GRATITUDE

« Maa min jona fèn fitinin na o makan ni fènba » (Bambara proverb)

« Celui qui néglige les petits gestes n’est pas digne des grands gestes » (Proverbe Bambara)

« A person who neglects a small gesture is not worthy of a big gesture. » (Bambara Proverb)

Signification: Celui qui ne sait pas apprécier les petits actes de bienveillance ne mérite pas de recevoir de grands actes de bienveillance. L’ingratitude n’est pas une bonne chose.

Source: Ce proverbe nous a été envoyé par le Pasteur Abdou Maiga (Mali/Sénégal), Président de Compassion Sans Frontières et Doctorant (William Carey International University).


Parallélisme biblique

Dans la savane des relations humaines et des expériences religieuses, les plaintes et les demandes sont des éléphants et la gratitude n’est qu’une fourmi. L’être humain est difficile à satisfaire. Son regard est constamment tourné vers quelque chose de plus grand, de plus beau, de plus important. Un cadeau reçu, un désir satisfait, une assistance précieuse, et une solution trouvée, sont vite oubliés. Ceci est anormal s’indigne notre proverbe bambara. L’ingratitude est un défaut. Celui ou celle qui ne prend pas le soin de remercier son Créateur ou son prochain pour un acte de bienveillance, si petit à ses yeux soit-il, ne mérite pas quelque chose de meilleur.

Par contre, celui ou celle qui sait exprimer sa gratitude pour le petit don qu’il ou elle a reçu a de fortes chances de recevoir un plus grand don. C’est justement ce qui est arrivé au dixième lépreux dans le récit biblique suivant :

« Alors qu’il se rendait à Jérusalem, Jésus longea la frontière entre la Samarie et la Galilée. A l’entrée d’un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre; ils s’arrêtèrent à distance et se mirent à le supplier à haute voix: Jésus, Maître, aie pitié de nous! Jésus les vit et leur dit: Allez vous montrer aux prêtres! Pendant qu’ils y allaient, ils furent guéris. L’un d’eux, quand il se rendit compte qu’il était guéri, revint sur ses pas en louant Dieu à pleine voix. Il se prosterna aux pieds de Jésus, face contre terre, et le remercia. Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus dit: Ils sont bien dix qui ont été guéris, n’est-ce pas? Où sont donc les neuf autres? Il ne s’est donc trouvé personne d’autre que cet étranger pour revenir louer Dieu? Puis, s’adressant à ce Samaritain, il lui dit: Relève-toi, et va: parce que tu as eu foi en moi, tu es sauvé. » (Luc 17 :11-19, La Bible du Semeur).

Sur dix lépreux miraculeusement guéris, un seul (et de surcroit un Samaritain)  a eu la présence d’esprit de revenir auprès du Seigneur pour le remercier.  La Bible nous dit qu’en plus de la guérison physique, il a obtenu le salut. La leçon est claire : la gratitude est une clé qui ouvre la porte de plus grandes bénédictions.

Évitons le sentier de l’ingratitude. Soyons plutôt reconnaissants envers Dieu et envers nos prochains. Ne laissons pas la jalousie ou la comparaison aux autres freiner notre élan de gratitude. Il y aura toujours quelqu’un qui est plus riche, plus honoré, plus fort, ou plus intelligent que soi. Mais ce n’est pas une raison de se noyer dans la dangereuse rivière de plaintes et d’ingratitude. Si nous considérons attentivement les choses, nous trouverons au moins une raison pour laquelle nous pouvons remercier Dieu ou nos prochains. En guise d’illustration, je voudrais partager avec vous l’histoire  suivante: Un jour, un borgne se plaignait devant Dieu parce qu’il n’avait qu’un seul œil alors que tout autour de lui les gens en avaient deux. Il lui exprimait son amertume et sa déception avec rage et en de termes dénués de toute piété. Pendant qu’il étalait ses jérémiades, un aveugle s’approcha doucement et dit à Dieu : « Qu’est-ce que j’entends là, cet homme se plaint parce qu’il n’a qu’un seul œil ? S’il te plait Seigneur, donne-moi cet œil et je te louerai pendant toute ma vie. » Réalisant le risque qu’il courrait, le plaignant prit fuite tant il se rendit à l’évidence qu’il vaut mieux avoir un seul œil que de n’en avoir pas du tout. Pensons à cette histoire chaque fois que nous sommes tentés de mépriser les bienfaits de Dieu dans notre vie ou de minimiser les petits gestes de bienveillance.

Ne soyons pas ingrats envers Dieu. Il veut que nous prions sans cesse, mais il exige également que nous lui rendions grâces en toutes choses (1 Thessaloniciens 5 :17-18 ; Colossiens 4 :2). Sachons le remercier sincèrement pour le souffle de vie qu’il nous prête et pour tous ses bienfaits.

Ne soyons pas ingrats envers nos prochains non plus. Sachons remercier nos amis, nos parents, nos dirigeants, et tous nos prochains pour les multiples actes de bienveillance. Un petit sourire, un moment d’attention, un petit geste d’amour sincère, une larme de compassion, un mot d’encouragement, un petit don, ou une petite assistance, sont en réalité des actes qui peuvent beaucoup créer dans le cœur et dans la vie.  Ne les laissons pas passer dans dire sincèrement « merci » à celui ou à celle qui en est à l’origine.

Pour terminer, je voudrais dire avec l’écrivain français Marcel Proust (1871-1922) : « Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. »

© Copyright,  Moussa Bongoyok, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :