritures, marchons sur les traces du Seigneur Jésus-Christ, et laissons le Saint-Esprit remplir nos cœurs. C’est alors que nous avancerons avec assurance sur le chemin de la vie, sachant d’où nous venons et où nous allons.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

L’OBJECTIVITE: UNE QUALITE A CULTIVER

« No a wanyiri nyiiwa fuu, ta wi’u a heebintaa fayaande. » (Balndol Fulbe).

« Quelle que soit la haine que tu as pour l’éléphant, il ne faut pas dire qu’il ne peut pas remplir une marmite. » (Proverbe Fulbe).

« Whatever hatred you have for the elephant, do not say it cannot fill a pot.” (Fulbe proverb).

Signification : Il ne faut pas nier ce que est évident.

Parallélisme biblique

Ce proverbe Fulbe pourrait faire sourire plus d’une personne. Et pourtant, pour une bonne partie de la population humaine, la subjectivité semble s’être autoproclamée reine des conversations et des analyses. La neutralité, l’impartialité, le désintéressement ou l’objectivité ont tendance à devenir des « espèces en voie de disparition », même parfois dans nos tribunaux. C’est déjà malheureusement le cas dans certaines sociétés où la corruption s’est érigée en norme.

Bien entendu, Dieu condamne de tels agissements. Il déclare, par la bouche de son prophète Esaïe : « Malheur à vous qui nommez le mal bien et le bien mal, vous qui changez la lumière en ténèbres, les ténèbres en lumière, vous qui changez l’amertume en douceur et la douceur en amertume. » (Esaïe 5 :20, La Bible du Semeur).

Mais, peut-on objecter, comment définir objectivement  le bien ou le mal ? Tout n’est-il pas relatif ? Ce qui condamné comme un péché dans une culture ne peut-il pas être un acte de bravoure hautement apprécié dans une autre ? C’est vrai, nos cultures sont diverses et nos jugements ont tendance à être colorés par nos lunettes culturelles, politiques, idéologiques ou religieuses. Mais c’est justement pour cela qu’il nous faut rechercher l’objectivité. N’oublions pas que nous ne nous sommes pas créés nous-mêmes. De la même manière que nous prenons très au sérieux les instructions qui accompagnent les appareils que nous achetons, n’est-il pas sage de recourir aux directives de notre Créateur ?

Salomon l’a vite compris et a adressé à Dieu une prière dans ce sens : « Veuille donc donner à ton serviteur l’intelligence nécessaire pour administrer la justice pour ton peuple, afin qu’il sache discerner entre le bien et le mal! Sans cela, qui pourrait administrer la justice pour ton peuple qui est si nombreux? » (1 Rois 3 :9, La Bible du Semeur). Dieu a exaucé sa prière. Il donne la sagesse à quiconque la lui demande et met à la disposition de l’humanité sa parole, la Bible. Le psalmiste dit d’ailleurs au sujet de cette dernière : «Ta parole est comme une lampe qui guide tous mes pas, elle est une lumière éclairant mon chemin. » (Psaume 119 :105, La Bible du Semeur).

La Bible est la norme divine. Elle doit être au-dessus de nos cultures, des nos courants de pensées, de nos convictions religieuses. Tout(e) théologien(ne) qui se respecte est conscient(e) du fait que certains passages bibliques sont difficiles et reconnait que certains textes sont diversement interprétés. Mais, il ou elle admettra aussi que sur toutes les questions essentielles de la vie et de la destinée humaine, la Bible contient des déclarations claires et offre des principes qui ne souffrent d’aucune ambiguïté pour quiconque veut voir le monde comme Dieu le voit, dans une parfaite objectivité.

Parlant de l’objectivité, si la Bible était le produit de la subjectivité humaine elle passerait sous silence les péchés des grands hommes et femmes de foi. Par exemple Abraham, l’ami de Dieu et le père des croyants, est loué pour sa foi extraordinaire, mais ses déviations spirituelles tels que les mensonges ou l’impatience ne sont pour autant pas passés sous silence (Voir Genèse 12 :10-20 ; 16 :1-6 ; 20 :1-18). Par ailleurs, David l’homme selon le cœur de Dieu est apprécié pour ses nombreuses qualités, mais ses péchés (convoitise, adultère, crime, et vengeance) sont clairement décrits dans la Bible. Il suffit de lire des textes comme 2 Samuel 11 :1-26 ; 1 Rois 2 :5-9). David a été honoré par Dieu quand il agissait bien mais il était aussi puni quand il agissait mal en dépit de l’amour spécial que le Seigneur avait pour lui. On pourrait multiplier les exemples…

Dieu est si objectif dans ses jugements qu’il sait relever et récompenser le bien et condamner le mal même en ses propres amis. Par ailleurs, il juge objectivement ceux qui ne l’aiment pas. Voyons, à titre d’illustration, cette comparaison entre Israël et les nations païennes du temps du prophète Jérémie : «Rendez-vous donc aux îles de Kittim, et regardez! Ou envoyez des hommes à Qédar et qu’ils observent bien! Voyez si jamais il arrive une chose pareille: existe-t-il un peuple qui ait changé de dieux? Et pourtant ces dieux-là ne sont pas de vrais dieux! Pourtant, mon peuple a échangé celui qui fait sa gloire contre ce qui ne sert à rien! Cieux, étonnez-vous-en, soyez-en horrifiés et consternés, l’Eternel le déclare. Car mon peuple a commis un double mal: il m’a abandonné, moi, la source d’eaux vives, et il s’est creusé des citernes, des citernes fendues et qui ne retiennent pas l’eau. » (Jérémie 2 :10-13, La Bible du Semeur). Dans ce texte, Dieu reconnait que les nations païennes ont au moins le mérite d’être loyales à leurs faux dieux (quoiqu’elles soient toujours sur la voie de la perdition) tandis que son propre peuple est déloyal (et sera aussi puni pour cela).

Dans le Nouveau Testament, le Christ a clairement prêché que le gens de ce monde sont perdus et ont besoin de repentance et de conversion en vue de leur salut. Mais il a aussi relevé leur habileté supérieure en affaires : « …En effet, ceux qui vivent pour ce monde sont plus avisés dans leurs affaires avec leurs semblables que les enfants de la lumière. » (Luc 16 :8, La Bible du Semeur).

Notre Seigneur représente les événements, les objets et les êtres tels qu’ils sont en réalité. Ses jugements et ses analyses ne souffrent d’aucune déformation. Sommes-nous en train de marcher sur ses traces ?

Certains sont en train de le faire et nous les encourageons vivement à continuer dans cette lancée. D’autres sont malheureusement en train de nier les évidences, de déformer les réalités, ou de faire des exagérations, ou de falsifier les informations, pour de nombreuses raisons : racisme, tribalisme, clanisme, régionalisme, clientélisme, trafic d’influence, aveuglement, corruption, haine, jalousie, malhonnêteté, etc. Et pourtant, un autre proverbe africain dit : « Même si le lièvre est ton ennemi, il faut reconnaitre qu’il court plus vite que toi. » Comment voulons-nous progresser au plan socio-économique et spirituel si nous sommes incapables de faire preuve d’objectivité dans nos analyses et dans nos déclarations et, mieux encore, d’agir conséquemment ? Dépassons nos intérêts égoïstes et nos déformations culturelles. Sachons féliciter ceux et celles qui travaillent bien et avertir ceux et celles qui font un mauvais travail. Evitons de nommer le bien mal et le mal bien. Soyons toujours impartiaux dans nos jugements et objectifs dans nos analyses. C’est la volonté de Dieu à notre égard.

Copyright © 2009, Moussa Bongoyok.

%d blogueurs aiment cette page :