EDUCATION DES ENFANTS

“Isigogo sigokwa sisemanzi.” (Ndebele proverb)

“A cow skin can be easily rolled when it is still soft.” (Ndebele proverb)

“Une peau de vache peut être facilement roulée quand elle est encore fraîche.” (Proverbe ndebele)

Signification : Il est plus difficile d’instruire les enfants quand ils sont devenus adultes. L’éducation des enfants doit commencer le plut tôt que possible

Source : http://www.ywamafrica.org/Lounge/Resources/en-jub.pdf

Parallélisme biblique

Nous étions en train d’effectuer des recherches sur les témoignages des ceux et celles qui pratiquaient d’autres religions avant d’embrasser la foi chrétienne quand nos yeux sont tombés sur ce beau proverbe ndebele.  Aussitôt nos pensées se sont envolées vers l’univers éducatif africain. Nous nous sommes souvenus de la rigueur avec laquelle nos parents nous ont éduqués. En réalité, nos parents biologiques n’étaient pas les seuls à nous éduquer. N’importe quel habitant du village avait son mot à dire. Les proverbes, les conseils et les encouragements fusaient de partout. Quand nous nous comportions mal, n’importe quelle femme du village pouvait nous reprendre comme si elle était notre propre mère. N’importe quel homme pouvait nous fouetter comme le ferait notre propre père. Aucun parent  ne se soulevait parce qu’on avait infligé une punition bien méritée à son enfant. Mais, les enfants avaient de la peine à comprendre pourquoi les adultes se liguaient contre eux jusqu’à ce qu’ils deviennent grands et se rendent compte que l’éducation reçue était pour leur plus grand bien.

Ce n’est pas sans nostalgie que nous chérissons ces souvenirs d’un passé qui semble être à jamais révolu. De nos jours, les enfants sont à peine punis. La tendance est à laisser l’enfant agir à sa guise, faire ses propres expériences, prendre ses propres décisions. Du coup, l’éducation parentale, quand elle existe, est faite avec une légèreté déroutante. La discipline est perçue comme une inquisition moyenâgeuse et le libertinage s’installe confortablement sur le fauteuil des plus belles valeurs  du système éducatif traditionnel. Le taux toujours croissant de divorces vient donner le coup de grâce à une vie conjugale déjà chancelante. Et le tout se passe dans un contexte où Dieu lui-même n’a plus de place dans les écoles publiques.

C’est à peine si les enfants ne dictent pas leurs volontés aux parents et aux autres adultes avec toutes les conséquences heureuses et malheureuses. Malheureusement, les conséquences fâcheuses sont  plus nombreuses quand on analyse objectivement les dérives de nos sociétés contemporaines. On comprend alors pourquoi le proverbe ndebele mérite une attention particulière. En effet, les Ndebele partent du fait qu’on ne peut pas rouler une peau de vache devenue sèche pour attirer l’attention de leur contemporain sur la nécessité et l’urgence d’éduquer les enfants.  Pendant que les enfants sont encore malléables, les parents ont intérêt à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les instruire, les éduquer, les corriger, et leur communiquer de bonnes valeurs morales et spirituelles.

C’est d’ailleurs ce que recommande la Bible. Proverbes 22 :6 est l’un des textes les plus remarquables sur le sujet : « Apprends à l’enfant le chemin qu’il doit suivre, même quand il sera vieux, il n’en déviera pas. » (La Bible du Semeur.) Un enfant qui a été instruit sur la voie du Seigneur peut mieux faire face aux tempêtes existentielles. L’apôtre Paul relève avec justesse le bel héritage spirituel de Timothée : « Je garde le souvenir de ta foi sincère, cette foi qui se trouvait déjà chez ta grand-mère Loïs et ta mère Eunice. A présent, elle habite aussi en toi, j’en suis pleinement convaincu. » (2 Timothée 1 :5, La Bible du Semeur). L’Eglise aurait un autre visage si tous les parents éduquaient leurs enfants avec le même sérieux. Et pourtant, c’est ce que Dieu attend. Il est écrit dans Deutéronome 11 :18-19 : « Gravez donc bien ces ordres que je vous donne dans votre cœur et au tréfonds de votre être, qu’ils soient attachés comme un signe sur vos mains, et comme une marque sur votre front. Vous les enseignerez à vos enfants et vous leur en parlerez, chez vous dans votre maison et quand vous marcherez sur la route, quand vous vous coucherez et quand vous vous lèverez. »

Le texte d’Ephésiens 6 :4 abonde dans le même sens : « Vous, pères, n’exaspérez pas vos enfants, mais élevez-les en les éduquant et en les conseillant d’une manière conforme à la volonté du Seigneur. » (La Bible du Semeur). Dans ce cadre, et ceci sans encourager la brutalité et la torture, il y a de la place pour la correction avec amour et sagesse (Cf. Proverbe 23 :13 ; Hébreux 12 :7-11). Par-dessus tout, les parents doivent être de bons exemples pour les enfants en parole, en conduite, en foi et en pureté. Ils ne sauraient dire aux enfants : « Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais. » Cela serait on ne peut plus irresponsable.

Si nous avions cent milliards voix, nous crierions sur tous les toits du globe que les enfants sont nos plus précieux trésors. Ne les sacrifions pas sur l’autel de l’argent, du pouvoir, du succès, des acclamations humaines, de l’égoïsme, de la mode, ou du politiquement correct. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour les éduquer dans la crainte du Seigneur et laissons Dieu s’occuper de ce qui est au-delà de nos compétences humaines. Bâtons le fer pendant qu’il est encore chaud car l’âge adulte vient où il sera extrêmement difficile de redresser ce qui a été tordu par pure négligence. Que Dieu nous vienne en aide !

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :