Posts Tagged ‘Berber proverb’

HONNEUR AUX PERSONNES AGEES

“Amghar saafith ghass yettorik.” (Proverbe berbère)

“Sois bienveillant avec un vieux [ou une vieille] même s’il t’en coûte. » (Proverbe berbère)

“Be kind to the elderly even if it costs you.” (Berber proverb)

Source: http://missnchrea.unblog.fr/proverbes-berberes/

Signification: Nous avons le devoir de respecter et d’aider les personnes âgées.


Parallélisme biblique

Nous vivons dans un monde où, à l’exception de quelques pays, la population est de plus en plus jeune. Du coup, la jeunesse semble occuper une place centrale. Même dans les pays où la population est vieillissante, les dirigeants ont tendance à se préoccuper beaucoup plus des jeunes que de personnes âgées. De nombreuses personnes du troisième âge se sentent négligées, coupées de la famille, isolées, inutiles et abandonnées à elles-mêmes. Pourtant notre humanité a besoin de tout le monde pour sa survie. Nul être humain ne doit être négligé, quel que soit son âge. On comprend alors pourquoi le proverbe berbère insiste sur la nécessité d’être bienveillant envers les personnes âgées.

Les jeunes et les moins jeunes sont tout aussi importants dans une société. Il n’est pas concevable que les moins jeunes soient négligées à un âge ou la faiblesse physique prend littéralement assaut de leurs corps (cf. Ecclésiaste 12 :3-9). On comprend alors pourquoi la Bible recommande vivement que les fidèles les plus jeunes s’occupent des membres de leurs familles plus âgés (1 Timothée 5 :3-8) et pourvoient à leurs besoins.

La Bible va même plus loin.  Elle enseigne que les plus âgés méritent même un respect spécial. C’est ainsi que nous lisons en Lévitique 19 :32 (La Bible du Semeur): « Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c’est ainsi que tu révéreras ton Dieu. Je suis l’Éternel.  Les vieux méritent donc notre respect et nos honneurs (cf. Exode 20 :12 ; Deutéronome 5 :16 ; Marc 7 :1-12 ; Ephésiens 6 :2-3). N’oublions pas qu’avant de vieillir, les personnes âgées étaient jeunes et vigoureuses. Elles ont investi beaucoup de temps et d’énergie au service de leurs familles et de la société. Ils méritent notre respect.

Une autre façon de les honorer est de les consulter, de les écouter, et de tenir compte de leurs avis dans nos  grandes décisions et même de les impliquer dans nos activités. La Bible dit, « Écoute ton père, qui t’a donné la vie, et ne méprise pas ta mère devenue âgée. » (Proverbes 23 :22, La Bible du Semeur). Refuser de les écouter, c’est tourner le dos à une précieuse source de sagesse et d’expériences. Roboam, le fils du roi Salomon, a souffert des conséquences d’une telle négligence dans 2 Rois 12 :1-24. Pourtant, il a eu la brillante idée de demander conseil aux vieillards quand l’assemblée lui a demandé d’alléger sa rude servitude. Les vieillards lui ont conseillé de donner une suite favorable à la demande du peuple. Malheureusement, il a préféré écouter le conseil des jeunes de son âge. Il répondit au peuple avec une arrogance aussi notoire que fatale: « Mon père vous a imposé un joug pesant, leur dit-il; et bien, moi je le rendrai encore plus pesant. Mon père vous a fait marcher à coups de fouet, moi je vous ferai marcher à coups de lanières cloutées. » (v. 12, La Bible du Semeur).Nous connaissons les conséquences de sa décision : Israël fut divisé et dix tribus sur douze établirent Jéroboam à leur tête. L’histoire d’Israël aurait pu prendre toute une autre tournure si Roboam avait su écouter les plus âgés.

Avons-nous tiré des leçons de la mésaventure de Roboam? Il est difficile de répondre à cette question par l’affirmative. Le syndrome de Roboam a la peau dure. Le 21e siècle est plein de dirigeants qui agissent exactement comme Roboam au niveau des familles, des collectivités locales, des régions, des pays, et de la communauté internationale. Nous devons apprendre à écouter davantage les aînés. Bien entendu, tout conseil mérite d’être pris avec discernement et analysé à la lumière des Saintes Écritures.

Soyons bienveillants envers les personnes âgées. Pourvoyons à leurs besoins. Respectons-les. Honorons-les. Écoutons-les. Cela leur fera du bien, nous sera profitable, et glorifiera Dieu.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

VISER L’EXCELLENCE

“Vise toujours la lune, même si tu rates, tu atterriras parmi les étoiles.” (Proverbe Amazigh [berbère]).

« Always aim for the moon; if you miss, you’ll land among the stars.” (Amazigh [Berber] proverb).

Signification: Il est toujours profitable de viser l’excellence.

(Nota bene : Ce proverbe Amazigh peut être mieux compris quand on sait que dans la pensée Amazigh, comme dans celle de nombreux autres peuples d’Afrique, la lune est plus loin que les étoiles.)

Parallélisme biblique (établi par le webmestre)

Certains textes bibliques passent souvent inaperçus, mais ils regorgent pourtant de richesses. C’est le cas de 2 Rois 13 :15-19. Dans ce texte, le prophète Elisée demanda à Joas, roi d’Israël de prendre les flèches et de frapper contre la terre. Il obéit aussitôt mais il ne frappa que trois fois, ce qui lui valut le reproche du verset 19 :

« L’homme de Dieu se mit en colère contre lui et lui déclara:

– Il fallait frapper cinq ou six coups, alors tu aurais vaincu les Syriens jusqu’à leur extermination, tandis qu’à présent tu ne les battras que trois fois. »

L’erreur du roi d’Israël était de se contenter du moindre effort, de petites victoires, de ne pas viser plus haut. C’est aussi notre erreur de nos jours. Tant au niveau individuel que collectif, les chrétiens ont des efforts à fournir dans ce domaine. Nous nous endormons très vite sur nos lauriers et visons rarement l’excellence dans tout ce que nous faisons. Même quand du bout des lèvres ou dans nos textes nous affirmons notre désir d’exceller dans le bien, nous n’y mettons pas toujours le zèle, la discipline et les moyens appropriés. Si nous le faisions, nos familles, nos églises locales, nos écoles, nos centres de santé, nos œuvres caritatives, nos organisations, et même nos contextes sociaux auraient un autre visage. Le monde serait différent. Malheureusement, le syndrome de Joas nous talonne. Il nous revient de nous en défaire résolument en nous appuyant sur le Seigneur de l’excellence et de la perfection. D’ailleurs, le texte de Matthieu 5 :48 dit clairement : « Votre Père céleste est parfait. Soyez donc parfaits comme lui. » Nous devons donc toujours viser plus haut, en ayant pour modèle Dieu lui-même.

Bien entendu, cela n’est pas une tâche facile. Nous ne pouvons réussir sur cette voie qu’en puisant notre force en notre Créateur lui-même. Mais, cela ne nous excuse pas pour autant car Dieu veut que nous fassions notre devoir, que nous nous accomplissions notre part de responsabilité et il fera ce qui est au-delà de nos compétences humaines. Des textes bibliques comme Philippiens 2 :12-18 et 2 Pierre 1 :3-9 illustrent parfaitement cette vérité biblique.

Notre Dieu veut que nous excellions dans tout ce que nous faisons. Même quand ce que nous faisons n’a apparemment pas de lien direct avec la vie chrétienne ou la spiritualité. C’est ainsi que Dieu nous donne des recommandations du genre : « Quel que soit votre travail, faites-le de tout votre cœur, et cela par égard pour le Seigneur et non par égard pour des hommes (Colossiens 3 :23). » Dans l’esprit du proverbe Amazigh et surtout des textes bibliques qui font autorité en matière de foi et de conduite, visons toujours la lune tout au long de cette semaine et de notre pèlerinage terrestre. En le faisant fidèlement, nous serons du nombre de ceux qui brilleront comme des étoiles (Cf. Daniel 12 :3).

N.B : Toutes les citations bibliques sont tirées de la Bible du Semeur.

©Copyright by Moussa Bongoyok, 2009.

%d blogueurs aiment cette page :