Posts Tagged ‘fear’

A TIME FOR EVALUATION AND NEW YEAR RESOLUTIONS

Ngnyum mwu lwikwaen tà win yè wù danmi be’swu ‘ bwaeti . (Tikar Proverb)

« Quand les cheveux de ton voisin brûlent, commence à tremper ta calvitie.” (Proverbe tikar, French translation)

« When the hair of your neighbor burns, start to dip your bald head.  » (Tikar proverb )

Meaning: Forewarned is forearmed.

 (Proverbs collected by Dr. Emmanuel BECHE on behalf of the Francophone University of International Development)

 

Biblical parallelism

The Tikar live mainly in central-western Cameroon. They are famous for their decorations. But, although this is less well known, the depth of their proverbs also distinguishes them. The one we are particularly interested in at this year-end is derived from their cultural attic: « When the hair of your neighbor burns, start to dip your bald head. « 

This proverb is very common in Africa. In January 2011, we commented Dendi adage which reads this way:  » If your neighbor ‘s beard catches fire, sprinkles because you do not know if yours will catch fire.  » It refers to another that is equally interesting but directs attention to oneself:  » If your neighbor ‘s beard catches fire, wet yours. » The Tikar abound in the same direction, but they go much further by comparing the  » hair  » to « baldness « . In other words, even if you run a lower risk than the neighbor who is hard hit by the fire, it is important to learn from his or her misfortune and take such steps as are necessary to prevent suffer a similar fate. In other words, you never know the extent of the danger that can cause the most insignificant risk. What wisdom! If only we could consider at this time of the year nearing its end as we evaluate it and prepare new resolutions for the New Year looming on the horizon.

Unfortunately, a close look at what is happening around us indicates that the world is slowly but surely engulfed in the ethical chaos of Noah’s time and is moving towards a more serious destruction than that of Sodom and Gomorrah. Paradoxically, this fall heavy with consequences is caused in the name of a pseudo-freedom and a poorly assimilated tolerance that does not realize that it undermines the basis of what appears to be its own strength by imposing the views a minority on the rest of the world and undermining, in the process, the moral and spiritual values ​​that have been the strength of Western societies for many centuries.

Yet the Bible is full of warnings in terms could that could not be more clear. For example, before the people of Israel made ​​their entry into the Promised Land, God gave him the following warning: “When you enter the land the Lord your God is giving you, do not learn to imitate the detestable ways of the nations there. Let no one be found among you who sacrifices their son or daughter in the fire, who practices divination or sorcery, interprets omens, engages in witchcraft, or casts spells, or who is a medium or spiritist or who consults the dead. Anyone who does these things is detestable to the Lord; because of these same detestable practices the Lord your God will drive out those nations before you. You must be blameless before the Lord your God [Deuteronomy 18:9-13 , NIV ].” Many other biblical passages in the book of Deuteronomy and Joshua that abound in the same direction (see Deuteronomy chapters 4, 7, 8, 9 , 11, 12, 15, 17,18 , 19, 20 , 26, 28 , 29, 30 , 31, 32 and Joshua chapters 1 and 23 etc.) . . Unfortunately, Israel has not been able to swim against the current. She was rather stuck in the mud of idolatry and its corollaries with all the consequences. She was hit by many disasters. She drank the bitter cup deportations whose harmful effects are still being felt today. Many nations have occurred, and will experience the same fate. However, our generation would fare much better if we drew lessons from history and relied on the Lord.

 At the individual level, we also fall into the same precipices as our neighbors who have endured the bitter consequences of their misbehavior. We deceive ourselves into thinking that we are smarter than those who were trapped in their misconduct. Einstein said: “Insanity is behaving the same way and expecting a different result.” At the end of this year, let us ask the Lord’s forgiveness for our acts of madness, let us resolve to live by divine wisdom that has the following characteristics: But the wisdom that comes from heaven is first of all pure; then peace-loving, considerate, submissive, full of mercy and good fruit, impartial and sincere [James 3: 17, NIV].” Let us enter the New Year with a commitment to live in reverent fear of God (deep respect, reverence, worship) that, however, is the beginning of wisdom (Proverbs 9: 10). May the Lord grant us all the wisdom to dip our moral and spiritual baldness from now until the end of the earthly pilgrimage!

 Copyright © 2013 by Moussa Bongoyok .

PRENDS COURAGE

Ɛjuri nkɛ cháy, ńchay ntaŋ? (Kenyaŋ proverb South West Cameroon)

« Si je n’ai pas peur quand la nuit est noire, pourquoi aurais-je peur quand la lune brille ? » (Proverbe kenyaŋ, Sud-Ouest du Cameroun)

“If I do not fear when the night is dark, should I fear when the moon is shining? (Kenyaŋ proverb, South West Cameroon)

Signification: Je suis dans ma maison, je n’ai pas peur. La peur cède la place au courage quand on a un appui.

Parallélisme biblique

Les Kenyaŋ vivent dans le sud-ouest du Cameroun. Or, cette région est réputée pour ses abondantes pluies, ses hautes montagnes et ses épais brouillards. Parfois, même en plein jour, la visibilité est pratiquement nulle à certains endroits. Nous en avons fait l’expérience lors d’un séjour à Buea. Dans ce contexte, on peut donc imaginer ce qui peut se passer dans la nuit. Les ténèbres sont d’une opacité déconcertante sauf quand la lune brave les nuages et envoie ses faisceaux de lumière. On comprend alors que les Kenyaŋ puissent affirmer : « Si je n’ai pas peur quand la nuit est noire, pourquoi aurais-je peur quand la lune brille ? »

Les  Kenyaŋ citent souvent ce proverbe pour affirmer qu’ils se sentent en sécurité dans la maison. Le courage affiché repose en fait sur un appui solide: la sécurité de la maison, la maîtrise du terrain, l’assurance du secours des membres de la famille et du voisinage en cas d’agression. Cela nous rappelle un proverbe fulbe qui dit : «  Si un enfant que tu effraies en brousse ne prend pas la fuite, c’est que son père est caché dans les buissons.» Force est de constater que dans les deux cas, le courage s’appuie sur une assurance.

Voilà un principe qu’on trouve dans de nombreux textes bibliques. Quand Josué s’apprêtait à conquérir la terre promise, Dieu lui avait dit : « Je t’ai donné cet ordre: Prends courage et tiens bon, ne crains rien et ne te laisse pas effrayer, car moi, l’Eternel ton Dieu, je serai avec toi pour tout ce que tu entreprendras. » (Josué 1 :9, La Bible du Semeur). Josué pouvait donc diriger les combats sans peur car l’Eternel était à ses côtés.

En effet, la présence divine est une grande source d’encouragement. Dieu est capable de secourir en cas de détresse et nul ne peut braver sa divine puissance. Esaïe 41 :10 où il est écrit : « Ne sois pas effrayé,  car je suis avec toi;  ne sois pas angoissé, car moi je suis ton Dieu. Je t’affermis, je viens à ton secours, pour sûr, je te soutiens de mon bras droit qui fait justice. » (La Bible du Semeur).  Les versets suivants, tirés parmi tant d’autres,  abondent dans le même sens : Psaume 23 ; 62 :5-8 ; Esaïe 43 :5, Romains 8 :31-39. La peur et le découragement s’effondrent comme un vulgaire château de cartes quand on est persuadé que Dieu est toujours prêt à secourir ceux qui s’appuient sur lui.  C’est cette assurance qui a permis aux trois compagnons de Daniel de défier courageusement le roi et la fournaise ardente en affirmant : « O Nabuchodonosor, il n’est pas nécessaire de te répondre sur ce point. Si nous sommes jetés dans la fournaise où brûle un feu ardent, notre Dieu que nous servons peut nous en délivrer, ainsi que de tes mains, ô roi! Mais même s’il ne le fait pas, sache bien, ô roi, que nous n’adorerons pas tes dieux et que nous ne nous prosternerons pas devant la statue d’or que tu as fait ériger. » (Daniel 3 :16-18, La Bible du Semeur). C’est aussi cette assurance qui a permis à David de reprendre courage quand ses propres compagnons menaçaient de lui ôter la vie à Tsiqlag suite au raid des Amalécites qui avaient brûlé leur campement et emmené captifs tous les membres de leurs familles.  La Bible précise que « …David puisa de nouvelles forces en se confiant en l’Eternel son Dieu. «  (1 Samuel 30 :6, La Bible du Semeur). Ces exemples méritent d’être suivis face aux multiples défis de la vie.

Les sujets de découragement sont légion ici bas. Souvent, ceux qui travaillent le plus ne sont pas les mieux payés ou récompensés. Parfois, on reçoit des reproches au moment même où l’on s’attend à une félicitation. La corruption et les injustices sont telles que les nominations et les promotions sont de plus en plus des injures à la logique. Par ailleurs, les gens sont prompts à critiquer les défaillances mais lents à remercier, à encourager, à relever ce qui est bien fait. L’ingratitude, l’insolence, la jalousie, les déceptions et la méchanceté viennent assombrir davantage le tableau de la vie.  Le découragement frappe permanemment à la porte de nos cœurs. Or, le découragement est très dangereux. Henri Lacordaire est même allé jusqu’à écrire que «  Le découragement est, en toute chose, ce qu’il y a de pire ; c’est la mort de la virilité. » François de la Rochefoucauld dit la même chose mais en d’autres termes : «  Le découragement est la mort morale. »   Ces deux auteurs ont à peine exagéré, compte tenu de la nature paralysante du découragement. Le pire c’est que nul n’est à l’abri de ce mal . De grands hommes de Dieu à l’instar du prophète Elie (1 Rois 19) ont aussi connu le découragement. Il convient donc de s’équiper en vue de mieux l’affronter quand il va tenter de nous terrasser car, dans ce domaine aussi, prévenir vaut mieux que guérir.

Voici quelques conseils pour mieux se préparer à vaincre  le découragement :

1)      Ayons une foi personnelle en Dieu. La religiosité ne suffit pas. La foi des parents ou des amis ne nous aidera pas. La véritable foi est un engagement personnel (Jean 3 :16 ; Jean 3 :36 ; Romains 10 :9 ; 1 Jean 5 :13). Chaque individu doit reconnaitre ses péchés, les regretter sincèrement, demander pardon à Dieu, accepter Jésus Christ comme celui qui est mort à sa place sur la croix du calvaire et ressuscité, et lui confier la direction de sa vie.

2)      Maintenons une bonne communion avec Dieu. Nul ne peut nous offrir un meilleur secours que l’Éternel lui-même. La prière, la lecture régulière de la Bible et la vie de sanctification  nous permettent de  maintenir une vie chrétienne verdoyante même dans un milieu aride (Cf. Psaume 1 :1-6 ; Jean 15 :1-17). Chaque fois qu’une mauvaise pensée traverse notre esprit, prions afin que nous ne tombions pas dans la tentation. Même si l’endroit et les circonstances où nous trouvons ne se prêtent pas à une prière audible, adressons une prière silencieuse au Seigneur. Les prières silencieuses ne sont pas moins efficaces (cf. 1 Samuel 1:9-28). En lisant la Bible, cherchons à mieux connaitre le Dieu en qui nous avons cru. Plus nous connaitrons Dieu, plus nous l’aimerons et approfondirons l’intimité avec lui. L’intimité avec Dieu nous permettra d’affronter les tempêtes de la vie avec foi et courage car l’Esprit Saint nous fortifiera et nous guidera.

3)      Travaillons dans l’esprit de Colossiens 3 :23 où il est écrit : « Quel que soit votre travail, faites-le de tout votre cœur, et cela par égard pour le Seigneur et non par égard pour des hommes. » Avec une telle philosophie de travail, l’énergie ne fera jamais défaut.

4)      Gardons toujours en vue que nous ne sommes que des pèlerins sur cette terre. Contrairement à ce que les faux prophètes de l’évangile de la prospérité prônent, la vie, même chrétienne, n’est pas faite de pétales de roses. Certes, le Seigneur nous donne le salut, la joie, et de nombreuses bénédictions que tout l’argent de ce monde ne saurait acheter ; mais il annonce aussi que nous aurons des tribulations dans le monde (Jean 15 :33). Dans le même ordre d’idées, la Bible dit que tous ceux qui veulent vivre pieusement en Christ seront persécutés (2 Timothée 3 :12). Le Seigneur ne nous promet pas une vie sans tempête, mais il promet d’être avec nous tous les jours (Matthieu 28 :20b), même au cœur de la tempête la plus violente.

5)      Ne perdons jamais de vue que tout ne s’arrête pas ici bas. Un jour, Dieu essuiera toute larme de nos yeux (Apocalypse 21 :4) et récompensera chacune de nos œuvres, même celles qui seraient passées inaperçues aux yeux de nos semblables (Matthieu 25 :31-40 ; Marc 9 :41 ; 1 Cor 15 :58).

Et que faire quand on est déjà tombé dans le filet du découragement ? Nous conseillons trois actions (PPC):

  • Prier : Dieu promet  son secours à ceux qui l’invoquent (Psaume 50 :15 ; Philippiens 4:6-7 ; 1 Pierre 5 :7). La prière est très importante en tout temps, et elle ne doit en aucun cas être négligée pendant les moments de découragement. Au contraire, il faudrait redoubler d’ardeur dans la prière en cette période. Ce n’est pas le temps de fuir le Seigneur. C’est plutôt le temps de s’accrocher à lui.
  • Partager : En se confiant à un ou plusieurs frères et sœurs discrets et mûrs dans la foi l’on ouvre la porte d’un soutien moral et spirituel précieux. Souvent, on se fait plus de mal en s’enfermant sur soi-même. Un mot d’encouragement, un geste de compassion, un signe d’amour sincère, peuvent faire beaucoup de bien à celui ou à celle qui est découragé(e).Nous comprenons alors pourquoi la Bible dit:  » C’est pourquoi encouragez-vous les uns les autres et aidez-vous mutuellement à grandir dans la foi, comme vous le faites déjà. » (1 Thessaloniciens 5:11, La Bible du Semeur).Dieu veut que ses enfants s’encouragent mutuellement.
  • Compter : L’une des stratégies efficaces  de l’Ennemi est d’amplifier les difficultés que nous traversons et de nous faire oublier tout ce que Dieu a déjà fait pour nous ou pour d’autres frères et sœurs qui ont traversé des circonstances semblables. Nous trouvons un cas typique dans Nombres 13:27-14:25.  Au lieu de tomber dans ce piège, il est  sage de compter les bienfaits de Dieu, de se rappeler de ses interventions passées, et de lui faire confiance pour l’avenir.

Terminons  sur une note poétique. Le  poète brésilien Adémar de Barros décrit une scène qui est de nature à redonner courage à ceux et celles qui traversent la sombre vallée du découragement et qui se sentent abandonnés à leur triste sort par le Seigneur en qui ils ont placé leur confiance :

Les traces dans le sable !

Une nuit, un homme fit un rêve.

Il rêva qu’il marchait au bord de la mer en compagnie du Seigneur.

Sur le fond du ciel, il voyait se dérouler les scènes de sa vie.

Il remarquait, dans chaque scène, deux traces parallèles de pas dans le sable.

L’une était la sienne; l’autre celle du Seigneur.

À la dernière scène, il se retourna pour voir ces empreintes sur la grève.

Il s’aperçut alors qu’à divers moments de sa vie,

il n’y avait qu’une trace de pas.

Et que ces moments de marche solitaire correspondaient

aux heures les plus tristes et les plus sombres de sa vie.

Intrigué, il dit à son compagnon: « Seigneur, tu m’as assuré de toujours

marcher à mes côtés si j’acceptais de me joindre à Toi.

Mais je m’aperçois qu’aux périodes les plus dures de ma vie,

il n’y a plus qu’une empreinte dans le sable.

Pourquoi m’as-tu abandonné au moment où j’avais le plus besoin de Toi ? »

Le Seigneur se tourne alors vers lui et lui répond:

« Mon enfant, mon très cher enfant, tu sais que Je t’aime

et que je ne saurais t’abandonner.

Il faut que tu comprennes ceci: si tu ne vois qu’une trace de pas

aux moments les plus difficiles de ton existence,

c’est qu’alors, tout simplement,

Je te portais dans mes bras… »

Adémar de Barros

(Source de ce poème: http://www.naute.com/temoignages/traces.phtml)


© Copyright Moussa Bongoyok, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :