APPARENCE ET ERRANCE

Guthuragwo mundu uriendwo (Proverbe kikuyu, Kenya)

Un homme (parfois) méprisé au départ sera aimé (plus tard). (Proverbe kikuyu)

A man is (sometimes) scorned who will be loved (later on). (Kikuyu proverb)

Signification: Il ne faut pas juger les êtres humains ou les choses à première vue.

Source: http://www.misterseed.com/link%20pages/PROVERBS2.htm website accédé le 15 mai 2010.

Parallélisme biblique

La sagesse Kikuyu nous invite à éviter de tomber dans le piège des apparences et des premières impressions. S’il est vrai que les premiers regards et les premiers jugements ont souvent la peau dure, il n’en demeure pas moins qu’ils ne suffisent pas pour évaluer objectivement un être ou un objet.

De nombreux  récits bibliques nous mettent en garde contre le danger d’un jugement basé sur l’apparence. Le prophète Samuel a failli tomber dans ce piège quand Dieu l’a envoyé pour consacrer roi l’un des fils de Jessé (appelé aussi Isaï). Frappé par l’apparence physique du premier fils de Jessé, Eliab, il a failli verser l’huile sur sa tête. Il a fallu que le Seigneur l’interpelle en ces termes on ne peut plus clairs : « Ne te laisse pas impressionner par son apparence physique et sa taille imposante, car ce n’est pas lui que j’ai choisi. Je ne juge pas de la même manière que les hommes. L’homme ne voit que ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur. » (1 Samuel 16 :7, La Bible du Semeur). C’est finalement le jeune David, un modeste berger, que le Seigneur choisit.

Restons avec le jeune David. Après avoir été choisi, Dieu l’a placé dans une situation qui devait le propulser sur la scène nationale. En effet, Goliath défiait toute l’armée d’Israël et nul n’osait l’affronter. Sa stature physique était telle que la bravoure du  plus vigoureux soldat Israélite s’évanouissait comme neige au soleil. Sûr de lui-même, et dérouté par l’apparence on ne peut plus minable du jeune David qui s’est proposé de sauver l’honneur de son peuple, Goliath a accueilli David avec une attitude pleine de mépris (1 Samuel 17 :42).  Pourtant, c’est ce jeune garçon inexpérimenté qui lui coupa la tête (1 Samuel 17 :51). David devint aussi roi sur tout Israël quelques années plus tard.

Dans l’histoire d’Esther, qui aurait cru qu’un jour  Mardochée, le pauvre Juif que Haman méprisait, deviendrait premier ministre  au sein du grand empire Perse en lieu et place de celui-là même qui avait juré sa perte? (Esther 8 :1-2).

Dans le livre des Actes, les grands dignitaires religieux de l’époque étaient confondus par l’éloquence et les miracles opérés par les disciples du Seigneur qui n’étaient pourtant que « des gens simples et sans instruction » (voir Actes 4 :1-35). Personne n’aurait songé qu’une bande de pêcheurs peu instruits serait capable de bouleverser l’élite religieuse  de leur époque et d’amener des foules entières  au Seigneur par la puissance du Saint-Esprit.

Le proverbe kikuyu qui nous occupe est donc à la fois un avertissement et un encouragement. C’est d’abord un avertissement car celui ou celle qu’on minimise ou rejette au premier contact  peut être couronné d’honneurs par le Seigneur dans un avenir plus ou moins proche. C’est ensuite un encouragement car, si Dieu est avec nous, notre condition peut changer à tout moment. Ne nous laissons donc pas abattre par la négligence, les intimidations et le mépris de nos semblables. Le dernier mot revient au Seigneur.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :