SI L’AMOUR REND AVEUGLE…

“Cε hakili bε fεn bεε san fε musoko.” (proverbe bamana)

« La raison du mâle domine tout, sauf la question de femme. » (Proverbe bamana)

“The reason of the male dominates everything, except the women’s issue.(Bamana proverb)

Signification: “Les Bamana disent bien qu’un père pourrait contrecarrer tous les mauvais désirs de son grand garçon, sauf le mariage de celui-ci avec une fille indigne. Cependant, l’homme sous le joug de la passion, est un véritable fou ; ne le condamnons pas, plaignons-le plutôt. »

Source : http://www.unifr.ch/ioedh/assets/files/Rapport-grenier.pdf, website accédé le 10 juillet 2010.


Parallélisme biblique

Le proverbe bamana susmentionné nous plonge une fois de plus dans l’univers du mariage. Cette fois-ci, c’est la délicate question de choix de conjoint(e) qui est au cœur de la réflexion. Plus précisément, le proverbe attire notre attention sur le fait que la passion aveugle les garçons à telle enseigne qu’ils méprisent les bons conseils de leurs parents et finissent par épouser des filles indignes.

Dans presque toutes les cultures, la beauté physique semble intéresser les jeunes hommes en âge de mariage plus que les qualités spirituelles, morales et intellectuelles des filles. La même tendance  est perceptible chez les filles bien que cela soit à un autre niveau. Beaucoup de filles semblent s’intéresser à la richesse, à la célébrité, ou à la position sociale des garçons plus qu’à la qualité de leur vie spirituelle ou à leur bonne moralité.

Heureusement, tous les jeunes ne tombent pas dans ces pièges. Certains savent résister au coup de foudre, à l’attrait des biens matériels, et aux flèches de l’apparence. D’autres succombent malheureusement et se retrouvent dans des liens conjugaux qui les plongent dans le gouffre des déceptions, de l’amertume, et qui se terminent parfois par un déchirement très douloureux. Le cas de Samson est particulièrement frappant. Quand il annonça à ses parents son intention d’épouser une femme de Timna (chez les Philistins), ceux-ci ne cachèrent pas leur indignation mais Samson insista (Juges 14 :1-3). Remarquons la raison qu’il avance à la fin du verset 3 pour justifier son choix : « Prends-la pour moi, car elle me plaît »  (La Bible Louis Second, Nouvelle Edition de Genève 1979). Cela ne sonne t-il pas familier ?  La suite des événements donne plutôt raison aux parents de Samson (Juges 14 :5-15 :3) mais celui-ci n’en tire pas les conséquences.  Au contraire, il tombe même plus bas au point de se retrouver dans les bras d’une prostituée à Gaza (Juges 16 :1), puis de Délila la traîtresse (Juges 16 :4) qui va précipiter sa fin tragique.

Pour éviter de connaitre le même sort, les garçons et les filles ont intérêt à mettre les qualités spirituelles et morales en première position dans la balance de leurs choix. Il est écrit : « La grâce est décevante et la beauté fugace; la femme qui révère l’Eternel est digne de louanges. » (Proverbes 31 :30, La Bible des Semeurs). La bonne apparence physique à elle seule n’est pas un fondement solide pour le mariage car elle est susceptible de changement suite à un accident, à une maladie ou avec l’âge. La richesse matérielle est éphémère et incapable d’acheter le bonheur conjugal.  La meilleure parure est celle qui est intérieure (1 Pierre 3 :3-6) et la meilleure richesse est celle qui est amassée au ciel  (Matthieu 6 :19-20). Une personne qui craint Dieu (il s’agit ici d’une crainte respectueuse) mérite donc une attention spéciale.

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore. » disait Blaise Pascal. Mais un cœur soumis au Seigneur ne saurait ignorer les conseils divins dans un domaine aussi délicat et lourd de conséquences que le mariage. Nous encourageons souvent les jeunes chrétiens à prendre en compte trois aspects importants pendant la délicate période de choix de l’âme sœur : la nouvelle naissance (et la crainte de Dieu qui en résulte), l’amour réciproque, et  l’entente sur les questions essentielles de la vie. Nous encourageons vivement les jeunes à prier, à observer, à se renseigner, et à analyser, avant de prendre une décision si importante. Car, comme le dit un adage, « si l’amour rend aveugle, le mariage ouvre les yeux.» Il vaut mieux les ouvrir avant de sauter dans un gouffre où l’on aura que ses yeux pour pleurer.


© Copyright by Moussa Bongoyok, 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :