Posts Tagged ‘erreur’

NE COMMETTEZ PAS DEUX FOIS LA MEME FAUTE

“Ting elé biyon bi fey afan ndzang.” (Proverbe ewondo)

“Si tu te retrouves deux fois sous le même tronc d’arbre en forêt, tu es égaré.” (proverb ewondo)

“As you go through the forest, if you find yourself under the same tree twice, you are lost” (Ewondo Proverb)

Signification: Celui qui commet deux fois la même faute, manque de sagesse.

(Proverbe recueilli par le Dr Emmanuel BECHE pour le compte de l’Université Francophone de Développement International)

 

 Parallélisme biblique

 Les Ewondo vivent dans un cadre naturel particulièrement béni. La générosité de la pluviométrie, la douceur du climat, la densité et la beauté édénique de la végétation, sont de nature à faire rêver au moins la moitié des habitants de notre planète. Chaque Ewondo doit normalement se lever chaque matin avec un chant de louange dans le cœur à la gloire du Créateur. Mais, toute médaille a son revers. La forêt, quoique fascinante, peut aussi dévorer comme un ogre celui ou celle qui s’y aventure sans en maîtriser les rouages. Il est facile de s’y perdre. Voilà qui donne tout son sens à notre proverbe : “Si tu te retrouves deux fois sous le même tronc d’arbre en forêt, tu es égaré.”

 Cette parole de sagesse semble être effrontément simpliste, mais en réalité elle est très profonde. Au-delà de la forêt avec ses gros arbres et ses sentiers quasi inexistants, elle nous parle de la vie avec ses multiples défis. La densité de notre existence et la complexité de la nature humaine nous plongent facilement dans l’univers des défaillances et des fautes. Commettre une erreur, même pour la première fois, est souvent lourde de conséquences; mais cela peut facilement se comprendre. Commettre la même erreur une seconde fois, c’est vraiment faire preuve d’un manque flagrant de sagesse. Cela nous rappelle une expression latine:« L’erreur est humaine, persévérer dans l’erreur est diabolique » (Errare humanum est, perseverare diabolicum). En somme, les Ewondo nous invitent à prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour, autant que faire se peut, ne pas commettre deux fois la même faute.

 C’est justement ce que la Bible semble communiquer à travers le récit de la femme prise en flagrant délit d’adultère en Jean 8 :1-11. Elle n’a pas été lapidée comme le souhaitaient ses accusateurs. Toutefois, le Seigneur ne s’est pas contenté de lui pardonner ; il a tout de suite ajouté « Va, et ne pèche plus ». En effet, il aurait été insensé pour cette femme de continuer à vivre dans l’adultère après avoir échappé de justesse à une mort aussi honteuse que douloureuse.  Ce serait, pour emprunter une expression biblique, comme «  un chien qui retourne à ce qu’il a vomi » (Proverbes 26 :11 2 Pierre 2 :22). Dieu est prêt à nous pardonner nos péchés si nous venons à lui avec un cœur repentant (1 Jean 1 :8-9). Mais il veut que désormais nous marchions en nouveauté de vie, sur la voie de la sanctification (Colossiens 3 :1-25). Et si nous manquons de force ou de sagesse, il est prêt à voler à notre secours par la puissance de son Saint-Esprit. C’est ainsi que Paul pouvait dire en Philippiens 4 :13, « je peux tout, grâce à celui qui me fortifie » (La Bible du Semeur).

Dans la vie courante comme dans notre relation avec Dieu, apprenons à tirer des leçons de nos fautes. Réfléchissons sur les causes profondes de chaque faute commise. Demandons pardon à Dieu et aux prochains  offensés. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne plus retomber dans la même erreur tout en demandant constamment au Seigneur de bien vouloir nous accorder la force, la sagesse et la discipline nécessaires.

 

© Copyright 2013 by Moussa Bongoyok.

QUAND UN SAVANT COMMET UNE ERREUR…

إذا ذلَ عا لم ذلَ بذ لَته عا لم

Idha zalla ‘alimoun zalla bizallatihi ‘alamoun. (proverbe arabe)

Si un savant trébuche, trébuchera dans sa chute tout un monde. (proverbe arabe)

If a scholar falls, many people will fall with him or her. (Arab Proverb)

Signification: Si un savant commet une erreur, de nombreuses autres personnes seront induites en erreur compte tenu de son influence. Les savants doivent bien réfléchir et mesurer les conséquences de leurs théories ou de leurs réflexions avant de les communiquer ou de les  publier.

Parallélisme biblique

Ce proverbe arabe nous a beaucoup marqué. Nous l’avons affiché dans notre bureau et nous en avons distribué des copies aux étudiants inscrits dans nos cours d’études interculturelles (missiologie). Chaque fois que nous y pensons, de nombreux textes bibliques nous viennent à l’esprit. Nous en retenons deux.

Le premier texte biblique qui nous vient à l’esprit, décrit une situation où tout un groupe social était menacé de mort parce que quelques devins, magiciens, sorciers et enchanteurs (considérés comme des sages, des savants cf. Daniel 1 :17-20) n’avaient pas pu donner une réponse satisfaisante à un roi profondément troublé par un rêve. Les lecteurs de la Bible se souviennent du récit de Daniel 2 :1-49. La colère du roi était si violente qu’il décida ipso facto de mettre à mort tous les sages de Babylone. Il a fallu l’intervention de Daniel, à qui Dieu a donné une sagesse supérieure, pour que le pire soit évité. Imaginons un peu la situation chaotique dans laquelle se trouverait la Babylonie si toute cette classe (à laquelle appartenait Daniel et ses compagnons) était massacrée. Bien entendu, tous ceux qui étaient considérés comme des savants à l’époque (comme aujourd’hui) ne l’étaient pas nécessairement. Beaucoup parmi eux étaient plutôt des charlatans qui exploitaient la crédulité de leurs compatriotes. Mais, il y avait quand même de vrais savants parmi eux. Il n’était pas du tout sage de les massacrer tous. C’est comme-ci, au 21e siècle, on décidait d’anéantir toute l’élite intellectuelle. Les conséquences seraient incommensurables.

Le second texte indique la source de la vraie connaissance, de la vraie sagesse. Il s’agit du texte de Proverbe 2 :6 qui stipule que Dieu est la source de la sagesse, de la connaissance et de l’intelligence. De nombreux autres versets bibliques abondent d’ailleurs dans le même sens tant dans le livre de Proverbes que dans d’autres livres bibliques. Quand nous pensons aux nombreuses dérives de nos savants modernes, quand nous pensons au fait de nombreuses personnes veulent écarter Dieu des écoles et des centres de recherche, nous nous demandons si notre monde est conscient que sans Dieu nous allons inéluctablement vers la dérive ?

Revenons à Dieu, notre créateur. Donnons-lui toute la place qui nous revient dans nos cœurs, dans nos familles, dans nos écoles, dans nos sociétés. Craignons Dieu (nous entendons par crainte une confiance respectueuse) et éloignons-nous du mal sous toutes ses formes. C’est alors que nous réussiront. Et si nous avons commis une erreur, soyons assez humbles pour la reconnaitre et la corriger. Celui ou celle qui refuse de se coucher sur le lit de son erreur, qui écoute avec discernement les remarques des autres, et qui corrige tout ce qui mérite d’etre corrigé est sur la voie de la vraie réussite.  Marchons quotidiennement sur cette voie. C’est alors  que nous éviterons de trébucher et d’entrainer dans notre chute le monde qui est déjà bien affaibli.

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2009.

%d blogueurs aiment cette page :