DISCIPLE ET MAITRE

“I ye kungo dɔn cɛ̌ min nɔ̌ fɛ̀, kàna i kɛ̀rɛ̀làjiforoko bònya ò ta ye.” (Proverbe bambara).

« Ne fabrique pas une outre en peau plus grande que celle de l’homme qui t’a appris à connaître la brousse. » (Proverbe bambara).

“Do not make yourself a wineskin greater than that of the man who has taught you about the bush.” (Bambara proverb).

Sens : Le disciple n’est pas au-dessus du maître. (À propos d’un élève ambitieux et vaniteux, qui croit tout savoir).

Source : Charles Bailleul Sagesse Bambara-Proverbes et sentences (Bamako : Editions Donniya, 2005).


Parallélisme biblique

Dans le monde académique, il est aisé de s’appuyer sur sa modeste connaissance et de tomber dans le piège de l’orgueil. Or, personne ne peut prétendre tout savoir. Quand nous commencions nos études universitaires, en première année, nous pensions connaitre quelque chose et nous parlions de nos modestes connaissances avec beaucoup de fierté.  En deuxième année, nous avions quelques doutes. A partir de la troisième année, nous avons commencé à nous rendre à l’évidence que nous connaissons si peu. Plus on avance dans les études, plus on découvre ses limites. Ainsi, au lieu de s’enorgueillir et de penser même qu’on connait plus que son maître ou son professeur il vaut mieux que nous prenions conscience de nos limites humaines et collaborions avec tous ceux et celles que Dieu place sur notre chemin pour faire reculer les frontières de l’ignorance. C’est justement à cela que le proverbe bambara nous invite.

« Le disciple n’est pas au-dessus du maître », telle est la substance de notre proverbe. Mais c’est exactement ce que le Seigneur a bien voulu communiquer à ses disciples quand il a dit en Luc 6 :40 : « Le disciple n’est pas plus grand que son maître; mais tout disciple bien formé sera comme son maître. » (La Bible du Semeur).

En Matthieu 10 :24-25, la même pensée est rapportée en mettant un accent sur un aspect important de la vie spirituelle : « Le disciple n’est pas plus grand que celui qui l’enseigne, ni le serviteur supérieur à son maître. Il suffit au disciple d’être comme celui qui l’enseigne et au serviteur comme son maître. S’ils ont qualifié le maître de la maison de Béelzébul, que diront-ils de ceux qui font partie de cette maison? » (La Bible du Semeur). Ici, ceux et celles qui sont disciples du Seigneur ne doivent pas s’attendre à être acclamés de tous, à être mieux aimés que le Seigneur. Notre devoir est de marcher sur les traces de notre Seigneur en toute humilité et fidélité.

Dans cette même attitude, ayons la sagesse de toujours apprendre à ses pieds au lieu de nous appuyer sur notre propre sagesse ou sur celle de ce monde. Daigne le Seigneur nous ouvrir les yeux sur l’immensité de la sagesse et de la connaissance qui se trouvent en lui et nous accorder la grâce de nous laisser instruire par lui, tous les jours de notre pèlerinage terrestre !

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :